La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

1/16 Lire la suite ...
Rapport Capes Interne 2018

2/16 Lire la suite ...
Rapport Capes externe 2018

3/16 Lire la suite ...
Cité philo Lille 2018 : FEMININ, SINGULIER UNIVERSEL

du 8 novembre au 1er décembre 2018

PNG - 25.5 ko

4/16 Lire la suite ...
Rapport de jury Agrégation interne philosophie 2018

5/16 Lire la suite ...
Colloques, conférences, séminaires NOVEMBRE 2018

Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité.
A noter : pour certains événements, il faut s’inscrire et se munir de l’invitation quand cela est indiqué


6/16 Lire la suite ...
Formation aux concours 2018-2019

7/16 Lire la suite ...
Théorie

8/16 Lire la suite ...
La philosophie, marqueur de l’enseignement français par Paul Mathias Inspecteur général de l’Éducation nationale, doyen du groupe philosophie

« Exercer le métier de professeur de philosophie ne consiste pas à restituer des traditions [philosophiques attestées de l’Antiquité à l’époque contemporaine], mais à exploiter leur puissance de subversion : subversion des opinions reçues, des idées toutes faites, des convictions de la bien-pensance, subversion enfin des raccourcis auxquels on réduit, très souvent, les idées philosophiques elles-mêmes »


9/16 Lire la suite ...
exercices du philo-labo.fr

Vous pouvez concevoir des exercices en vous inscrivant... ou/et utiliser ceux en ligne


10/16 Lire la suite ...
Agrégation externe 2018. Rapport de jury

11/16 Lire la suite ...
Agrégation interne : sujets et rapports de jury. De 2003 à 2017

12/16 Lire la suite ...
Lien espace numérique privé, LAGORA pour les professeurs de philosophie

13/16 Lire la suite ...
Husserl

14/16 Lire la suite ...
ART

Analyses, recensions, exemples...


15/16 Lire la suite ...
Rapports des jurys - CAPES interne 2011-2017
  • Rapports de jury CAPES interne

16/16 Lire la suite ...
Rapports des jurys - CAPES externe 2004-2017

Thématiques

Autrui au cinéma
Droit, loi et justice au cinéma
Ethnocentrisme, racisme au cinéma
Hors champs et terreur : la question du réel et de la peur au cinéma
L’art au cinéma
L’inconscient au cinéma
La conscience au cinéma
La domination
La foi
La guerre au cinéma
La liberté au cinéma
La mort au cinéma
La nature au cinéma
La société au cinéma
La/les sciences au cinéma
Langage et cinéma
Le burlesque au cinéma
Le cinéma et l ’histoire
Le désir au cinéma
Le posthumanisme
Le thème de l’enfance au cinéma
Le totalitarisme
Le travail au cinéma
Mouvement et cinéma
Norme et monstre
Politique et pouvoir

0 | 10 | 20

L’identité

Chaplin est un artiste qui fut travaillé à la fois par le désir de totalité et par la menace toujours présente de la division psychique. C’est cette (...)

Article mis en ligne le 12 novembre 2018
Amour et cinéma

Mademoiselle de Joncquières un film d’Emmanuel Mouret Dossier pédagogique Thèmes : Amour et morale Libertinage Rafiki un film de Wanuri Kahiu (...)

Article mis en ligne le 14 septembre 2018
Norme et monstre

Extrait de Freaks Dossier pédagogique Alien, la résurrection (humain - inhumain - animal Analyse du film

Article mis en ligne le 7 septembre 2018
Hors champs et terreur : la question du réel et de la peur au cinéma

Panic sur Florida Beach Joe Dante Synopsis États-Unis (1993) 1.Séquence le virtuel immanent au réel 2.Jouer avec la (...)

Article mis en ligne le 12 août 2018
La mort au cinéma

Adieu la vie, bonjour capitaine (4’06) MANKIEWICZ Joseph L. 1. Analyse de séquence Au soir de sa vie, Mrs Muir, fatiguée et quelque peu aigrie, (...)

Article mis en ligne le 12 août 2018
La domination

La Grande Illusion - J. Renoir - « Les maladies de classe »

Article mis en ligne le 9 août 2018
La foi

Des hommes et des Dieux Xavier Beauvois Alors qu’on venait de lui remettre le César du meilleur film de l’année, Xavier Beauvois a fait une (...)

Article mis en ligne le 8 août 2018
Le thème de l’enfance au cinéma

Le Miroir (دایرهآینه .Ayneh) Jafar Panahi Iran. 1997. 94 min. Couleurs. Version originale sous-titrée en français Interprétation Mina Mohammad Khani, (...)

Article mis en ligne le 8 août 2018
Le totalitarisme

1984 1984 de Michael Radford Dossier pédagogique de la Cinémathèque de Toulouse La novlangue Le rôle de la langue dans l’idéologie et le (...)

Article mis en ligne le 8 août 2018
Le burlesque au cinéma

Ressources de la Cinémathèque de Toulouse : les comédies déjantées Sommaire Introduction...................................................................

Article mis en ligne le 8 août 2018

0 | 10 | 20


NOVEMBRE

Samedi 3 novembre 2018

Samedi 3 novembre 2018

Séminaire Wittgenstein 2018-2019 : formes logiques et formes de vie

Organisé par Christiane Chauviré, Pierre Fasula et Sandra Laugier
10h30-12h30
Lieu : Sorbonne, Université Paris 1, UFR de philosophie, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1erétage, droite, salle Lalande

Le séminaire porte depuis 2015 sur le concept de forme de vie qui se situe aujourd’hui au confluent de la philosophie de Wittgenstein et de la Théorie critique, du biopolitique, du pragmatisme et de l’anthropologie de la vie. Il s’agit d’explorer l’intrication du social (sens horizontal) et du biologique (sens vertical) dans les forms of life, et l’intégration de formes vitales (Lifeforms) dans les formes ordinaires du langage et de la vie.
En 2018-2019, le séminaire sera consacré à la relation entre formes logiques et formes de vie. Cela peut être compris comme une manière de replacer les premières dans les secondes, mais aussi d’évaluer le rôle des formes logiques et de raisonnement dans la forme de vie humaine.

Bhrigupati Singh (Brown University, WissenschaftKolleg Berlin)
« Skepticism as a Concept for Mental Health and Illness »
Discutants : Perig Pitrou (CNRS, LAS), Sandra Laugier (Paris 1, ISJPS)


Renseignements et inscriptions : Pierre.Fasula@univ-paris1.fr

PIERRE FASULA

CHERCHEUR ASSOCIÉ | INSTITUT DES SCIENCES JURIDIQUE ET PHILOSOPHIQUE DE LA SORBONNE
UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON SORBONNE

CHARGÉ DE COURS | UFR DES HUMANITÉS ET SCIENCES SOCIALES
UNIVERSITÉ DE CAEN

Lundi 5 novembre 2018

Lundi 5 novembre 2018


Séminaire de Francis Wolff - Quelques aspects de la philosophie en train de se faire

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2018-2019
Toutes les séances ont lieu à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, de 17h à 19h, salle dussane.

Markus Gabriel (Université de Bonn, Allemagne)
Qu’est-ce qui n’existe pas ?

Lundi 5 novembre 2018

Premier colloque francophone de jeunes chercheurs leibniziens
les 5-6 novembre 2018

ENS, rue d’Ulm – 75005 Paris
Salle Pasteur puis 235C

organisé par Ryoko Konno (Paris IV) et Camilo Silva (République des savoirs/Mathesis)

Programme et lieu

LUNDINOVEMBRE 2018
LIEU, SALLE PASTEUR (PREMIER ÉTAGE DU PAVILLON PASTEUR), 45 RUE D’ULM
11h Takuya Hayashi, Paris I
« La notion de la sagesse divine et la métaphysique selon Leibniz »
11h50 Luca Rodriguez , Université de Lyon III
« Le Mal chez Sampaio (Bruno), à mi-chemin entre Leibniz et Schelling »
12h40 Déjeuner
14h Sören Hand, Université Libre de Bruxelles
« Le droit naturel chez Leibniz et Platon »
14h50 Jaime Derenne, Université Libre de Bruxelles
« L’émergence d’un principe moral chez le jeune Leibniz »
15h40 Coffe Break
16h Louis Pijaudier-Cabot, Ecole Normale Supérieure
« Théorie des mondes possibles et réalisme modal : Leibniz et Lewis »
16h50 Camilo Silva, Ecole Normale Supérieure
« En quel sens la question « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » est-elle bien pourvue de sens ? Une interprétation ‘onto-anthropique’ du sens du néant dans la métaphysique de Leibniz »

MARDINOVEMBRE 2018

Mardi 6 novembre 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS, PhiCo-EXeCO
LIA CRNR
Avec le soutien du Goethe-Institut Paris et de la Fondation Humboldt
Colloque / Humboldt Kolleg : Le retour du débat entre réalisme et idéalisme
Die Rückkehr der Realismus-Idealismus-Debatte

6-7-8 novembre 2018 Au Goethe-Institut Paris 17 avenue d’Iéna 75116 - Paris

9.00-9:15
Introduction / Einführung

9:15-10:00
Markus Gabriel (Universität Bonn) : Fiktionen als Testfall eines neuen Realismus

10:00-10:45
Eva Schürmann (Universität Magdeburg) : Intentionalität als Wie des Hinschauens

