Accueil > Conférences Séminaires Colloques Expositions > Agenda colloques, conférences et séminaires de philosophie 2017. Quelques (...)

Agenda colloques, conférences et séminaires de philosophie 2017. Quelques expositions

21 / 04 / 2017 | Maryse Emel webmestre, photos
Suite au Plan Vigipirate, munissez-vous de votre pièce d’identité. A noter : pour certains événements, il faut s’inscrire et se munir de l’invitation quand cela est indiqué

Pour voir l’agenda 2018 (janvier-juin) cliquer sur ce lien


OCTOBRE 2017
Vendredi 20 octobre 2017

14h30-17h30.
Cycle de conférences Léon-Robin : la question de l’âme chez Platon et dans la tradition platonicienne
Ens, salle Celan, 45, rue d’Ulm 75005 Paris

David Sedley, « Le dernier argument du Phédon »
Répondante : Monique Dixsaut

Samedi 21 octobre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Dans le cadre de journées d’étude, co-organisées avec Michel GRUSELLE
Chimiste, directeur de recherche émérite au CNRS, Paris
Non, la Révolution d’Octobre n’est pas morte !

ACTUALITÉ DE LA RÉVOLUTION D’OCTOBRE

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Samedi 21 octobre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Séminaire Hegel Agenda 2017-2018
Le séminaire est animé par Jean-François Kervégan (Université Paris I et IUF) et Gilles Marmasse (Université de Poitiers)
Il relève de l’Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103) et de l’équipe d’accueil « Métaphysique allemande et philosophie pratique » (EA 2626, univ. de Poitiers).

Klaus VIEWEG (Universität Jena) : « Inwiefern eine Tat überhaupt eine Handlung ist – Zu Hegels Theorie der Handlung »
De 10h45 à 12h45 en salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne.

Attention :
Par respect des consignes de sécurité, merci de signaler votre venue à l’avance.
Le texte peut être envoyé à l’avance sur simple demande.
Contact : gilles.marmasse@univ-poitiers.fr

Ce séminaire relève de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103) et de l’équipe d’accueil « Métaphysique allemande et philosophie pratique » (EA 2626, univ. de Poitiers).

Lundi 23 octobre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Louis Lourme (Labo. SPH, Univ. Bordeaux Montaigne)
"La question de la citoyenneté mondiale aujourd’hui."

Lundi 23 octobre 2017

Séminaire « L’idée russe face aux idées occidentales »
Organisation :
Stéphanie Roza, Igor Sokologorsky, Thomas Van Der Hallen

18h00-20h00,
centre Sorbonne, salle Halbwachs, (entrée par le17, rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage)

Conférence de Marie-Pierre Rey, professeur à l’Université de Paris I, directrice du centre de recherches en histoire des Slaves, directrice de l’Institut Pierre Renouvin et de l’UMR SIRICE : Guerre et transferts culturels : l’exemple des campagnes de 1812-1814

Le séminaire est organisé avec le soutien du CHSPM et du LabEx COMOD
L’entrée est libre, mais l’inscription est impérative par mail : igorsokologorsky@yahoo.fr

Mardi 24 octobre 2017

Histoire et philosophie de la physique
17h-19h
CONTACTS
Nad Fachard
courriel : nad [dot] fachard [at] univ-paris-diderot [dot] fr
olivier Darrigol
courriel : darrigol [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Ce séminaire est conçu comme un lieu d’échange entre historiens de la physique, philosophes de la physique, physiciens et étudiants dans les disciplines concernées. Bien que le programme de cette année n’ait pas de thème précis, il reflète l’intérêt des organisateurs pour les questions qui nous poussent à traverser les frontières interdisciplinaires : entre physique et philosophie, entre histoire et philosophie, entre construction théorique et expérience, entre physique et autres sciences.

Responsables
Nadine de Courtenay (Univ. Paris Diderot, SPHere),
Olivier Darrigol (CNRS, SPHere),
Sara Franceschelli (ENS LSH),
Jan Lacki (Université de Genève)


Brigitte Falkenburg (Université technique de Dormund)
From Heisenberg to Mittelstaedt and Scheibe : Kant’s impact on the “German Copenhagen school” of quantum mechanics.


salle Malevitch, 483, bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot - 4 rue Elsa Morante
Paris, France (75013)

Jeudi 26 octobre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Thomas Pradeu (CNRS, UMR5164 Bordeaux & IHPST)
La philosophie peut-elle vraiment être utile à la science ?

Samedi 28 octobre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
de 14 h à 16 h, salle Cavaillès
Séminaire Philosophie & psychanalyse

Séminaire de recherche 2017-2018 organisé par Guy-Félix Duportail
(Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

Rudolf Bernet (Archives Husserl, Louvain)
La puissance de la science comme force, pulsion, désir.

Samedi 28 octobre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Aymeric MONVILLE
Publiciste, Directeur des Éditions Delga

PRÉSENTATION DE ‘LA DESTRUCTION DE LA RAISON’, DE GEORGES LUKÁCS
À L’OCCASION DE LA PUBLICATION DU 3E ET DERNIER TOME DE L’OUVRAGE, CHEZ DELGA (JUIN 2017)

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Samedi 28 octobre 2017

10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 (ISJPS-PhiCo)
UMR 7219 (SPHERE-GRAMATA)
Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par
Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix
(Paris 1, Gramata) Intentionalité et réalité (II) :
L’intentionnel et le réel

Cette deuxième année de séminaire, après la précédente portant sur la logique et la métaphysique de l’intentionalité, sera consacrée à la logique et à la métaphysique de l’intentionnel. On interrogera, cette année, l’être de « l’intentionnel », en tant que corrélat supposé de l’intentionalité. Y a-t-il de « l’intentionnel » ? Dans l’affirmative, en quel sens y en a-t-il ? Celui-ci relève-t-il d’un traitement ontologique, logique, grammatical ? Si, en un sens ou en un autre, il y a de l’intentionnel, comment y en a-t-il : par rapport à quoi et sous quelles conditions ? dans quel rapport ou non avec le réel ? Ce thème sera abordé de façon à la fois historique et systématique, suivant des allers et retours dans le temps long de l’histoire de la philosophie jusqu’aux débats les plus contemporains, et en
l’instanciant dans différents champs réels.

