*
Rousseau
  • L’édition Vaughan (1915) des écrits politiques de Rousseau peut être consultée et téléchargée sur « The Online Library of Liberty » : le Volume I contient le Discours sur l’inégalité, la Lettre à M. Philopolis, le Jugement sur la paix perpétuelle (1756), la Polysynodie de l’abbé de Saint-Pierre (1756), la première version (manuscrit de Genève) du Contrat Social ; le Volume II contient le Contrat Social (1762), les Lettres écrites de la montagne (1764), le Projet de constitution pour la Corse (1765), les Considérations sur le gouvernement de Pologne.

 Commentaires vidéo-audio

  • Etude du Contrat Social

Céline Spector Doit-on se plier à la volonté générale ?

De la multitude au peuple. Frédéric Brahami, directeur d’études à l’EHESS (Centre Raymond Aron)

Qui fait la loi ? Franck Kausch, professeur agrégé de philosophie en classe préparatoire aux lycées Fénelon et Louis le Grand à Paris

Bruno Bernardi, philosophe, spécialiste de l’histoire conceptuelle de la modernité politique et de la philosophie de J.-J. Rousseau Peut-on forcer quelqu’un à être libre ?


  • Rousseau, penseur de (la crise de) la représentation politique
    Charles Boyer, professeur honoraire de philosophie.
    La crise de la représentation politique est un thème récurrent depuis de nombreuses années. Et nous voulons montrer que, philosophiquement parlant, c’est Jean-Jacques Rousseau qui, dans le Contrat social, l’a pensée comme le mal politique de notre modernité. En effet, en suivant la grille de lecture proposée par Jacques Derrida dans De la grammatologie, la démocratie représentative en tant que « supplément » de la démocratie directe impossible, ne peut que dénaturer cette dernière, c’est-à-dire tendre à dessaisir le peuple de sa souveraineté. Et si ce mal est inhérent à la démocratie représentative des « peuples modernes », cela montre que Rousseau ne peut pas être nostalgique de la démocratie directe antique comme on le dit d’habitude mais le penseur lucide de notre temps.

  • Discours sur l’Origine et les Fondements de l’Inégalité parmi les hommes

Première vidéo :
« La problématique générale » du second Discours de Jean-Jacques ROUSSEAU, expliquée et commentée par Gaëtan DEMULIER dans son cours diffusé en visioconférence au lycée Jean-Pierre Vernant de Sèvres le 02 avril 2015, de 10h à 11h :

Deuxième vidéo :
Portrait physique de l’homme dans l’état de nature

Troisième vidéo :
Portrait métaphysique de l’homme dans l’état de nature

Quatrième vidéo :
Portrait moral de l’homme dans l’état de nature

Cinquième vidéo : L’âge des cabanes et des regards

Sixième vidéo : Propriété et amour propre


  • Henri Guillemin

Jean-Jacques Rousseau 1. (1712-1778) par Henri Guillemin
Jean-Jacques Rousseau 2.

Dans cette première conférence, en date du 11 novembre 1972, c’est la pensée politique et sociale de Jean-Jacques Rousseau qui est abordée. Et, comme toujours chez Guillemin, ça déménage et ça fait le ménage parmi les légendes : contrairement à ce qu’on vous a appris à l’école, Voltaire et Rousseau n’ont pas œuvré à préparer la même révolution car tout les opposait. L’un était un bourgeois nanti dans laquelle se sont reconnus les députés de la Constituante qui l’ont « panthéonisé » en 1790. L’autre, qui, aujourd’hui encore déchaîne les haines des possédants, n’est entré au Panthéon qu’en 1794 sur l’insistance de Robespierre qui était son disciple. Si Rousseau, à la fin de sa vie, a été constamment persécuté par Voltaire, par les Encyclopédistes et même par ses compatriotes genevois, c’est qu’il était furieusement « peuple », lui qui écrivit au comte de Lastic ceci : « Ce ne serait pas la peine d’avoir des gens s’ils ne servaient à chasser le pauvre quand il demande son dû ».

Le devin du village John Portman

VIIe Rencontres philosophiques des Charmettes, Bruno BERNARDI, professeur de philosophie en classes préparatoires,au lycée Thiers de Marseille : « Aujourd’hui jour de Pâques fleuries » : les dernières pages de Rousseau., ac-Grenoble, 11 juin 2011
Le 12 avril 1778, Rousseau entreprend la rédaction de la 10e Rêverie du Promeneur solitaire. Il mourra le 2 juillet en la laissant inachevée. Il y revient sur sa rencontre avec Madame de Warens, cinquante ans plus tôt, et sur la vie qui fut la leur aux Charmettes. Ces pages à la fois graves et joyeuses, aussi émouvantes que pensées évoquent ce qui fut pour lui une « seconde naissance ». On proposera de lire ce texte comme l’ultime témoignage d’un homme et d’une pensée.

La leçon de morale politique de « L’Emile » Audio
par Bruno Bernardi, Philosophe
Collège international de philosophie ; 20 juin 2012, CCIC Cerisy la Salle
Durée : 59:45
Contexte intellectuel et vérité philosophique de la « Profession de foi du Vicaire savoyard » Audio
par Charles Larmore, Philosophe, Brown University
20 juin 2012, CCIC Cerisy la Salle
Durée : 40:07

Rousseau et la question de la religion : Religion et politique : un lien nécessaire ? Site ac-grenoble
Cette conférence a été prononcée le samedi 20 juin 2009 au musée des Charmettes, Maison de Jean-Jacques Rousseau, 890 chemin des Charmettes, 73000 Chambéry, par M. Ghislain WATERLOT, Maître de conférences de philosophie à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Genève et Directeur de l’Institut Romand de Systématique et d’Éthique.
Elle était organisée par les musées d’art et d’histoire de Chambéry

Le divertissement selon Rousseau — Martin Rueff (Paris VII)

 Articles