10:45-11:15 : Pause

11:15-12:00
Jocelyn Benoist (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJSPS PhiCo-EXeCO) : The place of subject in a realistic framework

12:00-12:45
Renaud Barbaras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJSPS PhiCo-EXeCO) : Appartenance et ipséité

12:45-14:15 : Pause (Mittagessen)

14:15-15:00
Alexandre Couture (Universität Bonn) : Le moi et le réel. Du Real-Idealismus de Fichte à la Immanenzphilosophie

15:00-15:45
Christian Martin (LMU München) : The reality of thinking

15:45-16:30
Diana Khamis (Universität Bonn) : Realism about the idea

16:30-17:00 : Pause

17:00-17:45
Elena Partene (ENS) : Extériorité et transcendance : la question de l’idéalisme kantien

17:45-18:15
Corine Defrance (CNRS-Paris 1) :
Présentation des programmes de la Fondation Humboldt / Informationsvortrag über die Förderarbeit der AvH-Stiftung

Responsable :
PIERRE FASULA

CHERCHEUR ASSOCIÉ | INSTITUT DES SCIENCES JURIDIQUE ET PHILOSOPHIQUE DE LA SORBONNE
UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON SORBONNE

CHARGÉ DE COURS | UFR DES HUMANITÉS ET SCIENCES SOCIALES
UNIVERSITÉ DE CAEN

Mardi 6 novembre 2018

LECTURESVINASSIENNES
Danielle Cohen-Levinas : 2018-2019

Master de philosophie PSL

Titre du séminaire : « Lectures lévinassiennes – Phénoménologie et philosophie de la religion »

Séminaire dans le parcours « Philosophie de la religion » (resp. Vincent Delecroix) et parcours Philosophie contemporaine (resp. Perrine Simon-Nahum)

Dates : 25 septembre ; 9, 16 et 23 octobre ; 6, 13, 20 et 27 novembre ; 11 et 18 décembre 2018.

Lieu : 45 rue d’Ulm, sous-sol du Pavillon Pasteur, Salle de séminaire

Heures : 18h à 20h (les 11 et 18 décembre, 8 janvier 2019 : 18h à 21h).

En explorant les sources philosophiques d’Emmanuel Levinas, on comprend d’emblée que la question éthique est prise dans l’ellipse d’une réflexion sur la transcendance qui ne se laisse pas réduire à une philosophie de la religion. Cependant, la question du religieux n’est pas absente de la pensée de Levinas et d’aucuns philosophes ont pu y voir un « tournant théologique » de la phénoménologie. La philosophie de Levinas n’est ni une théologie, ni une apologie de la religion. Au privilège de la présence et du présent de la représentation, Levinas oppose une subjectivité marquée par une extériorité radicale. Levinas comprend que chez Husserl, il existe autre chose que ce privilège de la présence, ce qu’il nomme une « conscience indirecte, immédiate, mais sans visée intentionnelle » (Entre nous, p. 137). Autrement dit, il existe, dans l’héritage phénoménologique, une conscience qui ne se laisse pas absorber par le monde où les objets auxquels elle se réfère, ouvrant la voie à une temporalité eschatologique et messianique.
Partant de l’idée d’une visée non intentionnelle propre à une conscience indirecte, nous interrogerons cette année le rapport entre phénoménologie et philosophie de la religion dans l’œuvre de Levinas, dans ses aspects à la fois paradoxaux et fondamentalement novateurs dans la manière dont Levinas entend le mot Dieu.
« Je ne voudrais rien définir par Dieu, parce que c’est l’humain que je connais. (…) Je ne refuse pas le terme de religieux, mais je l’adopte pour désigner la situation où le sujet existe dans l’impossibilité de se cacher. Je ne pars pas de l’existence d’un être très grand ou très puissant. Tout ce que je pourrai en dire viendra de cette situation de responsabilité qui est religieuse en ce que le Moi ne peut l’éluder » (Emmanuel Levinas, Liberté et Commandement).

Avec la participation de : Philippe Cappelle-Dumont, Hent de Vries, Perrine Simon-Nahum, Georges Elia-Sarfati, Jacob Levi, Stefano Bancalari, Jacob Rogozinski, Danielle Cohen-Levinas, Jean-Claude Monod.

Programme :

Vincent Delecroix (EPHE) - « L’amour du prochain est-il un concept philosophique ? Levinas et Kierkegaard »

CONTACTS
Adresse
Ecole Normale Supérieure
Pavillon Pasteur (RdC bureau 17)
45 rue d’Ulm – 75005 Paris
— 
Direction
Marc CRÉPON
— 
Secrétariat
Sabria BELHADJ-TAHAR
sabria-marie.belhadj-tahar(at)ens.fr
01 44 32 30 71

MARDINOVEMBRE 2018

Premier colloque francophone de jeunes chercheurs leibniziens
les 5-6 novembre 2018

ENS, rue d’Ulm – 75005 Paris
Salle Pasteur puis 235C

organisé par Ryoko Konno (Paris IV) et Camilo Silva (République des savoirs/Mathesis)

Programme et lieu :
LIEU, SALLE 235C (2ÈME ÉTAGE DUTIMENT JAURÈS), 24, RUE LHOMOND

9h Arilés Remaki, Paris VII
« La naissance de la science de formis et formulis, de eodem et diverso »
9h50 Arthur Caillé, Université de Lille
« Leibniz et le problème de la matière »
10h40 Coffee break
11h Guillaume Coissard, Ecole Normale Supérieure de Lyon
« Peut-on penser un atomisme leibnizien ? La relecture de la correspondance Leibniz/Hartsoeker par Émilie Du Châtelet »
11h50 Caroline Angleraux (Università degli Studi di Padova – Paris I),
« Héritage biologique de la simplicité monadique »
12h40 Déjeuner
14h Can Batukan, Paris VII
« Théories de la perception en Europe au cours du XVIIe siècle »
14h50 Ryoko Konno, Paris IV
« La théorie leibnizienne de la sensation à l’époque de Mayence »
15h40 Coffee Break
16h Babette Chabout-Combaz, Université de Montréal – Paris VII
« Leibniz et l’histoire de la terre »

Co-financé par l’ED 540 et le laboratoire de la République des savoirs de l’Ecole Normale Supérieure et l’ED Concepts et Langages de Paris IV

Mercredi 7 NOVEMBRE 2018

Mercredi 7 NOVEMBRE 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS, PhiCo-EXeCO
LIA CRNR
Avec le soutien du Goethe-Institut Paris et de la Fondation Humboldt
Colloque / Humboldt Kolleg : Le retour du débat entre réalisme et idéalisme
Die Rückkehr der Realismus-Idealismus-Debatte

6-7-8 novembre 2018 Au Goethe-Institut Paris 17 avenue d’Iéna 75116 - Paris

9:00-9:45
Jeanne-Marie Roux (Université Saint Louis - Bruxelles, Marie Curie COFUND) : De la difficulté de ne pas être idéaliste

9:45-10:30
Emmanuel Cattin (Université Paris 4 Sorbonne) : L’idéalisme de l’expérience. Phénoménologie hégélienne

10:30-11:00 : Pause

11:00-11:45
Alejandro Rojas Jimenez (Universidad de Málaga) : Eine realistische Sinnfeldontologie in Anlehnung an „Der Satz vom Grund“ Heideggers

11:45-12:30
Jens Rometsch (Universität Bonn) : Freiheit und Wirklichkeit

12:30-14:00 : Pause (Mittagessen)

14:00-14:45
David Zapero (Universität Bonn) : Le réalisme, la perspective et la réflexion

14:45-15:30
Alexis Anne-Braun (Strasbourg) : Peut-on être réaliste quand on part du langage ?

15:30-16:15
Andrea Kern (Universität Leipzig) : The „original form” of Reality. On Kant’s Hylomorphism

16:15-16:45 : Pause

16:45-17:30
Maurizio Ferraris (Università di Torino) : Réalisme transcendental

17:30-18:15 Discussion générale / Offene Debatte

Responsable : PIERRE FASULA
CHERCHEUR ASSOCIÉ | INSTITUT DES SCIENCES JURIDIQUE ET PHILOSOPHIQUE DE LA SORBONNE
UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON SORBONNE

CHARGÉ DE COURS | UFR DES HUMANITÉS ET SCIENCES SOCIALES
UNIVERSITÉ DE CAEN

Mercredi 7 NOVEMBRE 2018

17h30-19h30
ENS Campus Jourdan Amphithéâtre, 48 Boulevard Jourdan

Séance dans le cadre du séminaire de la Chaire "Géopolitique du risque"

Géopolitique du risque : Technologies et incertitudes

Responsables : J. Peter Burgess & Sarah Perret (Ecole normale supérieure)

Dans le cadre de la réflexion autour de la géopolitisation du risque dans les sociétés contemporaines, ce séminaire s’intéressera à l’un des paradoxes marquants de la modernisation : l’augmentation de l’ « incertitude » due à la multiplication des solutions technologiques apportées aux problèmes humains. Comme le montre Ulrich Beck par son concept de « société du risque », la modernité ne consiste pas seulement à faire face à certains risques, mais à en générer sans cesse d’autres dont les conséquences peuvent être géopolitiques. Grâce à des chercheurs et des praticiens français et étrangers, le séminaire abordera et débattra des grands thèmes de la géopolitisation du risque, tels que l’instabilité financière, la santé publique, la cyber-insécurité, les incertitudes en relations internationales, les crises climatiques, les ambiguïtés du « Big Data », les troubles de la gouvernementalité algorithmique ou encore l’histoire inattendue de l’assurance commerciale.