- Mathieu Frèrejouan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) :
La ’perception sans objet à percevoir’ : analyse du concept
d’hallucination à partir d’Henri Ey

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Sorbonne
17 rue de la Sorbonne
Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

Samedi 28 octobre 2017

14h30-16h30
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Ronan de Calan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)
Critique de l’ontologie sociale

La question de la réalité sociale joue un rôle privilégié dans le
renouveau actuel du motif réaliste. Certains soutiennent que l’originalité du « nouveau réalisme », irréductible au réalisme généralement naturaliste qui a pu, dans la période précédente, s’opposer aux différentes formes d’antiréalisme post-moderne, résiderait dans la prise en compte non plus de la seule réalité naturelle mais de celle de la société. Tout le problème paraît alors que la mise en exergue de la réalité de ladite réalité sociale ne conduise pas, d’une façon ou d’une autre, à la désocialisation de cette même réalité. Aussi le « nouveau réalisme » se distinguerait-il par le respect qu’il témoignerait à la spécificité de l’être du social.
La difficulté est cependant que, bien souvent, dès lors, cette spécificité semble revêtir des traits étrangement similaires à ceux de ce constructivisme même que la thèse réaliste avait pour vocation première de dénoncer. On ne compte plus, de la part des néo-réalistes proclamés, les tentatives de « constructions de la réalité sociale », l’idéal analytique de (re)construction théorique de cette réalité finissant souvent par prendre la signification substantielle suivant laquelle, en un sens ou un autre, ce serait cette réalité elle-même qui se construirait.
Le premier objectif de nos travaux sera de remettre en question cette idée selon laquelle le social, que cela soit en un sens épistémologique ou métaphysique, pourrait faire l’objet d’une « construction ». Nous soutiendrons qu’essayer de « construire » le social, c’est, du point de vue théorique, se condamner à le manquer. A la logique de la « construction », il faut substituer celle de l’analyse et de la critique, qui, plutôt que de prétendre fabriquer théoriquement le social, le prend pour point de départ ainsi que les discours voués à sa connaissance (et non à sa construction) : ceux des sciences sociales. D’autre part, du point de vue ontologique, nous mettrons en doute que le social puisse être pensé en aucune façon comme étant lui-même une « construction » – ce qui ne veut pas dire
qu’il n’appartienne pas à l’être du social que des « constructions », en des sens à préciser, y soient possibles.
Cette démarche critique nous conduira cependant et surtout, au-delà du rejet de ce mythe de la construction, à remettre en question les limites de principe du programme même d’une « ontologie sociale ». Celle-ci paraît, constitutivement, condamnée à osciller entre réification et constructivisme. C’est que, sans doute, la question est mal posée. A la perspective ontologique qui prétend circonscrire a priori l’être du social et finit toujours par lui donner alternativement trop ou trop peu d’être, on opposera l’enquête socio-logique qui reconnaît dans la société l’espace dans lequel est posée, conflictuellement, la question des mesures de l’être.

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre Sorbonne
17 rue de la Sorbonne Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

Jean-Louis Deneubourg (ULB, Bruxelles) :
TBA

Mardi 31 octobre 2017

Histoire et philosophie de la physique
17h-19h
CONTACTS
Nad Fachard
courriel : nad [dot] fachard [at] univ-paris-diderot [dot] fr
olivier Darrigol
courriel : darrigol [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Ce séminaire est conçu comme un lieu d’échange entre historiens de la physique, philosophes de la physique, physiciens et étudiants dans les disciplines concernées. Bien que le programme de cette année n’ait pas de thème précis, il reflète l’intérêt des organisateurs pour les questions qui nous poussent à traverser les frontières interdisciplinaires : entre physique et philosophie, entre histoire et philosophie, entre construction théorique et expérience, entre physique et autres sciences.

Responsables
Nadine de Courtenay (Univ. Paris Diderot, SPHere),
Olivier Darrigol (CNRS, SPHere),
Sara Franceschelli (ENS LSH),
Jan Lacki (Université de Genève)

Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, Paris)
4686, ou comment lire l’image en physique.


salle Malevitch, 483, bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot - 4 rue Elsa Morante
Paris, France (75013)


NOVEMBRE 2017
Samedi 4 Novembre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Séminaire Wittgenstein 2017-2018 : Formes de langage, formes de vie
Organisé par Christiane Chauviré et Sandra Laugier

De 2015 à 2017 le séminaire s’est focalisé sur ce concept d’« 
ordinaire » dans ce qu’il a de central dans la pensée contemporaine,
chez Wittgenstein, Austin, et aujourd’hui Stanley Cavell, Veena Das et
Richard Moran, à l’interface du linguistique, de l’éthique et de
l’anthropologique.

En 2017-2018, le séminaire envisagera plus directement, en partenariat
avec le GDRI CNRS « Forms of life », la notion de « formes de vie » en
lien avec le langage ordinaire et l’articulation des formes du langage
et de la vie. Les formes de vie font actuellement l’objet de
recherches dynamiques au confluent de la philosophie de Wittgenstein
et de la Théorie critique, de Foucault et du biopolitique, de Dewey et
du pragmatisme, de l’anthropologie de la vie. Il s’agit de mettre en
évidence la force et la plasticité du concept, et d’explorer
l’intrication du social (sens horizontal) et du biologique (sens
vertical) dans les Forms of life et l’intégration de formes vitales
(Lifeforms) dans les formes ordinaires du langage et de la vie.

Lieu : Sorbonne, Université Paris 1, UFR de philosophie, 17, rue de la
Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Lalande

Renseignements : sandra.laugier@univ-paris1.fr

Emma Williams (Université de Warwick), Paul Standish (UCL)
« Ordinary Language and the Education of Literature »

Lundi 6 novembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Daniel Andler (Univ. Paris-Sorbonne)
"Le naturalisme et la question du dernier mot"

Mercredi 8 novembre 2017

18h/21h

Séminaire de recherche sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Ouest, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP)
http://sophiapol.hypotheses.org/21455
Les philosophes et leur monde
Pour une histoire globale de la philosophie

Université Paris 8, salle A028

{{}}

***

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire. rope et au-delà, ou encore les effets « souterrains » de la guerre d’Algérie sur la philosophie française contemporaine.
Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

Mercredi 8 novembre 2017

Séminaire Théorie critique pour l’année 2017-2018. Le thème directeur sera cette année Marxisme et Théorie critique.
10h-13h
en salle 235A du 29 rue d’Ulm

Bertrand Ogilvie Professeur de philosophie
Co-directeur du laboratoire LLCP UE 4008
Responsable du Master philosophie
Université Paris 8 Saint-Denis 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
http://www-artweb.univ-paris8.fr
0607194991
bertrand.ogivie@wanadoo.fr

Mercredi 8 novembre 2017

18h30-20h30

Myriam REVAULT D’ALLONNES
La politique a-t-elle encore un sens ?
Discutante : Isabelle Alfandary, directrice de programme au CIPh et professeur à
l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Salle des Mariages, Mairie du 4e arrondissement de Paris, 2 place Baudoyer, 75004 Paris
Conférence organisée avec le soutien de la Mairie du 4ème arrondissement de Paris.

La question qu’avait posée en son temps Hannah Arendt prend aujourd’hui une acuité particulière et elle peut être déclinée comme une interrogation renouvelée sur le délitement de notre condition politique. L’une des atteintes les plus récentes portées aux conditions de la vie en commun – mais non la moindre – est sans doute cette émergence de la « postvérité » qui menace le sens même de la politique et entame la possibilité de s’orienter dans le monde.

