La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

L’événement #PhiloNum au Centre Pompidou

Le Centre Pompidou organise du 12 au 16 février 2018 #PhiloNum, une semaine consacrée à la philosophie et au numérique, programme dédié aux élèves de lycée (tous niveaux).
L’objectif de cette semaine est de se faire rencontrer regards artistiques et philosophiques sur le monde numérique. Cet évènement gratuit sera l’occasion d’aborder de nombreuses questions philosophiques adaptées aux programmes scolaires grâce à des workshops, des visites-tweet ou encore des rencontres-conférences avec des philosophes. L’objectif est de détourner lors de cette semaine, l’utilisation et la pratique quotidienne par les élèves des nouvelles technologies.

Cette année, le thème traité est Le Réel et le virtuel le lundi 12 Février, jeudi 15 Février et vendredi 16 Février.

Les classes sont accueillies au Centre Pompidou pour une journée de 9h30 à 15h30. Durant la matinée, les classes participent à un atelier avec un artiste qui propose des œuvres d’art qui questionnent les problématiques liées au numérique. Ensuite, une visite les collections permanentes du musée avec un conférencier basé sur un texte Philosophique.

L’après-midi, toutes les classes sont rassemblées pour suivre une conférence d’un spécialiste des questions liées au numérique : le lundi : Jean-Michel Besnier, le jeudi : Arnaud Bouaniche et le vendredi : Alexandre Monnin. Ces conférences seront retransmises en direct sur le site du Centre Pompidou afin que les élèves n’ayant pas pu se déplacer puissent suivre l’évènement ; il leur sera possible de poser des questions à l’intervenant par le biais de twitter.

L’inscription à une journée est gratuite et se fait à l’adresse suivante : claire.cousin@centrepompidou.fr

guerre
logo imprimer

la guerre

- La guerre comme expérience artistique
Marie Gispert, département d’histoire de l’art et archéologie, Université Paris 1

Le département d’allemand organise conjointement avec le service culturel de l’université Rennes 2 et l’amical concours des départements de musique et d’arts du spectacle, ainsi que du Centre franco-allemand, une semaine thématique qui s’inscrit dans le cadre du centenaire de la grande Guerre. Se voulant résolument transdisciplinaire, cette semaine culturelle allemande propose de revisiter dans le cinéma, la peinture, la musique et la littérature la réception de la Première Guerre mondiale dans l’espace germanique. Conférence organisée dans le cadre de la semaine culturelle allemande 14-18 vu de l’autre côté du Rhin.

- 

- Jean-Claude Zancarini : Le discours de la guerre

Jean-Claude Zancarini présente ici sa méthode d’approche des textes de Machiavel et s’interroge sur le sens de l’histoire : "Si l’histoire n’a pas de sens, elle n’en est pas moins intelligible". S’appuyant sur Michel Foucault et Fernand Braudel, il propose une vision de l’histoire qui se comprend en termes de rapports de force, de dominants et de dominés. Il s’intéresse ensuite au discours de la guerre dans l’oeuvre de Machiavel, et notamment à la présence des armes et du vocabulaire guerrier dans le Prince. Il revient sur l’histoire de la république florentine, de ses guerres et de ses conquêtes, et sur les stratégies militaires dans l’oeuvre de Machiavel. Il s’interroge enfin sur le rôle de l’église catholique dans les guerres intérieures. La conférence est suivie d’une discussion.

Equipe technique Directeur de la production : Christophe Porlier, Responsable des moyens techniques : Francis Ouedraogo, Réalisation : Service commun audiovisuel et multimédia Captation vidéo : Sebastien Boudin, Julien Lopez, Mathias Chassagneux, Son : Samuel Bazin, Montage-Encodage-Diffusion Web : Jean-Claude Troncard

Date de réalisation : 12 Novembre 2001
Durée du programme : 117 min

Auteur(s) : ZANCARINI Jean-Claude
Réalisateur(s) : ENS-LSH/SCAM

Peut-on parler d’une guerre juste ? partie1, Peut-on parler d’une guerre juste ? partie2 par Philippe TOUCHET, Professeur en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles.
2011
Projet EEE

I. La fin des guerres ? : Bamako, Bruxelles, Hambourg, Londres, Peristeri, Rhodes, Rome, Sèvres, Vienne
Annexes :
Interview d’Élie BARNAVI, réalisé par les élèves de l’École européenne de Bruxelles 1 (coordination : François JOURDE) :
Polemos - La guerre, réflexions des élèves du Lycée Français de Vienne (coordination Vincent RENAULT) :
[Qu’est-ce que la paix ? - > http://www.dailymotion.com/video/x1zywqz_qu-est-ce-que-la-paix-elsa-helene-d-hambourg_school] (coordination : Felix LUND)

II. Kant, Le projet de paix perpétuelle Philippe TOUCHET

III. L’Europe 2014 : qu’est-ce qui recommence ? Frédéric WORMS

"But war means death". La mise à mort de l’ennemi dans un cinéma sous contraintes : le film de combat américain de la Seconde Guerre mondiale (1942–1945)
"La Guerre, un pays de fées perverti" : violence militaire et personnelle dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell
Brève histoire des études sensorielles. Les études sensorielles réalisées en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale
Compter les morts de guerre, mai 2009, ENS
Contingence, liberté et histoire dans le moment philosophique de la Seconde guerre mondiale : Sartre et Aron
Guerre juste et littérature : un soldat en tue un autre
L’évolution des musées d’histoire de la Seconde Guerre mondiale à l’exemple du Centre national Jean-Moulin de Bordeaux, du Mémorial de Caen et du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane
L’essor du bergsonisme en Turquie : une lecture de la guerre d’indépendance à travers la revue "Dergâh" (1921–1923)
La guerre des images
Le bien, la guerre et la terreur
Penser avec Foucault les nouvelles formes de peines et de guerre ENS, mars 2005

Penser la guerre aujourd’hui par Frédéric Gros
Conférence du 28 mars 2012 Bnf

XXVIIᵉ conférence Marc-Bloch : John Horne, "Entre expérience et mémoire. Les soldats français de la Grande Guerre"

Résumé

L’expérience, qui s’inscrit dans la temporalité et se communique par la narration, représente un cadre d’analyse important pour comprendre les combattants de la Grande Guerre. Les soldats français étaient pris entre un avenir défini par la nécessité d’expulser les envahisseurs allemands et un présent réfractaire à cet impératif en raison de la prédominance de la guerre défensive. Les narrations qui confrontent cette dichotomie tournent autour de la notion du sacrifice. L’érosion de ce langage provoque les mutineries de 1917. Néanmoins, un discours narratif fonctionnel se réinstalle pendant la dernière année du conflit. La mémoire plus distanciée qui se réalise chez les vétérans après la guerre est, sans être moins « vraie », différente, par sa nature, de l’expérience vécue.
texte de la Conférence


Calendrier

Évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2018 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.62