LES MACHINES APPRENANTES
Antoinette Rouvroy, Université de Namur
Nicole Dewandre, Commission Européenne

Jeudi 8 novembre 2018

Jeudi 8 novembre 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS, PhiCo-EXeCO
LIA CRNR
Avec le soutien du Goethe-Institut Paris et de la Fondation Humboldt
Colloque / Humboldt Kolleg : Le retour du débat entre réalisme et idéalisme
Die Rückkehr der Realismus-Idealismus-Debatte

6-7-8 novembre 2018 Au Goethe-Institut Paris 17 avenue d’Iéna 75116 - Paris

9:00-9:45
Pauline Nadrigny (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJSPS PhiCo-EXeCO) : « Seulement dire les choses, seulement les situer, seulement les laisser paraître »

9:45-10:30
Estelle Ferrarese (Université de Picardie Jules Verne) : La critique de l’idéalisme dans le renouveau actuel des lectures d’Adorno

10:30-11:00 : Pause

11:00-11:45
Anton Friedrich Koch (Universität Heidelberg) : Vérité, subjectivité et la lisibilité des choses.

11:45-12:30
Thomas Buchheim (LMU München) : Realismus jenseits von alt und neu : Überlegungen zur ontologischen Statur des Realen

12:30-14:00 : Pause (Mittagessen)

14:00-14:45
Jean-François Kervegan (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJSPS PhiCo-NoSoPhi) : Entre idéalité et réalité : le statut du concept chez Hegel

14:45-15:30
Discussion conclusive / Schlussdebatte

PIERRE FASULA

CHERCHEUR ASSOCIÉ | INSTITUT DES SCIENCES JURIDIQUE ET PHILOSOPHIQUE DE LA SORBONNE
UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON SORBONNE

CHARGÉ DE COURS | UFR DES HUMANITÉS ET SCIENCES SOCIALES
UNIVERSITÉ DE CAEN

Jeudi 8 Novembre 2018

La Dixième Rencontre Française de Philosophie des Mathématiques est la dixième édition du colloque annuel de philosophie des mathématiques organisé par une équipe de chercheurs français et étrangers, philosophes et mathématiciens.

Ce colloque est soutenu par :

le programme ANR/DFG MathObRe ;
le Groupement de Recherche « Philosophie des Mathématiques » du CNRS (PhilMath, GDR 3719), dirigé par Jean-Jacques Szczeciniarz (SPHERE, Paris 7), qui a pour mission de promouvoir et de fédérer les recherches en philosophie des mathématiques en France.
Les éditions précédentes de ce colloque peuvent être consultées à l’adresse http://www.math.univ-toulouse.fr/FPMW/, dans l’onglet Historique. L’édition 2015 peut également être consultée à l’adresse http://fpmw7-2015.sciencesconf.org/

Le colloque, d’une durée de trois jours, aura lieu du jeudi 8 novembre au samedi 10 novembre 2018 à Paris.

Vendredi 9 novembre 2018

Vendredi 9 novembre 2018

Le séminaire Transferts culturels se poursuit cette année 2018-2019 avec la présentation de chantiers récents ou en cours dans le domaine de l’histoire transnationale (histoire culturelle et histoire des sciences et des savoirs) Les séances sont ouvertes aux collègues et étudiants intéressés. Attention, les salles varient selon les séances, comme précisé dans le programme.

L’entrée est libre : il n’est pas nécessaire d’être inscrit pour assister aux séances, sauf dans l’optique d’une validation.
Les séances ont lieu en français, allemand ou anglais.

Lieu et horaires :
Le vendredi de 9h30 à 12h30, alternativement au 29, au 45 et au 46 rue d’Ulm. Attention aux variations ! voir programme ci-dessous. NB. L’accès au 29 rue d’Ulm se fait par le 24 rue Lhomond.
Pour l’année 2018-2019 les dates sont les suivantes :
5 octobre • 12 octobre • 9 novembre • 30 novembre • 14 décembre • 12 janvier • 1 février •
15 février • 15 mars • 29 mars • 12 avril • 10 mai • 24 mai

Contact : michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr

Philosophie européenne, philosophie africaine : quelles relations ?

  • Transferts culturels en contexte impérial : L’exemple du Saint Empire Romain Germanique

Salle 235C, 29 rue d’Ulm

Sebastian Schick (Paris) : L’union personnelle anglo-hanovrienne et ses transferts : les correspondants de Gerlach Adolph von Münchhausen et la question diplomatique.

L’existence d’une union personnelle entre l’Angleterre et la principauté électorale de Brunswick-Lunebourg à partir de 1714 a entraîné un ensemble de circulations d’hommes (des étudiants par exemple), de connaissances (agraires notamment), d’informations, que les historiens ont davantage mis en évidence récemment. L’union personnelle était aussi une union politique, qui a parfois amené à de très denses collaborations – ce fut le cas à l’époque où Gerlach Adolph von Münchhausen fut le premier ministre hanovrien (les années 1750- 1760). La communication entend décrire, à travers les correspondances de Münchhausen, ce qu’il chercha à connaître et à savoir de l’Angleterre, et surtout, la manière dont il tenta d’informer ses homologues anglais, sur certains aspects du droit public impérial ou sur des événements propres au Saint-Empire, afin de peser sur les prises de décisions en Angleterre.

Anne Saada (Paris) : La naissance du corps professoral de l’université de Göttingen au XVIIIe siècle : la mobilité inter-territoriale et ses limites

Comment recruter des professeurs pour une jeune université ? La procédure qui paraît la plus naturelle est celle du recrutement par « voie de mutation », c’est-à-dire celle qui consiste à s’adresser à des professeurs déjà en poste. Autrement dit, aller chercher les Lumières — portées en Allemagne par l’Université — là où elles sont, pour les faire fructifier ailleurs. Le recrutement des professeurs implique donc une dimension inter-territoriale. De fait, à peine Gerlach Adolph von Münchhausen avait-il été nommé curateur de l’université de Göttingen en 1734, qu’il était allé frapper aux portes des universités de Halle, Leipzig, Iéna, etc. Réussite ou échec de cette stratégie, transfert ou redéfinition des Lumières, c’est ce qu’examinecette communication.

Vendredi 9 Novembre 2018

La Dixième Rencontre Française de Philosophie des Mathématiques est la dixième édition du colloque annuel de philosophie des mathématiques organisé par une équipe de chercheurs français et étrangers, philosophes et mathématiciens.

Ce colloque est soutenu par :

le programme ANR/DFG MathObRe ;
le Groupement de Recherche « Philosophie des Mathématiques » du CNRS (PhilMath, GDR 3719), dirigé par Jean-Jacques Szczeciniarz (SPHERE, Paris 7), qui a pour mission de promouvoir et de fédérer les recherches en philosophie des mathématiques en France ;
Les éditions précédentes de ce colloque peuvent être consultées à l’adresse http://www.math.univ-toulouse.fr/FPMW/, dans l’onglet Historique. L’édition 2015 peut également être consultée à l’adresse http://fpmw7-2015.sciencesconf.org/

Le colloque, d’une durée de trois jours, aura lieu du jeudi 8 novembre au samedi 10 novembre 2018 à Paris.

Vendredi 9 Novembre 2018

Colloque organisé par le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne
Colloque international les 9 et 10 novembre 2018
Moritz Schlick (1882-1936) Un empirisme conséquent ?

Bibliothèque Sainte-Barbe, Amphithéâtre
4, rue Valette 75005- Paris

8h30 Accueil des participants et présentation du colloque 9h00 Jocelyn Benoist (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Schlick et la vérité. »
8h40 Mathias Iven (Philosoph und Publizist)
« Moritz Schlick : von Berlin nach Rostock. »
9h30 Massimo Ferrari (Università di Torino)
« Les sources du réalisme de Schlick. » 10h40 Pause
10h20
10h35 Gergely Ambrus (Eötvös Loránd University, Budapest)
« Schlick and contemporary Philosophy of Mind. »
11h25 Eric Marquer (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Schlick lecteur des empiristes britanniques. »

14h
Hans-Jürgen Wendel (Moritz-Schlick-Forschungsstelle, Rostock)
« Zweifel und Abkehr Über die theoretischen Probleme, die
der Überarbeitung der Allgemeinen Erkenntnislehre zugrunde
liegen. »
14h50 Jacques Bouveresse (Collège de France, Paris)
« Schlick et Wittgenstein. »
15h40 Pause
15h50 Christoph Limbeck (Institut Wiener Kreis, Vienne)
« Concepts et représentations chez Schlick. »
16h40
Johannes Friedl (Karl-Franzens Universität, Graz)
« The Conception of “Konstatierungen” : Schlick’s Last
Stand. »
17h30 Christian Bonnet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Schlick et la causalité. »

Samedi 10 novembre 2018

Samedi 10 Novembre 2018

La Dixième Rencontre Française de Philosophie des Mathématiques est la dixième édition du colloque annuel de philosophie des mathématiques organisé par une équipe de chercheurs français et étrangers, philosophes et mathématiciens.