Myriam Revault d’Allonnes, professeur émérite des universités à l’École Pratique des
Hautes Études (EPHE), chercheur associé au CEVIPOF, ancienne directrice de programmeau CIPh. Derniers ouvrages : Le Pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Seuil, 2006 ;
L’Homme compassionnel, Seuil, 2008 ; Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie, Seuil, 2010 ;
La Crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012 ; Le Miroir et la scène.
Ce que peut la représentation politique, Seuil, 2016.

.......................................................................

Jeudi 9 novembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Bernadette Bensaude-Vincent (Paris I),
Émile Meyerson, à la croisée de plusieurs histoires

Jeudi 9 novembre 2017


Écriture de soi et résistance éthique
Writing the self and ethical resistance

Après une première année consacrée à l’étude de l’ « Ecriture de soi entre éthique et politique », notre séminaire au Collège International de Philosophie aura pour thème cette année « Écriture de soi et résistance éthique ».

Si l’on a pu définir, à l’aune des travaux de Michel Foucault et de Pierre Hadot, le concept d’« écriture de soi » comme pratique éthique de subjectivation, l’hypothèse que nous souhaitons formuler et explorer à présent porte sur la mise en œuvre d’un processus de résistance spécifique, une « résistance ordinaire » (Lorenzini 2015) qui s’élabore dans et par l’écriture de soi.

Dans un premier temps, une étude conceptuelle paraît donc nécessaire afin de combler le vide sémantique qui entoure l’idée de résistance personnelle (une résistance, suggérons-nous, proprement « éthique ») développée dans l’écriture de soi. Il s’agira de mettre en lumière la singularité de la résistance en acte au sein l’écriture de soi, dans l’écart qu’elle creuse par rapport à d’autres formes de résistance déjà conceptualisées comme la désobéissance civile ou de résistance civique au sens de Thoreau (Thoreau 1997), la résistance civile telle que la conçoit Hannah Arendt (Arendt 1972), la désobéissance politique comme l’entend Bernard Harcourt (Harcourt 2013 ; 2015), ou bien encore de résistance éthique (Rawls 1987 ; Negri 2016). Nous reprendrons ensuite notre approche de l’écriture de soi par les textes (Montaigne, W.G. Sebald, É. Glissant), à la lisière de la philosophie et de la littérature.


Les séances auront lieu au Columbia Global Centers (4 rue de Chevreuse, 75006 Paris) et au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris).

Troisième séance – jeudi 9 novembre 2017, de 18h30 à 20h30
Columbia Global Centers, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris

***à confirmer***

CONTACTS
Isabelle Galichon courriel : isabelle [dot] galichon [at] orange [dot] fr

Jeudi 9 novembre 2017

9-12h
Philosophie de la religion
Objets, méthodes

Séminaire organisé par Perrine Simon-Nahum (ENS), Dan Arbib (ENS) et Vincent Delecroix (EHESS).

Ce séminaire a pour vocation de faire découvrir aux étudiants la richesse et le dynamisme actuel des études en philosophie de la religion. Procédant par invitations au gré de l’actualité des publications et des recherches, il vise à représenter autant les différents courants qui structurent ce champ que les objets et les problématiques multiples qui occupent les chercheurs. On s’y rendra sensible à la variété du phénomène religieux contemporain et simultanément à la pluralité des approches et même des croisements interdisciplinaires au sein même de la philosophie de la religion.

Salle de séminaire (sous-sol du pavillon Pasteur) , 45 rue d’Ulm 75005

Perrine Simon-Nahum, Dan Arbib et Vincent Delecroix : « Pourquoi la philosophie de la religion ? »

Mardi 14 novembre 2017

Histoire et philosophie de la physique
17h-19h
CONTACTS
Nad Fachard
courriel : nad [dot] fachard [at] univ-paris-diderot [dot] fr
olivier Darrigol
courriel : darrigol [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Ce séminaire est conçu comme un lieu d’échange entre historiens de la physique, philosophes de la physique, physiciens et étudiants dans les disciplines concernées. Bien que le programme de cette année n’ait pas de thème précis, il reflète l’intérêt des organisateurs pour les questions qui nous poussent à traverser les frontières interdisciplinaires : entre physique et philosophie, entre histoire et philosophie, entre construction théorique et expérience, entre physique et autres sciences.

Responsables
Nadine de Courtenay (Univ. Paris Diderot, SPHere),
Olivier Darrigol (CNRS, SPHere),
Sara Franceschelli (ENS LSH),
Jan Lacki (Université de Genève)

Niccolò Guicciardini (Université de Bergame)
Open issues on the history of the early application of calculus to dynamics (1690-1720).


salle Malevitch, 483, bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot - 4 rue Elsa Morante
Paris, France (75013)

Jeudi 15 novembre 2017


Écriture de soi et résistance éthique
Writing the self and ethical resistance

Après une première année consacrée à l’étude de l’ « Ecriture de soi entre éthique et politique », notre séminaire au Collège International de Philosophie aura pour thème cette année « Écriture de soi et résistance éthique ».

Si l’on a pu définir, à l’aune des travaux de Michel Foucault et de Pierre Hadot, le concept d’« écriture de soi » comme pratique éthique de subjectivation, l’hypothèse que nous souhaitons formuler et explorer à présent porte sur la mise en œuvre d’un processus de résistance spécifique, une « résistance ordinaire » (Lorenzini 2015) qui s’élabore dans et par l’écriture de soi.

Dans un premier temps, une étude conceptuelle paraît donc nécessaire afin de combler le vide sémantique qui entoure l’idée de résistance personnelle (une résistance, suggérons-nous, proprement « éthique ») développée dans l’écriture de soi. Il s’agira de mettre en lumière la singularité de la résistance en acte au sein l’écriture de soi, dans l’écart qu’elle creuse par rapport à d’autres formes de résistance déjà conceptualisées comme la désobéissance civile ou de résistance civique au sens de Thoreau (Thoreau 1997), la résistance civile telle que la conçoit Hannah Arendt (Arendt 1972), la désobéissance politique comme l’entend Bernard Harcourt (Harcourt 2013 ; 2015), ou bien encore de résistance éthique (Rawls 1987 ; Negri 2016). Nous reprendrons ensuite notre approche de l’écriture de soi par les textes (Montaigne, W.G. Sebald, É. Glissant), à la lisière de la philosophie et de la littérature.


Les séances auront lieu au Columbia Global Centers (4 rue de Chevreuse, 75006 Paris) et au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris).

