| |
Philosophie Académie de Créteil
Slogan du site
Lire Montaigne

Essais, I, 24 De la pédanterie

BALSAMO, Jean. La parole de Montaigne : Littérature et humanisme civil dans les Essais. Nouvelle édition [en ligne]. Torino : Rosenberg & Sellier, 2019 (généré le 06 août 2022). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/res/1524> . ISBN : 9788878857261. DOI : https://doi.org/10.4000/books.res.1524.
TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos
« Car c’est moy que je peins »
I. L’ethos noble des Essais
1. Le livre d’un gentilhomme
2. Montaigne vêtu de noir
3. Le mémorial du père
4. « D’une façon laïque, non clericale, mais tousjours très religieuse »
5. La conversation des dames
6. Dans la « boutique de Libraire »
II. Les Essais et la tradition lettrés
1. La conversation des livres
2. « Je viens de courre d’un fil, l’histoire de Tacitus »
3. Bons mots, beaux mots
4. La voix des poètes italiens
5. Sous le signe de Terpsichore
6. Forme « naïve » et beauté cachée
III. Justifier, exhorter, célébrer
1. Guichardin « à l’essai »
2. Des Essais pour comprendre les guerres civiles
3. « Il est séditieux en son cœur »
4. Faveurs, obligations, servitude
5. Passions privées et humanisme civil
6. L’humanité héroïque
Index nominum

Christian Cavaillé, Montaigne et l’expérience, Futuroscope, CNDP-CRDP, 2012.

Une tradition antique, déjà présente chez Cicéron et reprise par Montaigne[1], range les philosophes en dogmatiques, académiques et sceptiques[2]. Les premiers pensent pouvoir accéder à la vérité, les seconds doutent de l’existence d’une vérité, les troisièmes préfèrent s’en tenir aux leçons de l’expérience. Dans une étude de 94 pages et de six chapitres, Christian Cavaillé croise un auteur, Montaigne, et une notion, l’expérience, toutes deux au programme des classes terminales, conformément au cahier des charges de la collection Philosophie en cours éditée par le C.N.D.P.. Il brosse ainsi le portrait d’un Montaigne philosophe de l’expérience[3], c’est-à-dire sceptique. Pourtant, tout lecteur des Essais court le risque de se retrouver dans la position de Ménon à qui Socrate demande une définition de la vertu et qui répond par un essaim de vertus. Certes, les Essais abondent en récits, en anecdotes et en histoires. Y trouve-t-on, pourtant, un véritable concept d’expérience ?

Lire la suite...
Marc FOGLIAL’enfant chez Montaigne, un philosophe naturel ? – PDFPierre MAGNARDLe vocabulaire de Montaigne,
Éditions Ellipses, 2002 – Extraits – Conscience – Expérience –
Interprétation – Moi – Usage –


Dans la même rubrique