Ce colloque est soutenu par :

le programme ANR/DFG MathObRe ;
le Groupement de Recherche « Philosophie des Mathématiques » du CNRS (PhilMath, GDR 3719), dirigé par Jean-Jacques Szczeciniarz (SPHERE, Paris 7), qui a pour mission de promouvoir et de fédérer les recherches en philosophie des mathématiques en France ;
Les éditions précédentes de ce colloque peuvent être consultées à l’adresse http://www.math.univ-toulouse.fr/FPMW/, dans l’onglet Historique. L’édition 2015 peut également être consultée à l’adresse http://fpmw7-2015.sciencesconf.org/

Le colloque, d’une durée de trois jours, aura lieu du jeudi 8 novembre au samedi 10 novembre 2018 à Paris.

Samedi 10 Novembre 2018

Colloque organisé par le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne
Colloque international les 9 et 10 novembre 2018
Moritz Schlick (1882-1936) Un empirisme conséquent ?

9h00 Jocelyn Benoist (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Schlick et la vérité. »
9h50
Martin Lemke (Moritz-Schlick-Forschungsstelle, Rostock)
« Knowledge of Space without Pure Intuition. Schlick’s
philosophy of Geometry. »

10h20 Pause

10h50 Pierre Wagner (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Schlick et le problème de la définition. »

11h40
Germinal Ladmiral (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Dissoudre les choses ? Schlick et la conception relationnelle
de la réalité. »

Salle Cavaillès (escalier C, 1er étage)
17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Lundi 12 novembre

Lundi 12 novembre 2018

Séminaire « Philosophies allemandes » – 2018-2019

18h00 à 20h00
Elena Partene (Ecole Normale Supérieure, Paris) : « La figure du destin chez Hegel. »

UFR de Philosophie - D007
17, rue de la Sorbonne
75231 Paris Cedex 05

Tél. : (33) 01 40 46 27 93
hiphimo-sorbonne@univ-paris1.fr

Les séances ont lieu à l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, escalier C, 1erétage), en salle Halbwachs au premier semestre et en salle Cavaillès au second.

Mercredi 14 NOVEMBRE 2018

Mercredi 14 Novembre 2018

Centre Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre

Le séminaire Marx au XXIe siècle, longtemps dirigé par Jean Salem récemment disparu, est désormais organisé dans le cadre du Laboratoire PHARE.

Séminaire coordonné par :
Rémy Herrera (CNRS), Laurent Jaffro (PHARE) et Jean Dellemotte (PHARE)

Mercredi 14 NOVEMBRE 2018

17h30-19h30
ENS Campus Jourdan Amphithéâtre, 48 Boulevard Jourdan

Séance dans le cadre du séminaire de la Chaire "Géopolitique du risque"

Géopolitique du risque : Technologies et incertitudes

Responsables : J. Peter Burgess & Sarah Perret (Ecole normale supérieure)

Dans le cadre de la réflexion autour de la géopolitisation du risque dans les sociétés contemporaines, ce séminaire s’intéressera à l’un des paradoxes marquants de la modernisation : l’augmentation de l’ « incertitude » due à la multiplication des solutions technologiques apportées aux problèmes humains. Comme le montre Ulrich Beck par son concept de « société du risque », la modernité ne consiste pas seulement à faire face à certains risques, mais à en générer sans cesse d’autres dont les conséquences peuvent être géopolitiques. Grâce à des chercheurs et des praticiens français et étrangers, le séminaire abordera et débattra des grands thèmes de la géopolitisation du risque, tels que l’instabilité financière, la santé publique, la cyber-insécurité, les incertitudes en relations internationales, les crises climatiques, les ambiguïtés du « Big Data », les troubles de la gouvernementalité algorithmique ou encore l’histoire inattendue de l’assurance commerciale.

LAW AND DIGITAL TECHNOLOGIES
Mireille Hildebrandt, Vrije Universiteit Brussels

Jeudi 15 novembre 2018

Jeudi 15 NOVEMBRE 2018

17h-19h, Salle de lecture de NoSoPhi(Sorbonne, escalier K, 2e étage, salle G 615 bis).

Le séminaire est ouvert à tous, mais une inscription préalable auprès de : Philo-Recherche@univ-paris1.fr est obligatoire.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

Séminaire « Raison(s) pratique(s) »

Organisé par Élodie Djordjevic, Jean-François Kervégan, Jamila Mascat et Sabina Tortorella,
avec le soutien de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE (Université Rennes 1) : « Le “droit de l’humanité” chez Kant ».

Argumentaire

Le vocabulaire de la norme et de la normativité connaît aujourd’hui une faveur croissante. Plus avant, par delà le simple usage de termes d’ailleurs susceptibles de recevoir des acceptions fort distinctes, les enjeux et interrogations soulevés par la normativité, son statut, la manière dont il faut la comprendre et dont elle peut s’effectuer, sont massivement présents, notamment dans le champ académique et les différentes disciplines qui le composent, notamment dans les domaines du droit, de la philosophie, des sciences humaines et sociales.

Dans ce contexte, certains auteurs de la philosophie classique allemande ont fait l’objet d’un intérêt renouvelé et l’on connaît, à cet égard, la fortune de la philosophie habermassienne, dans la reprise et les transformations qu’elle opère avec la pensée kantienne. De même, l’idéalisme allemand a connu, à partir de la fin des années 1970, une certaine renaissance dans le cadre du projet de la Rehabilitierung der praktischen Philosophie. Depuis plusieurs décennies, la fécondité de la pensée hégélienne a été mise en lumière, notamment s’agissant des enjeux soulevés par les questions attenantes à la normativité pratique. Grâce aux travaux de L. Siep et d’A. Honneth – et d’A. Kojève avant eux –, le thème de la reconnaissance s’est ainsi imposé au cœur des débats contemporains en philosophies politique, sociale et du droit, inaugurant à l’échelle internationale une voie de réflexion riche et fructueuse (Ch. Taylor, J. Habermas, A. Honneth, N. Fraser, P. Markell, F. Neuhouser, E. Renault, F. Fischbach, J.-Ph. Deranty). Longtemps rejetée par la philosophie dite “analytique”, la philosophie hégélienne – et singulièrement sa “philosophie pratique” – est en outre désormais régulièrement convoquée par des auteurs issus de cette tradition comme une pensée d’intérêt pour penser le droit, les rapports sociaux, le monde social et la normativité qui y est à l’œuvre. Ainsi a-t-on pu parler d’un « Hegel Revival » (P. Redding) qui a notamment conduit à déceler une théorie de l’« agentivité » (agency) chez le philosophe sans doute le plus connu de l’idéalisme allemand, duquel on propose d’ailleurs volontiers des lectures « pragmatistes » (R. Pippin, T. Pinkard). S’il s’agit là d’usages, comme d’ailleurs de méthodes d’interprétation et de lecture, très différents, il semble toutefois que ces divers recours soulignent la fécondité que la contemporanéité reconnaît à la philosophie de Kant et des auteurs de l’idéalisme allemand pour penser des objets qui n’étaient pas toujours immédiatement les leurs, par delà, donc, le travail exégétique ou historique qui peut être fait sur ces pensées.

Toutefois, ces recours à certains aspects de la philosophie pratique kantienne et/ou des philosophes de l’idéalisme allemand ne vont la plupart du temps pas sans une certaine renonciation – voire un abandon et un rejet radicaux – de la conception de la raison qui semble pourtant au cœur de ces pensées et, peut-être, du tournant philosophique qu’elles constituent : celle d’une raison qui, comprise comme faculté de l’universel, a fondamentalement une vocation pratique. Si l’on peut en effet tenir que l’idée d’un primat de la raison pratique est l’un des traits qui caractérise les pensées qui, assumant le tournant critique kantien, peuvent être regroupées sous le nom d’« idéalisme allemand », c’est précisément les thèses les plus fortes sur la raison et la rationalité qui semblent être mises de côté par beaucoup des « réactualisations » contemporaines qui en sont faites, soit que la raison alors mobilisée soit jugée métaphysiquement trop « lourde », soit que l’histoire du dernier siècle ait conduit à la remise en cause d’un certain optimisme ou d’une certaine idée du progrès attachés à la conception de la raison liée à l’Aufklärung. C’est ainsi à un scepticisme de la raison que semble conduire dans son mouvement le tournant post-métaphysique, de telle sorte encore qu’on a pu dire de la raison moderne qu’elle connaissait une véritable « crise ». De cette « crise », il s’agit de mesurer les conséquences s’agissant de la pratique elle-même comme de sa saisie rationnelle. Se confronter à cette crise, est-ce nécessairement renoncer à la raison en un sens plein, c’est-à-dire une raison qui ne soit précisément pas réductible aux raisons (de l’agent) sur lesquelles semble essentiellement se concentrer, notamment, la philosophie contemporaine de l’action ? La crise de la raison moderne doit-elle conduire à reléguer la saisie de la pratique et la position de sa critique à de simples raisons, toujours ultimement particulières ? Autrement dit conduit-elle à renoncer, en matière pratique, à l’exigence de l’universel : de renoncer à quelque chose comme une raison pratique à la faveur de simples raisons ? Serions-nous alors acculés à l’alternative dont les deux branches seraient constituées, s’agissant des normes, au fait de les reléguer à l’irrationnel ou bien de les faire dépendre d’un simple espace logique des raisons ?