Quatrième séance – jeudi 16 novembre 2017, de 18h30 à 20h30
Columbia Global Centers, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris

Toni Negri & Bernard Harcourt (Columbia University) : Résistance éthique, rassemblement et contre-révolution

contacts :
Isabelle Galichon courriel : isabelle [dot] galichon [at] orange [dot] fr

Jeudi 16 novembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Sébastien Dutreuil (CNRS-CEPERC) "Gaïa : hypothèse, programme de recherche pour le système Terre ou philosophie de la nature ?"

Samedi 18 novembre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Gilda LANDINI- GUIBERT
Professeure agrégée d’histoire, présidente de la Commission d’histoire du Musée de la Résistance nationale, de 1997 à 2000

LE FIL ROUGE

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Samedi 18 novembre 2017

Séminaire « Les dieux chez les penseurs présocratiques »
organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée

Sauf indication contraire, les séances ont lieu dans la bibliothèque Léon Robin

Université Paris Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, escalier E, 2ème étage, de 10h00 à 13h00

Pour de plus amples informations sur l’organisation du séminaire, vous pouvez nous contacter aux adresses suivantes : rossella.sc@free.fr, g.journee@placita.org

Le séminaire « Présocratiques » est organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée. Il accueille de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) et des chercheurs confirmés souhaitant présenter et discuter leurs travaux en cours (thèses, travaux post-doctoraux, édition de fragments et de témoignages, articles, monographies) sur les penseurs de la Grèce antique qui ont précédé les systématisations de Platon et d’Aristote. Séance mensuelle, avec un ou deux intervenants. Les présentations, d’une heure environ (des séances plus longues sont admises), sont suivies d’une discussion de 30 à 45 minutes. Des matériaux préparatoires fournis par les intervenants (hand-out, textes complémentaires) sont envoyés aux participants une dizaine de jours à l’avance.

À partir de l’année universitaire 2017-2018, le séminaire « présocratiques » du Centre Léon Robin (Paris IV) adopte un mode d’organisation par « cycles thématiques » d’une durée de trois à quatre semestres. Le premier cycle thématique qui débutera à la rentrée 2017 sur « Les dieux chez les penseurs présocratiques » se propose de revenir sur les principales questions soulevées par l’étude de la religiosité chez les penseurs grecs de l’époque archaïque et classique. Plus en détail, il s’agira d’étudier les formes particulières que prend, chez ces philosophes, la réflexion sur la religion polythéiste traditionnelle, à savoir : la critique « rationaliste » des mythes sur les dieux et des croyances admises (par ex. chez Xénophane et différemment chez Protagoras ou chez Euripide) ; le développement de pratiques savantes d’interprétation des textes poétiques sur les dieux comme la lecture allégorique (cf. Le Papyrus de Derveni) ; l’élaboration de nouvelles théologies naturalistes qui prennent pour objet des éléments de la nature ou du kosmos (par exemple, chez Empédocle) ; la revalorisation et le réinvestissement de divinités secondaires dans la religion traditionnelle, comme les daimones (notamment chez Empédocle et chez Socrate) ; l’orphisme.

Alberto Bernabé (Madrid), « Les dieux dans le Papyrus de Derveni : à propos d’Ouranos, de Cronos et de Zeus »

Samedi 18 novembre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Séminaire Hegel Agenda 2017-2018
Le séminaire est animé par Jean-François Kervégan (Université Paris I et IUF) et Gilles Marmasse (Université de Poitiers)
Il relève de l’Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103) et de l’équipe d’accueil « Métaphysique allemande et philosophie pratique » (EA 2626, univ. de Poitiers).
Victor BEGUIN (Université de Poitiers) : « Quelques aspects du problème de la fondation chez Hegel »
De 10h45 à 12h45 en salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne.

Samedi 18 novembre 2017

Conférence : Un impératif platonicien dans son interprétation en philosophie islamique (par Christian Jambet, Directeur d’études
à l’École pratique des Hautes Études (Section des sciences religieuses), chaire : Philosophie en islam.)
16 h 00 - 18 h 00

« S’assimiler à Dieu dans la mesure du possible » (Théétète 176 b) : un impératif platonicien dans son interprétation en philosophie islamique


Rien n’est plus récurrent que le motif de l’assimilation à Dieu, lorsque les philosophes de l’islam déterminent quelle est la finalité de l’amour de la sagesse. Expressément légitimé par la référence au « divin Platon » considéré comme le « guide des philosophes », ce motif est lié à la thématique de l’évasion loin du monde inférieur. Il est inévitablement placé dans une perspective où l’unification avec le Principe divin doit faire face aux données élémentaires de la religion de l’islam, ce qui en modifie considérablement la nature et la portée. Unification, assimilation, ressemblance entre l’homme parfait, idéal de la philosophie et son modèle divin, ascension et purification éthique, préparant la complète réalisation du bonheur par la science et la connaissance divine, telles sont les thématiques par lesquelles est pensée la seule forme de libération de l’homme hors de sa condition servile. Nous présenterons quelques-uns des aspects de cette configuration de la philosophie islamique, en nous appuyant principalement sur les œuvres de deux philosophes majeurs, le sunnite Shihâb al-Dîn Yahyâ Sohravardî (m. 1191) et le shî’ite Mullâ Sadrâ Shîrâzî (m. 1640).

Lieu à préciser

Lundi 20 novembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Pascal Ludwig (Équipe SND - Univ. Paris-Sorbonne)
"La transparence de l’expérience sensible"

Mercredi 22 novembre 2017

18h/21h

Séminaire de recherche sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Ouest, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP)
http://sophiapol.hypotheses.org/21455
Les philosophes et leur monde
Pour une histoire globale de la philosophie

Université Paris 8, salle A028

Luis Martínez Andrade – Marx et l’Amérique latine : une rencontre inopinée

***

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire. rope et au-delà, ou encore les effets « souterrains » de la guerre d’Algérie sur la philosophie française contemporaine.
Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

Mercredi 22 novembre 2017

« Lakanal et les mondes possibles » 2017|2018 – La morale
Cycle de conférences de philosophie organisé par Dominique Weber (Khâgne classique)

- « La beauté de l’éthique », par Fabienne Brugère
(Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis)

Les conférences ont lieu, de 17h30 à 19h, au Parloir du Lycée Lakanal de Sceaux
3, Avenue Franklin Roosevelt | 92330 Sceaux | RER B : Bourg-la-Reine
Conférences ouvertes à toutes et tous

Jeudi 23 novembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

P A Rosental (Sciences-Po, EHESS-Esop)
Pourquoi faire l’histoire des maladies professionnelles ?

Vendredi 24 novembre 2017

14h30-17h30.
Cycle de conférences Léon-Robin : la question de l’âme chez Platon et dans la tradition platonicienne - lieu à préciser

Monique Dixsaut, « D’une définition absente »
Répondant : à déterminer

Samedi 25 novembre 2017

14h30-16h30
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Ronan de Calan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)
Critique de l’ontologie sociale

La question de la réalité sociale joue un rôle privilégié dans le
renouveau actuel du motif réaliste. Certains soutiennent que l’originalité du « nouveau réalisme », irréductible au réalisme généralement naturaliste qui a pu, dans la période précédente, s’opposer aux différentes formes d’antiréalisme post-moderne, résiderait dans la prise en compte non plus de la seule réalité naturelle mais de celle de la société. Tout le problème paraît alors que la mise en exergue de la réalité de ladite réalité sociale ne conduise pas, d’une façon ou d’une autre, à la désocialisation de cette même réalité. Aussi le « nouveau réalisme » se distinguerait-il par le respect qu’il témoignerait à la spécificité de l’être du social.
La difficulté est cependant que, bien souvent, dès lors, cette spécificité semble revêtir des traits étrangement similaires à ceux de ce constructivisme même que la thèse réaliste avait pour vocation première de dénoncer. On ne compte plus, de la part des néo-réalistes proclamés, les tentatives de « constructions de la réalité sociale », l’idéal analytique de (re)construction théorique de cette réalité finissant souvent par prendre la signification substantielle suivant laquelle, en un sens ou un autre, ce serait cette réalité elle-même qui se construirait.
Le premier objectif de nos travaux sera de remettre en question cette idée selon laquelle le social, que cela soit en un sens épistémologique ou métaphysique, pourrait faire l’objet d’une « construction ». Nous soutiendrons qu’essayer de « construire » le social, c’est, du point de vue théorique, se condamner à le manquer. A la logique de la « construction », il faut substituer celle de l’analyse et de la critique, qui, plutôt que de prétendre fabriquer théoriquement le social, le prend pour point de départ ainsi que les discours voués à sa connaissance (et non à sa construction) : ceux des sciences sociales. D’autre part, du point de vue ontologique, nous mettrons en doute que le social puisse être pensé en aucune façon comme étant lui-même une « construction » – ce qui ne veut pas dire
qu’il n’appartienne pas à l’être du social que des « constructions », en des sens à préciser, y soient possibles.
Cette démarche critique nous conduira cependant et surtout, au-delà du rejet de ce mythe de la construction, à remettre en question les limites de principe du programme même d’une « ontologie sociale ». Celle-ci paraît, constitutivement, condamnée à osciller entre réification et constructivisme. C’est que, sans doute, la question est mal posée. A la perspective ontologique qui prétend circonscrire a priori l’être du social et finit toujours par lui donner alternativement trop ou trop peu d’être, on opposera l’enquête socio-logique qui reconnaît dans la société l’espace dans lequel est posée, conflictuellement, la question des mesures de l’être.

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre Sorbonne
17 rue de la Sorbonne Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

Laurence Fontaine (CNRS, CMH) :
Marché, marchés. Analyse d’une institution

Samedi 25 novembre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Michel COLLON
Essayiste, journaliste, fondateur et animateur du site ‘Investig’action’

MÉDIAMENSONGES : LA BATAILLE DE L’INFORMATION

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Samedi 25 novembre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
de 14 h à 16 h, salle Cavaillès
Séminaire Philosophie & psychanalyse

Séminaire de recherche 2017-2018 organisé par Guy-Félix Duportail
(Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO)

Guy-Félix Duportail (Phico, Université de Paris 1)
Grammaire philosophique et grammaire psychanalytique.
(Wittgenstein et Lacan)

Samedi 25 novembre 2017

10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 (ISJPS-PhiCo)
UMR 7219 (SPHERE-GRAMATA)
Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par
Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix
(Paris 1, Gramata) Intentionalité et réalité (II) :
L’intentionnel et le réel

Cette deuxième année de séminaire, après la précédente portant sur la logique et la métaphysique de l’intentionalité, sera consacrée à la logique et à la métaphysique de l’intentionnel. On interrogera, cette année, l’être de « l’intentionnel », en tant que corrélat supposé de l’intentionalité. Y a-t-il de « l’intentionnel » ? Dans l’affirmative, en quel sens y en a-t-il ? Celui-ci relève-t-il d’un traitement ontologique, logique, grammatical ? Si, en un sens ou en un autre, il y a de l’intentionnel, comment y en a-t-il : par rapport à quoi et sous quelles conditions ? dans quel rapport ou non avec le réel ? Ce thème sera abordé de façon à la fois historique et systématique, suivant des allers et retours dans le temps long de l’histoire de la philosophie jusqu’aux débats les plus contemporains, et en
l’instanciant dans différents champs réels.

- Claudio Majolino (Université de Lille) :
Husserl, l’attitude et son objet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Sorbonne
17 rue de la Sorbonne
Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

Lundi 27 novembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Mathilde Unger (Univ. Strasbourg)
"L’Europe, une constitution sans projet politique"

Lundi 27 novembre 2017

Séminaire « L’idée russe face aux idées occidentales »
Organisation :
Stéphanie Roza, Igor Sokologorsky, Thomas Van Der Hallen

18h00-20h00,
centre Sorbonne, salle Halbwachs, (entrée par le17, rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage)

Tamara Kondratieva : 1917, la révolution à la française ou à la russe ?

Le séminaire est organisé avec le soutien du CHSPM et du LabEx COMOD
L’entrée est libre, mais l’inscription est impérative par mail : igorsokologorsky@yahoo.fr

Mercredi 28 novembre 2017

Séminaire Théorie critique pour l’année 2017-2018. Le thème directeur sera cette année Marxisme et Théorie critique.
10h-13h
en salle 235A du 29 rue d’Ulm

Une bibliographie et des documents complémentaires seront distribués lors de la première séance.

Bertrand Ogilvie Professeur de philosophie
Co-directeur du laboratoire LLCP UE 4008
Responsable du Master philosophie
Université Paris 8 Saint-Denis 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
http://www-artweb.univ-paris8.fr
0607194991
bertrand.ogivie@wanadoo.fr

Mardi 28 novembre 2017

Histoire et philosophie de la physique
17h-19h
CONTACTS
Nad Fachard
courriel : nad [dot] fachard [at] univ-paris-diderot [dot] fr
olivier Darrigol
courriel : darrigol [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Ce séminaire est conçu comme un lieu d’échange entre historiens de la physique, philosophes de la physique, physiciens et étudiants dans les disciplines concernées. Bien que le programme de cette année n’ait pas de thème précis, il reflète l’intérêt des organisateurs pour les questions qui nous poussent à traverser les frontières interdisciplinaires : entre physique et philosophie, entre histoire et philosophie, entre construction théorique et expérience, entre physique et autres sciences.