Mais s’il est vrai que la crise est ce qui doit conduire à « revenir aux questions elles-mêmes et requiert de nous des réponses » (H. Arendt), ne faut-il pas plutôt voir en celle que connaîtrait la raison une invitation à reprendre les investigations sur cette raison elle-même et sur la conception que, dans son lien intime avec la pratique, les penseurs de l’idéalisme allemand ont pu en proposer ? En effet, en rejetant, sans plus de procès, la conception de la raison telle que la détermine, à la suite de Kant, l’idéalisme allemand et à laquelle semblent au moins pour part liées ses thèses pratiques les plus fortes, ne renonce-t-on pas par là même à ce qui en constitue peut-être la grande fécondité pour notre contemporanéité, dans la mesure où de cette raison procèderait à la fois les moyens de la critique, de l’action et de transformation du réel ? Ne peut-on plus sans absurdité se revendiquer, pour paraphraser et en renversant Gramsci, de l’optimisme de la raison pratique ?

Tels sont certains des enjeux et questions que le séminaire « Raison(s) pratique(s) » souhaiterait aborder, en faisant dialoguer des traditions possiblement distinctes, mais qui semblent toutefois animées par des problèmes et des enjeux sans doute moins éloignés qu’ils ne peuvent d’abord paraître.

Jeudi 15 NOVEMBRE 2018

20h-22h
Séminaire de recherche organisé et animé par Dorothée Legrand
Archives Husserl, CNRS, Ecole normale supérieure
RESTE

Reste. Ce qui est encore présent. Ce qui n’est pas perdu, jeté, abandonné, détruit, malgré la destruction, l’abandon, le rejet, la perte. Reste. Ce qu’il reste de l’enfance, ce qu’il reste après la mort, ceux qui restent, encore, ce qui survit, subsiste, persiste, demeure, ce qui hante, résiste, encore. Reste. Ce qui excède la soustraction : la différence, le fragment, le reliquat, la relique. Reste. Le vestige, la ruine, le débris, le détritus, la cendre, le cadavre. Reste. Ne meurt pas, n’y reste pas, reste : demande, prière. Reste. Encore. N’en restons pas là, il reste à dire, il reste à faire.
Si l’étymologie lie reste à la stabilité et à l’arrêt, la fertilité de ce seul mot reste nous invite plutôt à le lire comme la trace d’un geste, comme un tracé qui aura toujours déjà commencé et n’aura encore jamais été achevé. C’est ce tracé qui orientera notre travail cette année.

Pour l’année 2018-19, ce séminaire se tiendra à l’Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle Beckett, de 20 à 22 h, les jeudis

Jeudi 15 NOVEMBRE 2018

Colloque : 15 et 16 novembre 2018
Qu’est-ce qu’une république juste ? Actualité de Charles Renouvier (1815-1903). Programme

Colloque organisé par le CEDRE-PSL en collaboration avec le CESPRA, le laboratoire SPH (Bordeaux), l’Université Meiji de Tokyo et l’ENS.

Charles Renouvier (1815-1903) souffre aujourd’hui d’un singulier oubli. De la révolution de 1848 jusqu’à sa disparition en 1903, il a développé une philosophie théorique, critique et pratique de la république, qui, par plusieurs de ses thématiques, entre en résonance avec nos débats contemporains.

Intervenant-e-s

Samuel-Gaston Amet
Marie-Claude Blais
Frédéric Brahami
Isabelle de Mecquenem
Vincent Duclert
Jean-Louis Fabiani
Benoît Falaize
Laurent Fedi
Mathias Girel
Masato Goda
Jacqueline Lalouette
Vincent Peillon
Mélanie Plouviez
Jean-Fabien Spitz
Heinz Wismann

Vendredi 16 novembre 2018

Vendredi 16 NOVEMBRE 2018

Colloque : 15 et 16 novembre 2018
Qu’est-ce qu’une république juste ? Actualité de Charles Renouvier (1815-1903). Programme

Colloque organisé par le CEDRE-PSL en collaboration avec le CESPRA, le laboratoire SPH (Bordeaux), l’Université Meiji de Tokyo et l’ENS.

Charles Renouvier (1815-1903) souffre aujourd’hui d’un singulier oubli. De la révolution de 1848 jusqu’à sa disparition en 1903, il a développé une philosophie théorique, critique et pratique de la république, qui, par plusieurs de ses thématiques, entre en résonance avec nos débats contemporains.

Intervenant-e-s

Samuel-Gaston Amet
Marie-Claude Blais
Frédéric Brahami
Isabelle de Mecquenem
Vincent Duclert
Jean-Louis Fabiani
Benoît Falaize
Laurent Fedi
Mathias Girel
Masato Goda
Jacqueline Lalouette
Vincent Peillon
Mélanie Plouviez
Jean-Fabien Spitz
Heinz Wismann

Vendredi 16 Novembre 2018

Colloque international Archives Husserl de Paris
29, rue d’Ulm, Paris, 75005 Amphi Jean Jaurès

La vulnérabilité Approche phénoménologique, existentielle et psychopathologique

ARGUMENT

Depuis plusieurs années, dans le prolongement des travaux de Ludwig Binswanger et de Medard Boss mais aussi de Hubertus Tellenbach, de Wolfgang Blankenburg, d’Arthur Tatossian ou de Kimura Bin, s’est développé à travers l’Europe un ensemble de recherches en psychopathologie et en psychiatrie, fondé sur ce souci du retour aux choses mêmes, qui caractérise la phénoménologie. Convaincus qu’il serait fructueux que ces recherches puissent être partagées et confrontées entre elles, nous souhaitons fonder l’Association européenne de psychopathologie et de psychiatrie phénoménologique (A.E.P.P.P.). La vocation première de cette association serait de permettre à tous les chercheurs européens qui le souhaitent de se rencontrer au moins une fois par an dans une ville d’Europe et de publier les résultats de travaux. Dans cette perspective, nous organisons à l’Ecole Normale Supérieure de Paris, les 16 et 17 novembre 2018, un premier colloque qui aura pour thème : "De la vulnérabilité. Approche phénoménologique, existentielle et psycho-pathologique". Ce colloque sera l’occasion de fonder l’Association Européenne de Psychopathologie et de Psychiatrie Phénoménologique (A.E.P.P.P.) et d’en fixer les statuts

PROGRAMME

Vendredi 16 novembre 2018
9h.30-12h.30
Présidence : Dominique Pringuey
— Thomas Fuchs (Allemagne) : « Pourquoi y a-t-il des malades mentaux ? Considérations anthropologiques sur la vulnérabilité ».
— Michelle Gennart (Suisse) : « Prendre corps, œuvrer à soi »
— Giovanni Stanghellini (Italie) : « Vulnerability, schizophrenia and common sens »
14h30-17h.30
Présidence : Michelle Gennart
— Jérôme Englebert (Belgique) : "Vulnérabilité territoriale et schizophrénie".
— Julie Nordgaard (Danemark) : « Temporal stability of anomalous self experiences »
— Georges Charbonneau (France) : « Vulnérabilité et criminologie. L’agresseur expert en vulnérabilité »

Comité d’organisation :
Philippe Cabestan, Georges Charbonneau, Natalie Depraz, Thomas Fuchs, Maria Gyemant, Guy Risbec.
Contact : philippecabestan@orange.fr
Entrée libre, dans la mesure des places disponibles

Samedi 17 novembre 2018

Samedi 17 Novembre 2018


Séminaire « Les dieux chez les penseurs présocratiques » organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée

Le séminaire « Présocratiques » est organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée. Il accueille de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) et des chercheurs confirmés souhaitant présenter et discuter leurs travaux en cours (thèses, travaux post-doctoraux, édition de fragments et de témoignages, articles, monographies) sur les penseurs de la Grèce antique qui ont précédé les systématisations de Platon et d’Aristote. Séance mensuelle, avec un ou deux intervenants. Les présentations, d’une heure environ (des séances plus longues sont admises), sont suivies d’une discussion de 30 à 45 minutes. Des matériaux préparatoires fournis par les intervenants (hand-out, textes complémentaires) sont envoyés aux participants une dizaine de jours à l’avance.

Pour la deuxième année de suite, le séminaire « présocratiques » du Centre Léon Robin sera consacré au thème « Les dieux chez les penseurs présocratiques ». Nous allons poursuivre l’enquête sur les principales questions soulevées par l’étude de la religiosité chez les penseurs grecs de l’époque archaïque et classique. Plus en détail, il s’agira d’étudier les formes particulières que prend, chez ces philoso­phes, la réflexion sur la religion poly­théiste traditionnelle, à savoir : la critique « rationa­liste » des mythes sur les dieux et des croyances admises (par ex. chez Xéno­phane et différemment chez Protagoras ou chez Euripide) ; le développement de prati­ques savantes d’interprétation des textes poétiques sur les dieux comme la lecture allégorique (cf. le Papyrus de Derveni) ; l’élaboration de nouvelles théologies natu­ralistes qui prennent pour objet des élé­ments de la nature ou du kosmos (par exem­ple, chez Empédocle) ; la revalorisation et le réinvestissement de divinités secondaires dans la religion traditionnelle, comme les daimones (notamment chez Empédocle et chez Socrate) ; l’orphisme.