Responsables
Nadine de Courtenay (Univ. Paris Diderot, SPHere),
Olivier Darrigol (CNRS, SPHere),
Sara Franceschelli (ENS LSH),
Jan Lacki (Université de Genève)

Scott Walter (Université de Nantes)
Le destin cosmique d’après Poincaré et Jeans.


salle Malevitch, 483, bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot - 4 rue Elsa Morante
Paris, France (75013)

Jeudi 30 novembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Antoni Malet (Universitat Pompeu Fabra, Barcelona / IEA Paris)
Towards a social history of infinitesimals c. 1700 (or, 17th-century mathematical rigour revisited)

Jeudi 30 novembre 2017

16h-18h
Activités et formes de travail
Séminaire NoSoPhi

Sauf indication contraire, ce séminaire, ouvert à tous, se tient le jeudi de 16h à 18h dans la salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne. Il se substitue au précédent Séminaire Normes au titre de séminaire général de Nosophi. Il propose à des professeurs et chercheurs confirmés de venir présenter l’état de leur recherche sur des thèmes / dans des domaines qui intéressent fortement l’équipe et s’inscrivent dans les perspectives et champs de recherche du laboratoire :

- Philosophie du droit, Philosophie et droit
- Philosophie politique
- Éthique, philosophie morale, éthique appliquée
- Philosophie de la technique, philosophie et technique
- Philosophie économique, philosophie sociale, éthique de la finance
- Philosophie et épistémologie des sciences sociales
- Éthique de l’environnement

Interviennent aussi bien des chercheurs invités en séjour de recherche à NoSoPhi que des chercheurs spécifiquement conviés à cette fin. Les intervenants disposent d’une heure pour exposer leurs travaux, suivie d’une heure de discussion.

Organisation et coordination : Isabelle AUBERT, Magali BESSONNE, Marie GARRAU et Sophie GUÉRARD DE LATOUR.
Céline SPECTOR (Université Paris-Sorbonne), « Les Lumières de Charles Taylor ».
Répondante : Ophélie DESMONS (Université Paris-Sorbonne).

Jeudi 30 novembre 2017


Écriture de soi et résistance éthique
Writing the self and ethical resistance

Après une première année consacrée à l’étude de l’ « Ecriture de soi entre éthique et politique », notre séminaire au Collège International de Philosophie aura pour thème cette année « Écriture de soi et résistance éthique ».

Si l’on a pu définir, à l’aune des travaux de Michel Foucault et de Pierre Hadot, le concept d’« écriture de soi » comme pratique éthique de subjectivation, l’hypothèse que nous souhaitons formuler et explorer à présent porte sur la mise en œuvre d’un processus de résistance spécifique, une « résistance ordinaire » (Lorenzini 2015) qui s’élabore dans et par l’écriture de soi.

Dans un premier temps, une étude conceptuelle paraît donc nécessaire afin de combler le vide sémantique qui entoure l’idée de résistance personnelle (une résistance, suggérons-nous, proprement « éthique ») développée dans l’écriture de soi. Il s’agira de mettre en lumière la singularité de la résistance en acte au sein l’écriture de soi, dans l’écart qu’elle creuse par rapport à d’autres formes de résistance déjà conceptualisées comme la désobéissance civile ou de résistance civique au sens de Thoreau (Thoreau 1997), la résistance civile telle que la conçoit Hannah Arendt (Arendt 1972), la désobéissance politique comme l’entend Bernard Harcourt (Harcourt 2013 ; 2015), ou bien encore de résistance éthique (Rawls 1987 ; Negri 2016). Nous reprendrons ensuite notre approche de l’écriture de soi par les textes (Montaigne, W.G. Sebald, É. Glissant), à la lisière de la philosophie et de la littérature.


Les séances auront lieu au Columbia Global Centers (4 rue de Chevreuse, 75006 Paris) et au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris).

Cinquième séance – jeudi 30 novembre 2017, de 18h30 à 20h30
MESR, 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Emiliano Ferrari (Lyon 3) & Olivier Guerrier (Toulouse 2) : La résistance éthique dans les Essais de Montaigne

CONTACTS
Isabelle Galichon courriel : isabelle [dot] galichon [at] orange [dot] fr


DECEMBRE 2017
Samedi 2 décembre 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Séminaire Wittgenstein 2017-2018 : Formes de langage, formes de vie
Organisé par Christiane Chauviré et Sandra Laugier

De 2015 à 2017 le séminaire s’est focalisé sur ce concept d’« 
ordinaire » dans ce qu’il a de central dans la pensée contemporaine,
chez Wittgenstein, Austin, et aujourd’hui Stanley Cavell, Veena Das et
Richard Moran, à l’interface du linguistique, de l’éthique et de
l’anthropologique.

En 2017-2018, le séminaire envisagera plus directement, en partenariat
avec le GDRI CNRS « Forms of life », la notion de « formes de vie » en
lien avec le langage ordinaire et l’articulation des formes du langage
et de la vie. Les formes de vie font actuellement l’objet de
recherches dynamiques au confluent de la philosophie de Wittgenstein
et de la Théorie critique, de Foucault et du biopolitique, de Dewey et
du pragmatisme, de l’anthropologie de la vie. Il s’agit de mettre en
évidence la force et la plasticité du concept, et d’explorer
l’intrication du social (sens horizontal) et du biologique (sens
vertical) dans les Forms of life et l’intégration de formes vitales
(Lifeforms) dans les formes ordinaires du langage et de la vie.

Lieu : Sorbonne, Université Paris 1, UFR de philosophie, 17, rue de la
Sorbonne, Paris 5e, escalier C, 1er étage, droite, salle Lalande

Renseignements : sandra.laugier@univ-paris1.fr

Séance commune avec le séminaire Foucault
« Langage, vie et vérité » Autour de La Force du vrai de Daniele Lorenzini
Avec Bruno Ambroise, Valérie Aucouturier, Sandra Laugier, Judith
Revel, Layla Raïd

Samedi 2 décembre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Laurent BARONIAN
Maître de conférences en économie à l’Université Paris 13 – Villetaneuse
Présentation d’un texte de Marx inédit en français :
– Capital et profit (Manuscrits de 1861-1863)
– La version primitive du livre III du Capital
édition en français (Henny Blomme co-éd.), des manuscrits de Karl Marx de 1861-1863 : Capital et profit

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Lundi 4 décembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Muriel Cahen (Institut Jean Nicod ENS-EHESS)
"L’unité des objets à travers leurs changements"

Lundi 4 décembre 2017

Séminaire « L’idée russe face aux idées occidentales »
Organisation :
Stéphanie Roza, Igor Sokologorsky, Thomas Van Der Hallen

18h00-20h00,
centre Sorbonne, salle Halbwachs, (entrée par le17, rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage)

Michel Niqueux : Les sources et le sens du conservatisme russe

Le séminaire est organisé avec le soutien du CHSPM et du LabEx COMOD
L’entrée est libre, mais l’inscription est impérative par mail : igorsokologorsky@yahoo.fr

Mardi 5 décembre 2017

Histoire et philosophie de la physique
17h-19h
CONTACTS
Nad Fachard
courriel : nad [dot] fachard [at] univ-paris-diderot [dot] fr
olivier Darrigol
courriel : darrigol [at] paris7 [dot] jussieu [dot] fr

Ce séminaire est conçu comme un lieu d’échange entre historiens de la physique, philosophes de la physique, physiciens et étudiants dans les disciplines concernées. Bien que le programme de cette année n’ait pas de thème précis, il reflète l’intérêt des organisateurs pour les questions qui nous poussent à traverser les frontières interdisciplinaires : entre physique et philosophie, entre histoire et philosophie, entre construction théorique et expérience, entre physique et autres sciences.

Responsables
Nadine de Courtenay (Univ. Paris Diderot, SPHere),
Olivier Darrigol (CNRS, SPHere),
Sara Franceschelli (ENS LSH),
Jan Lacki (Université de Genève)

Alexei Khojevnikov (Université de Vancouver)
Universe in upheaval : Relativistic cosmology in the context of the Russian revolution.


salle Malevitch, 483, bâtiment Condorcet, Université Paris Diderot - 4 rue Elsa Morante
Paris, France (75013)

Mercredi 6 décembre 2017

18h/21h

Séminaire de recherche sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Ouest, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP)
http://sophiapol.hypotheses.org/21455
Les philosophes et leur monde
Pour une histoire globale de la philosophie

Université Paris 8, salle A028

Guillaume Sibertin-Blanc – La guerre d’Algérie et la « philosophie française contemporaine » : questions préliminaires à une recherche de traces et d’effacements

***

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire. rope et au-delà, ou encore les effets « souterrains » de la guerre d’Algérie sur la philosophie française contemporaine.
Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

Jeudi 7 décembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Emmanuel Henry (Dauphine, Irisso)
Ignorance scientifique et inaction publique

Jeudi 7 décembre 2017

9-12h
Philosophie de la religion
Objets, méthodes

Séminaire organisé par Perrine Simon-Nahum (ENS), Dan Arbib (ENS) et Vincent Delecroix (EHESS).

Ce séminaire a pour vocation de faire découvrir aux étudiants la richesse et le dynamisme actuel des études en philosophie de la religion. Procédant par invitations au gré de l’actualité des publications et des recherches, il vise à représenter autant les différents courants qui structurent ce champ que les objets et les problématiques multiples qui occupent les chercheurs. On s’y rendra sensible à la variété du phénomène religieux contemporain et simultanément à la pluralité des approches et même des croisements interdisciplinaires au sein même de la philosophie de la religion.

Salle de séminaire (sous-sol du pavillon Pasteur) , 45 rue d’Ulm 75005

Camille Riquier – La religion de Charles Péguy

Jeudi 7 décembre 2017

14h30-18h30
GDRI : AITIA/AITIAI - Le lien causal dans le monde antique : origines, formes, transformations.
CAUSES, PASSIONS, ACTIONS

Dir. C. VIano
Voir le carnet de recherche du GDRI sur hypotheses.org
Les séances ont lieu dans la Salle des Actes de l’Université Paris-Sorbonne

Riccardo CHIARADONNA (Roma 3 /Centre Léon Robin) : Les causes impassibles dans la philosophie de Plotin

Adrien LECERF (Centre Léon Robin) :Passibilité des causes dans le néoplatonisme post-plotinien

Samedi 9 décembre 2017

Séminaire « Les dieux chez les penseurs présocratiques »
organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée

Sauf indication contraire, les séances ont lieu dans la bibliothèque Léon Robin

Université Paris Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, escalier E, 2ème étage, de 10h00 à 13h00

Pour de plus amples informations sur l’organisation du séminaire, vous pouvez nous contacter aux adresses suivantes : rossella.sc@free.fr, g.journee@placita.org

Le séminaire « Présocratiques » est organisé par Rossella Saetta Cottone et Gérard Journée. Il accueille de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) et des chercheurs confirmés souhaitant présenter et discuter leurs travaux en cours (thèses, travaux post-doctoraux, édition de fragments et de témoignages, articles, monographies) sur les penseurs de la Grèce antique qui ont précédé les systématisations de Platon et d’Aristote. Séance mensuelle, avec un ou deux intervenants. Les présentations, d’une heure environ (des séances plus longues sont admises), sont suivies d’une discussion de 30 à 45 minutes. Des matériaux préparatoires fournis par les intervenants (hand-out, textes complémentaires) sont envoyés aux participants une dizaine de jours à l’avance.

À partir de l’année universitaire 2017-2018, le séminaire « présocratiques » du Centre Léon Robin (Paris IV) adopte un mode d’organisation par « cycles thématiques » d’une durée de trois à quatre semestres. Le premier cycle thématique qui débutera à la rentrée 2017 sur « Les dieux chez les penseurs présocratiques » se propose de revenir sur les principales questions soulevées par l’étude de la religiosité chez les penseurs grecs de l’époque archaïque et classique. Plus en détail, il s’agira d’étudier les formes particulières que prend, chez ces philosophes, la réflexion sur la religion polythéiste traditionnelle, à savoir : la critique « rationaliste » des mythes sur les dieux et des croyances admises (par ex. chez Xénophane et différemment chez Protagoras ou chez Euripide) ; le développement de pratiques savantes d’interprétation des textes poétiques sur les dieux comme la lecture allégorique (cf. Le Papyrus de Derveni) ; l’élaboration de nouvelles théologies naturalistes qui prennent pour objet des éléments de la nature ou du kosmos (par exemple, chez Empédocle) ; la revalorisation et le réinvestissement de divinités secondaires dans la religion traditionnelle, comme les daimones (notamment chez Empédocle et chez Socrate) ; l’orphisme.
Philippe Rousseau (Lille), « La mission de l’aède : révéler l’histoire des dieux pour réformer la société des hommes. Remarques sur le propos de la Théogonie d’Hésiode »

Samedi 9 décembre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Pascale FAUTRIER
Professeure agrégée de Lettres modernes (Paris), docteur, écrivaine

AUTOUR DE SON ROMAN : LES ROUGES (PARIS, SEUIL, 2014).
« CE SONT LES ROUGES QU’IL FAUT FAIRE REVENIR » (A. BADIOU)

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Lundi 11 décembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Nicolas Baumard (Institut Jean Nicod ENS-EHESS)
"L’origine des religions morales"

Lundi 11 décembre 2017

15h-17h
Activités et formes de travail
Séminaire NoSoPhi

Sauf indication contraire, ce séminaire, ouvert à tous, se tient le jeudi de 16h à 18h dans la salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne. Il se substitue au précédent Séminaire Normes au titre de séminaire général de Nosophi. Il propose à des professeurs et chercheurs confirmés de venir présenter l’état de leur recherche sur des thèmes / dans des domaines qui intéressent fortement l’équipe et s’inscrivent dans les perspectives et champs de recherche du laboratoire :

- Philosophie du droit, Philosophie et droit
- Philosophie politique
- Éthique, philosophie morale, éthique appliquée
- Philosophie de la technique, philosophie et technique
- Philosophie économique, philosophie sociale, éthique de la finance
- Philosophie et épistémologie des sciences sociales
- Éthique de l’environnement

Interviennent aussi bien des chercheurs invités en séjour de recherche à NoSoPhi que des chercheurs spécifiquement conviés à cette fin. Les intervenants disposent d’une heure pour exposer leurs travaux, suivie d’une heure de discussion.