Sauf indication contraire, les séances ont lieu dans la bibliothèque Léon Robin

Université Paris Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, escalier E, 2e étage, de 10h00 à 13h00

Pour de plus amples informations sur l’organisation du séminaire, vous pouvez nous contacter aux adresses suivantes : rossella.sc@free.fr, g.journee@placita.org

  • Alberto Bernabé (Madrid), « Les dieux dans le Papyrus de Derveni : à propos d’Ouranos, de Cronos et de Zeus »
Samedi 17 Novembre 2018

Colloque international Archives Husserl de Paris
29, rue d’Ulm, Paris, 75005 Amphi Jean Jaurès

La vulnérabilité Approche phénoménologique, existentielle et psychopathologique

ARGUMENT

Depuis plusieurs années, dans le prolongement des travaux de Ludwig Binswanger et de Medard Boss mais aussi de Hubertus Tellenbach, de Wolfgang Blankenburg, d’Arthur Tatossian ou de Kimura Bin, s’est développé à travers l’Europe un ensemble de recherches en psychopathologie et en psychiatrie, fondé sur ce souci du retour aux choses mêmes, qui caractérise la phénoménologie. Convaincus qu’il serait fructueux que ces recherches puissent être partagées et confrontées entre elles, nous souhaitons fonder l’Association européenne de psychopathologie et de psychiatrie phénoménologique (A.E.P.P.P.). La vocation première de cette association serait de permettre à tous les chercheurs européens qui le souhaitent de se rencontrer au moins une fois par an dans une ville d’Europe et de publier les résultats de travaux. Dans cette perspective, nous organisons à l’Ecole Normale Supérieure de Paris, les 16 et 17 novembre 2018, un premier colloque qui aura pour thème : "De la vulnérabilité. Approche phénoménologique, existentielle et psycho-pathologique". Ce colloque sera l’occasion de fonder l’Association Européenne de Psychopathologie et de Psychiatrie Phénoménologique (A.E.P.P.P.) et d’en fixer les statuts

9h.30-12h.30
Présidence : Dominique Pradelle
— Natalie Depraz et Maria Gyemant (France) : « Microphénoménologie de la dépression. Une
approche générative »
— Pierre Legrand (France) : « Le handicap psychique post traumatique : regards croisés entre psychanalyse et phénoménologie »
— Sanneke de Haan (Pays-Bas) : « Authenticity in psychiatry »
14h.30-16h.30
Présidence : Françoise Dastur
— Zeno van Duppen (Belgique) : « Comprendre les points aveugles de la psychose : perspective philosophique et perspective en première personne »
— Philippe Cabestan (France) : « Tomber malade, devenir fou »

16h30-18h.30
General meeting of the European Association of Phenomenological Psychopathology and Psychiatry (E.A.P.P.P.).
Agenda : project outline ; election of the board of the association ; annual membership fee ; foreign correspondents ; publishing ; conferences.
Assemblée générale de l’Association européenne de Psychopathologie et de Psychiatrie phénoménologiques (A.E.P.P.P.). Ordre du jour : présentation du projet ; élection du bureau de l’association ; montant de la cotisation annuelle ; correspondants étrangers ; publications ; colloques.
Comité d’organisation :
Philippe Cabestan, Georges Charbonneau, Natalie Depraz, Thomas Fuchs, Maria Gyemant, Guy Risbec.
Contact : philippecabestan@orange.fr
Entrée libre, dans la mesure des places disponibles

Samedi 17 Novembre 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
de 10h45 à 12h45.
Sauf indication contraire, les séminaires se tiennent cette année dans la salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne.

Séminaire Hegel 2018-2019 animé par Jean-François Kervégan (Université Paris I et IUF) et Gilles Marmasse (Université de Poitiers)

Ce séminaire relève de l’Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103) et de l’équipe d’accueil "Métaphysique allemande et philosophie pratique" (EA 2626, Université de Poitiers).

Page web du séminaire : http://nosophi.univ-paris1.fr/groupes/hegel.htm

Guido FRILLI(Université de Florence) : État et Église chez Hegel et Hobbes

Lundi 19 novembre 2018

Lundi 19 novembre 2018


Séminaire de Francis Wolff - Quelques aspects de la philosophie en train de se faire

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2018-2019
Toutes les séances ont lieu à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, de 17h à 19h, salle dussane.

Isabelle Delpla (Université Jean Moulin - Lyon 3)
Sortir de l’État ?

Lundi 19 novembre 2018

La philosophie et ses autres
18h30-20h30
Salle Cavaillès

Organisateurs :
Vincent LEGEAY, Christian BONNET, Paul RATEAU

Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne.

OBJECTIFS DUMINAIRE COMMUN :
Le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne regroupe des chercheurs qui ont en commun de tous pratiquer l’histoire de la philosophie, mais sur des sujets suffisamment variés pour que la question des méthodes mises en œuvre pour faire de l’histoire de la philosophie mérite d’être posée. L’objectif du séminaire est de créer la possibilité de ce questionnement, en organisant la rencontre, parfois inédite, de deux objets de recherche. Chaque séance comprendra deux interventions de trente minutes : celle d’un doctorant et celle d’un chercheur confirmé. La présence d’un « modérateur » est destinée à permettre d’engager une réflexion, avec l’aide des participants, sur les différentes manières dont un historien de la philosophie peut saisir ses objets et les constituer. En produisant des articulations théoriques entre des objets parfois thématiquement, mais également historiquement distincts, il s’agit d’éclairer l’histoire de la philosophie au travers de ses pratiques.

  • Eric Marquer : Expériences de pensée, fictions sans personnages et cas imaginaires : les différents sens du comme si. Cervantès, Hume, Vaihinger, Borges.
  • Sebastian Kock : La tolérance des philosophes. Schopenhauer et le rapport entre philosophie et religion

Mardi 20 novembre 2018

Mardi 20 novembre 2018

LECTURESVINASSIENNES
Danielle Cohen-Levinas : 2018-2019

Master de philosophie PSL

Titre du séminaire : « Lectures lévinassiennes – Phénoménologie et philosophie de la religion »

Séminaire dans le parcours « Philosophie de la religion » (resp. Vincent Delecroix) et parcours Philosophie contemporaine (resp. Perrine Simon-Nahum)

Dates : 25 septembre ; 9, 16 et 23 octobre ; 6, 13, 20 et 27 novembre ; 11 et 18 décembre 2018.

Lieu : 45 rue d’Ulm, sous-sol du Pavillon Pasteur, Salle de séminaire

Heures : 18h à 20h (les 11 et 18 décembre, 8 janvier 2019 : 18h à 21h).

En explorant les sources philosophiques d’Emmanuel Levinas, on comprend d’emblée que la question éthique est prise dans l’ellipse d’une réflexion sur la transcendance qui ne se laisse pas réduire à une philosophie de la religion. Cependant, la question du religieux n’est pas absente de la pensée de Levinas et d’aucuns philosophes ont pu y voir un « tournant théologique » de la phénoménologie. La philosophie de Levinas n’est ni une théologie, ni une apologie de la religion. Au privilège de la présence et du présent de la représentation, Levinas oppose une subjectivité marquée par une extériorité radicale. Levinas comprend que chez Husserl, il existe autre chose que ce privilège de la présence, ce qu’il nomme une « conscience indirecte, immédiate, mais sans visée intentionnelle » (Entre nous, p. 137). Autrement dit, il existe, dans l’héritage phénoménologique, une conscience qui ne se laisse pas absorber par le monde où les objets auxquels elle se réfère, ouvrant la voie à une temporalité eschatologique et messianique.
Partant de l’idée d’une visée non intentionnelle propre à une conscience indirecte, nous interrogerons cette année le rapport entre phénoménologie et philosophie de la religion dans l’œuvre de Levinas, dans ses aspects à la fois paradoxaux et fondamentalement novateurs dans la manière dont Levinas entend le mot Dieu.
« Je ne voudrais rien définir par Dieu, parce que c’est l’humain que je connais. (…) Je ne refuse pas le terme de religieux, mais je l’adopte pour désigner la situation où le sujet existe dans l’impossibilité de se cacher. Je ne pars pas de l’existence d’un être très grand ou très puissant. Tout ce que je pourrai en dire viendra de cette situation de responsabilité qui est religieuse en ce que le Moi ne peut l’éluder » (Emmanuel Levinas, Liberté et Commandement).

Avec la participation de : Philippe Cappelle-Dumont, Hent de Vries, Perrine Simon-Nahum, Georges Elia-Sarfati, Jacob Levi, Stefano Bancalari, Jacob Rogozinski, Danielle Cohen-Levinas, Jean-Claude Monod.

Programme :

Jean-Claude Monod (CNRS/ENS - Archives Husserl) – « Penser le religieux à partir de la visibilité ? Quelques remarques à partir de Levinas et Blumenberg ».

CONTACTS
Adresse
Ecole Normale Supérieure
Pavillon Pasteur (RdC bureau 17)
45 rue d’Ulm – 75005 Paris
— 
Direction
Marc CRÉPON
— 
Secrétariat
Sabria BELHADJ-TAHAR
sabria-marie.belhadj-tahar(at)ens.fr
01 44 32 30 71

Mercredi 21 NOVEMBRE 2018

Mercredi 21 NOVEMBRE 2018

17h30-19h30
ENS Campus Jourdan Amphithéâtre, 48 Boulevard Jourdan

Séance dans le cadre du séminaire de la Chaire "Géopolitique du risque"

Géopolitique du risque : Technologies et incertitudes

Responsables : J. Peter Burgess & Sarah Perret (Ecole normale supérieure)

Dans le cadre de la réflexion autour de la géopolitisation du risque dans les sociétés contemporaines, ce séminaire s’intéressera à l’un des paradoxes marquants de la modernisation : l’augmentation de l’ « incertitude » due à la multiplication des solutions technologiques apportées aux problèmes humains. Comme le montre Ulrich Beck par son concept de « société du risque », la modernité ne consiste pas seulement à faire face à certains risques, mais à en générer sans cesse d’autres dont les conséquences peuvent être géopolitiques. Grâce à des chercheurs et des praticiens français et étrangers, le séminaire abordera et débattra des grands thèmes de la géopolitisation du risque, tels que l’instabilité financière, la santé publique, la cyber-insécurité, les incertitudes en relations internationales, les crises climatiques, les ambiguïtés du « Big Data », les troubles de la gouvernementalité algorithmique ou encore l’histoire inattendue de l’assurance commerciale.

RISK, ANXIETY AND THE MATHEMATISATION OF INFINITY
Michael Dillon, Lancaster University
Samuel Weber Northwestern University

Jeudi 22 novembre 2018

Jeudi 22 novembre 2018

Séminaire pour l’année 2018-2019 : la mémoire.

lieu :Université de Chicago à Paris (à 20h30).

Les intervenants serons les suivants : Luc Brisson, Danny Trom, Ivan Segré, Pierre Caye, René Lévy, Gilles Hanus et Jean-Claude Milner.

- Luc Brisson : "L’anamnèse chez Platon"

Jeudi 22 novembre 2018

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

MINAIRE NoSoPhi ‘Normes, Sociétés, Philosophies’

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 – CNRS Paris 1 Panthéon Sorbonne


Lieu : Salle 412 Institut de Géographie (191, rue Saint-Jacques)
17-19h
http://nosophi.univ-paris1.fr/groupes/SeminaireNosophi.htm

Organisé par Philippe Crignon et Yann Schmitt

Lubomira RADOILSKA (University of Kent)
Responsibility for Reason-Giving
Répondant : Emmanuel PICAVET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


En raison des mesures de sécurité en vigueur, toute personne ne possédant ni carte professionnelle, ni carte d’étudiant d’une institution ancrée en Sorbonne doit s’inscrire plusieurs jours à l’avance à l’adresse : . Pour tout renseignement, yannschmitt@me.com

Vendredi 23 novembre 2018

Vendredi 23 novembre 2018

Journée d’études - Aspects de la pensée politique et économique de l’Antiquité
14h30-17h30

Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, Salle de conférence (17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris)

  • Marlene Sokolon (Université Concordia, Montréal) : « Political Deliberation : the Agôn in Euripides and Deliberative Democratic Theory »
  • Étienne Helmer (University of Puerto Rico) : « Les philosophes et le mariage : un aspect de la pensée économique antique. Platon, Aristote, Xénophon, Ps.-Aristote »

Lundi 26 novembre 2018

Lundi 26 novembre 2018


Séminaire de Francis Wolff - Quelques aspects de la philosophie en train de se faire

Charles Larmore (Université Brown, États-Unis)
Le concept de bien

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2018-2019
Toutes les séances ont lieu à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, de 17h à 19h, salle dussane.

MARDI 27 NOVEMBRE 2018

Mardi 27 novembre 2018

LECTURESVINASSIENNES
Danielle Cohen-Levinas : 2018-2019

Master de philosophie PSL

Titre du séminaire : « Lectures lévinassiennes – Phénoménologie et philosophie de la religion »

Séminaire dans le parcours « Philosophie de la religion » (resp. Vincent Delecroix) et parcours Philosophie contemporaine (resp. Perrine Simon-Nahum)

Dates : 25 septembre ; 9, 16 et 23 octobre ; 6, 13, 20 et 27 novembre ; 11 et 18 décembre 2018.

Lieu : 45 rue d’Ulm, sous-sol du Pavillon Pasteur, Salle de séminaire

Heures : 18h à 20h (les 11 et 18 décembre, 8 janvier 2019 : 18h à 21h).

En explorant les sources philosophiques d’Emmanuel Levinas, on comprend d’emblée que la question éthique est prise dans l’ellipse d’une réflexion sur la transcendance qui ne se laisse pas réduire à une philosophie de la religion. Cependant, la question du religieux n’est pas absente de la pensée de Levinas et d’aucuns philosophes ont pu y voir un « tournant théologique » de la phénoménologie. La philosophie de Levinas n’est ni une théologie, ni une apologie de la religion. Au privilège de la présence et du présent de la représentation, Levinas oppose une subjectivité marquée par une extériorité radicale. Levinas comprend que chez Husserl, il existe autre chose que ce privilège de la présence, ce qu’il nomme une « conscience indirecte, immédiate, mais sans visée intentionnelle » (Entre nous, p. 137). Autrement dit, il existe, dans l’héritage phénoménologique, une conscience qui ne se laisse pas absorber par le monde où les objets auxquels elle se réfère, ouvrant la voie à une temporalité eschatologique et messianique.
Partant de l’idée d’une visée non intentionnelle propre à une conscience indirecte, nous interrogerons cette année le rapport entre phénoménologie et philosophie de la religion dans l’œuvre de Levinas, dans ses aspects à la fois paradoxaux et fondamentalement novateurs dans la manière dont Levinas entend le mot Dieu.
« Je ne voudrais rien définir par Dieu, parce que c’est l’humain que je connais. (…) Je ne refuse pas le terme de religieux, mais je l’adopte pour désigner la situation où le sujet existe dans l’impossibilité de se cacher. Je ne pars pas de l’existence d’un être très grand ou très puissant. Tout ce que je pourrai en dire viendra de cette situation de responsabilité qui est religieuse en ce que le Moi ne peut l’éluder » (Emmanuel Levinas, Liberté et Commandement).

Avec la participation de : Philippe Cappelle-Dumont, Hent de Vries, Perrine Simon-Nahum, Georges Elia-Sarfati, Jacob Levi, Stefano Bancalari, Jacob Rogozinski, Danielle Cohen-Levinas, Jean-Claude Monod.

Programme :

Georges-Elia Sarfati (Université hébraïque de Jérusalem) – « La phénoménologie du sujet et l’arrière plan de la Cabale tardive dans la pensée d’Emmanuel Levinas ».

CONTACTS
Adresse
Ecole Normale Supérieure
Pavillon Pasteur (RdC bureau 17)
45 rue d’Ulm – 75005 Paris
— 
Direction
Marc CRÉPON
— 
Secrétariat
Sabria BELHADJ-TAHAR
sabria-marie.belhadj-tahar(at)ens.fr
01 44 32 30 71

Vendredi 30 Novembre 2018

Vendredi 30 Novembre 2018

Le séminaire Transferts culturels se poursuit cette année 2018-2019 avec la présentation de chantiers récents ou en cours dans le domaine de l’histoire transnationale (histoire culturelle et histoire des sciences et des savoirs) Les séances sont ouvertes aux collègues et étudiants intéressés. Attention, les salles varient selon les séances, comme précisé dans le programme.

L’entrée est libre : il n’est pas nécessaire d’être inscrit pour assister aux séances, sauf dans l’optique d’une validation.
Les séances ont lieu en français, allemand ou anglais.

Lieu et horaires :
Le vendredi de 9h30 à 12h30, alternativement au 29, au 45 et au 46 rue d’Ulm. Attention aux variations ! voir programme ci-dessous. NB. L’accès au 29 rue d’Ulm se fait par le 24 rue Lhomond.
Pour l’année 2018-2019 les dates sont les suivantes :
5 octobre • 12 octobre • 9 novembre • 30 novembre • 14 décembre • 12 janvier • 1 février •
15 février • 15 mars • 29 mars • 12 avril • 10 mai • 24 mai

Contact : michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr

Philosophie européenne, philosophie africaine : quelles relations ?

  • La Russie de Catherine II et l’Europe occidentale
    Salle 235C, 29 rue d’Ulm

Hans-Jürgen Lüsebrink (Sarrebruck) et Angelina Vacheva (Sofia) : Transferts culturels et relations de pouvoir – La correspondance entre Valentin Jamerey Duval et Anastasia Socoloff (1762-1774) à l’époque de l’impératrice Catherine II de Russie

Cette séance présente un projet de recherche basé sur une coopération internationale et interdisciplinaire entre les deux conférencier(e)s avec le but de publier une édition critique de la Correspondance entre Valentin Jamerey-Duval (1695-1775), autodidacte d’origine paysanne et champenoise devenu directeur du cabinet des médailles de la Cour Impériale à Vienne, et Anastasia Socoloff (1741-1822), dame de cour et confidente de l’impératrice russe Catherine II. S’étendant sur près d’une quinzaine d’années, cette correspondance, qui fut éditée en 1784 en français et parut en 1792 dans une traduction allemande, offre un exemple particulièrement fascinant pour l’étude des transferts culturels entre la Russie et l’Occident pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle et pour l’analyse de l’imbrication des intérêts à la fois personnels et liés aux relations de pouvoir qui les caractérisent.

P.S. :

Comment s’y rendre ?

Ecole Normale Supérieure

La Sorbonne

Centre Léon Robin UMR 8061

Université Paris-Sorbonne

1, rue Victor Cousin

F-75230 Paris cedex 05

Accès

Les locaux du Centre Léon Robin se trouvent en Sorbonne, dans la salle F371, au deuxième étage de l’escalier E, F ou T, tous trois situés dans la galerie Richelieu.

RER B : station Luxembourg ; Métro 10, 4 : stations Cluny-la-Sorbonne, Saint Michel

Université Paris VIII

Université Paris Est

Les oeuvres des auteurs au programme de terminale

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50

Marx

Oeuvres, études, recensions

Article mis en ligne le 14 janvier 2017
Wittgenstein

Oeuvres Ludwig Wittgenstein (trad. G. G. Granger), Tractatus logico-philosophicus, Gallimard, 2001, 121 p. (ISBN 978-2-07-075864-7) « Tractatus (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Vico

Oratio inauguralis VI (1707) Vita di Giovambattista Vico scritta da se medesimo. Texte italien de l’autobiographie de Vico, écrite en 1725 et (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Tocqueville

Les « classiques des sciences sociales », sur le site de l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi) offrent en téléchargement (formats Word, PDF et RTF) (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Thomas d’Aquin

Mise à jour : 29 décembre 2017 Les œuvres complètes de Thomas d’Aquin en français sont téléchargeables dans le site PROJET DOCTEUR ANGÉLIQUE Œuvres (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Spinoza

A. Oeuvres Opera, édition Gebhardt, 1925 (format PDF) Traité de la réforme de l’entendement Il est possible de télécharger les œuvres de Spinoza (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Sextus Empiricus

A. Oeuvres Hypotyposes pyrrhoniennes, texte grec et traduction française de Huart (Amsterdam, 1725). Contre les professeurs (Adversus (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Sénèque

Oeuvres en ligne, études

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Schopenhauer

Le Monde comme volonté et comme représentation, traduction A. Burdeau, Paris, 1888

Article mis en ligne le 17 janvier 2015
Sartre

Les Mots texte intégral Dossier BNF sur Sartre Jean-Paul Sartre : « Un enfant, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets » (...)

Article mis en ligne le 17 janvier 2015

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50

Plan Académique de Formation

0 | 10

Inscriptions Plan Académique de Formation

Inscription individuelle : "Personnels de l’académie de Créteil" Pour vous inscrire ou consulter votre suivi de formation, une même (...)

Article mis en ligne le 19 juin 2018
Programme Plan Académique de Formation 2018-2019

PROGRAMME S’INSCRIRE SUR GAIA APPROFONDISSEMENT DE NOTIONS AU PROGRAMME PHL0201 L’Anneau du Nibelung de Richard Wagner : interpréter (...)

Article mis en ligne le 19 juin 2018
PAF 2013-2014

PHL01 Questionnement à partir de notions du programme 1.PHL0101 La matière et lʼesprit (code : 13A0240468) 17 et 18/03/2014 Lycée Delacroix, (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
PAF 2014-2015

Nous vous rappelons que la date limite d’inscription aux stages de philosophie proposés pour l’année scolaire 2014-2015 est fixée au 19 septembre (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
PAF 2012-2013

Le programme des stages pour l’année 2012-2013 est consultable depuis le 27 juin sur le site http://caform.ac-creteil.fr Les inscriptions se (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
PAF 2010-2011

La perception, fécondité d’une question (PHL0101) : 30 novembre 2010, 17 janvier , 7 mars et 4 avril 2011. Les séances auront lieu au lycée Delacroix à (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
PAF 2011-2012

Les inscriptions sont ouvertes du 24 mai au 14 juin 2011 Stages proposés cette année : PHL0101 - Questionnement à partir d’une notion du programme : (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
PAF 2009-2010

Stages proposés cette année : Les théories de l’évolution (PHL0301), 19 et 20 novembre 2009. Intervenants : Gilles BARROUX, enseignant de philosophie (...)

Article mis en ligne le 20 août 2017
Plan Académique de Formation 2017/2018

Plan académique de formation 2017-2018 1. Les Journées Universitaires de l’UPEC : La bioéthique, éthique de la santé et de l’environnement PHL0301 LA (...)

Article mis en ligne le 17 juin 2017
PAF 2016-2017

Prochainement : ................................................................................................................ Mercredi 29 mars (...)

Article mis en ligne le 11 novembre 2016

0 | 10

Projet de programme « Humanités, littérature et philosophie », classe de première, enseignement de spécialité.

Chères et chers collègues,

Le Conseil supérieur des programmes a rendu publics les projets de programmes qui concernent tous les enseignements de seconde et de première des voies générale et technologique.

Vous pourrez trouver ci-joint le projet de programme « Humanités, littérature et philosophie », classe de première, enseignement de spécialité

Nous vous rappelons que vous êtes invités à participer à la consultation qui se déroule du 5 au 20 novembre 2018 : vous pouvez formuler votre avis et vos propositions via un questionnaire individuel en ligne accessible directement depuis le site éduscol (http://eduscol.education.fr/consultations-lycee-2018-2019) à l’adresse suivante : https://ppe.orion.education.fr/pole_ppe/itw/answer/s/tvg3oye6xi/k/LZnn8Yi.

Ce projet de programme pourra faire l’objet d’amendements suite à la consultation, la publication du programme définitif étant prévue début janvier 2019.

Nous vous adressons de très cordiales salutations

Aurélie Suratteau et Eric Le Coquil

IA-IPR de Philosophie

Académie de Crétéil

Identification

Vous inscrire sur ce site

Vous avez demandé à intervenir sur un forum réservé aux visiteurs enregistrés.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Vous inscrire sur ce site

Vous avez demandé à intervenir sur un forum réservé aux visiteurs enregistrés.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Actus

Rapport Capes Interne 2018

Rapport Capes interne 2018

Rapport Capes externe 2018

Rapport Capes Externe 2018

Cité philo Lille 2018 : FEMININ, SINGULIER UNIVERSEL

du 8 novembre au 1er décembre 2018

Conférences, colloques, séminaires Juin- Juillet 2019

Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité.

A noter : (...)

Conférences, colloques, séminaires, de philosophie Février 2019

Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité.

A noter : (...)

Conférences, colloques, séminaires Mars 2019

Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité.

A noter : (...)

Colloques, conférences, séminaires NOVEMBRE 2018

Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité.

A noter : (...)

Formation aux concours 2018-2019

Module de formation appartenant au dispositif : Préparer le concours interne (...)

Théorie

Quelques expressions :

« C’est une pure théorie »

Une théorie imaginaire (...)

Agrégation externe 2018. Rapport de jury

Rapport de jury agrégation externe philosophie 2018

Programme de la (...)

Agrégation interne : sujets et rapports de jury. De 2003 à 2017

Session 2018 Sujets Première épreuve : composition de philosophie (explication (...)

Rapports des jurys - CAPES interne 2011-2017

Rapports de jury CAPES interne

Rapports des jurys - CAPES externe 2004-2017

Rapport CAPES externe 2017

Rapport CAPES externe 2016

Rapport CAPES (...)

Sites Recensions

            
Ce site contient de nombreuses recensions (...)
agenda Léon Robin
Actualités de NoSoPhi (Normes, sociétés, (...)
Implications philosophiques (ISSN : 2105-0864) (...)
La Vie des idées est un magazine international (...)
Le site NONFICTION.FR, LE PORTAIL DES LIVRES (...)

Publications philosophiques des professeurs de l’Académie de Créteil

Encyclopédiste, philosophe, romancier et auteur de théâtre, critique d’art, libertin ou encore révolutionnaire, Denis Diderot a été évoqué sous de multiples facettes. Mais existe-t-il un Diderot « médecin » ?
Que Diderot ait écrit sur la médecine n’est un secret pour aucun lecteur attentif de son œuvre. Depuis la traduction du Dictionnaire universel de médecine de Robert James, dans les années 1746 à 1748, jusqu’à la parution du Rêve de D’Alembert, en 1769, la pensée du philosophe s’enrichit au contact de l’univers scientifque et médical de son temps, sur lequel il porte une attention soutenue, éveillant en lui une curiosité toujours insatisfaite.
Si Diderot n’a jamais songé à devenir médecin, son œuvre, à travers des figures imaginaires et réelles, à l’exemple du médecin Téophile de Bordeu, donne progressivement vie à un véritable « cabinet médical » au sein duquel Diderot confronte autant qu’il expérimente les effets des observations et des expériences médicales et physiologiques de son époque.

En empruntant à la médecine des concepts, en reprenant les conjectures issues des nombreuses observations et expériences rapportées dans les journaux de médecine, Diderot esquisse une anthropologie matérialiste : les sources de la santé physique comme morale de l’Homme se logent au sein même de la matière, matière sensible, matière vivante. C’est ainsi que son "cabinet médical" participe à l’élaboration d’une philosophie matérialiste.

Accès direct

Ici vous pouvez afficher le contenu d'un article avec le mot-clé "acces-direct".

Le titre du bloc sera celui de l'article.

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    544311 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    526589 pages
  • Aujourd'hui :
    Vous êtes le premier !
  • Actuellement en ligne :
    3 visiteurs
  • 12 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 12 novembre 2018
    "L’identité"


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2018 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2