Organisation et coordination : Isabelle AUBERT, Magali BESSONNE, Marie GARRAU et Sophie GUÉRARD DE LATOUR.
Martin SAAR (Université Goethe, Francfort), « Order, Practice, Subject, or : What is Social Philosophy ? ». [Attention : la séance se tiendra de 15h à 17h]
Répondante : Isabelle AUBERT (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Jeudi 14 décembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Nicolas Weill Parot (EPHE, SAPRAT)
La science médiévale : rationalité et défis

Vendredi 15 decembre 2017

14h30-17h30.
Cycle de conférences Léon-Robin : la question de l’âme chez Platon et dans la tradition platonicienne -

Sorbonne, salle de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne

Riccardo Chiaradonna, "L’automotricité après Plotin (Porphyre, Jamblique, Thémistius)"
Répondant : Adrien Lecerf

Samedi 16 décembre 2017

14h-16h
Séminaires › Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre › Marx 2017-2018

Ivan LAVALÉE
Professeur émérite d’informatique à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DES NÉOLIBÉRAUX AU TRANSHUMANISME, EN PASSANT PAR L’UBÉRISATION DE LA SOCIÉTÉ

Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre
entrée : 14, rue Cujas,
ou 17, rue de la Sorbonne,
Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Samedi 16 décembre 2017

10h30-12h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 (ISJPS-PhiCo)
UMR 7219 (SPHERE-GRAMATA)
Séminaire de recherche 2017-2018 coordonné par
Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO) et Véronique Decaix
(Paris 1, Gramata) Intentionalité et réalité (II) :
L’intentionnel et le réel

Cette deuxième année de séminaire, après la précédente portant sur la logique et la métaphysique de l’intentionalité, sera consacrée à la logique et à la métaphysique de l’intentionnel. On interrogera, cette année, l’être de « l’intentionnel », en tant que corrélat supposé de l’intentionalité. Y a-t-il de « l’intentionnel » ? Dans l’affirmative, en quel sens y en a-t-il ? Celui-ci relève-t-il d’un traitement ontologique, logique, grammatical ? Si, en un sens ou en un autre, il y a de l’intentionnel, comment y en a-t-il : par rapport à quoi et sous quelles conditions ? dans quel rapport ou non avec le réel ? Ce thème sera abordé de façon à la fois historique et systématique, suivant des allers et retours dans le temps long de l’histoire de la philosophie jusqu’aux débats les plus contemporains, et en
l’instanciant dans différents champs réels.


- Michael Martin (University College London/University of California Berkeley) :
Elusive Objectivity

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Sorbonne
17 rue de la Sorbonne
Escalier C, 1er étage couloir droite, Salle Lalande

Lundi 18 décembre 2017

"Les lundis de la philosophie" par Francis Wolff

Toutes les séances ont lieu le lundi de 17h à 19h, ENS, 45 rue d’Ulm, en salle Dussane (à l’exception de celle du 23 octobre : salle Jean Jaurès du 29 rue d’Ulm)

Vous pouvez désormais avoir accès à l’actualité et aux archives des "lundis de la philosophie", ainsi qu’à beaucoup d’autres documents (dont de nombreux textes en téléchargement) à l’adresse suivante :
http://franciswolff.fr/site-perso/

Manon Garcia (Safra Center for Ethics - Harvard Univ.)
"De la nécessité du concept de soumission. L’exemple du patriarcat."

Mercredi 20 décembre 2017

Séminaire Théorie critique pour l’année 2017-2018. Le thème directeur sera cette année Marxisme et Théorie critique.
10h-13h
en salle 235A du 29 rue d’Ulm

Bertrand Ogilvie Professeur de philosophie
Co-directeur du laboratoire LLCP UE 4008
Responsable du Master philosophie
Université Paris 8 Saint-Denis 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
http://www-artweb.univ-paris8.fr
0607194991
bertrand.ogivie@wanadoo.fr

Mercredi 20 décembre 2017

18h/21h

Séminaire de recherche sous la direction de Paul Guillibert (Université Paris Ouest, Sophiapol) et Matthieu Renault (Université Paris 8, LLCP)
http://sophiapol.hypotheses.org/21455
Les philosophes et leur monde
Pour une histoire globale de la philosophie

Université Paris 8, salle A028

Wolf Feuerhahn – D’une histoire indigène à une histoire transnationale de la philosophie

***

On se pose souvent la question de savoir si faire de l’histoire de la philosophie est véritablement faire de la philosophie. Il ne serait pas moins légitime de se demander dans quelle mesure cela signifie faire de l’histoire. Si on accepte de la considérer de l’extérieur, d’un point de vue strictement historiographique, plutôt que dans sa logique interne, force est de reconnaître que l’histoire de la philosophie se résume bien souvent à une histoire des grands problèmes, concepts et œuvres (de tel ou tel philosophe) comme autrefois on faisait l’histoire des grands hommes (de tel ou tel roi), guerres et autres événements notables. Ce séminaire s’ancre dans la conviction que la philosophie a beaucoup à apprendre des courants historiographiques qui se sont développés depuis une cinquantaine d’années au moins : histoire sociale, histoire par le bas, histoire globale, histoire transnationale, histoire postcoloniale, histoire des circulations, histoire connectée, etc. Or, ces « nouvelles » historiographies nous suggèrent la nécessité d’un double déplacement. De même que l’histoire sociale a détrôné les rois en les inscrivant dans la « longue durée » des rapports sociaux, de même l’histoire de la philosophie doit-elle repenser le discours philosophique à partir de la matérialité du monde social, qui lui fournit non seulement un contexte et des conditions de possibilité, mais un sol et un horizon permanent. Cette réinscription sociale de la philosophie par l’histoire serait néanmoins incomplète si elle ne conduisait pas à décentrer l’histoire de la philosophie, dont les frontières internes épousent encore généralement celles de l’Europe-Occident. Réexaminer, au-delà de la simple question des « influences », les circulations, intellectuelles mais aussi matérielles, au long desquelles la philosophie s’est constituée et constamment réinventée est le geste qu’il nous semble nécessaire d’amorcer pour que la philosophie soit à la hauteur de l’histoire, c’est-à-dire aussi de sa propre histoire. rope et au-delà, ou encore les effets « souterrains » de la guerre d’Algérie sur la philosophie française contemporaine.
Ce séminaire prend le relais du séminaire « Déprovincialiser l’histoire, réorienter la philosophie » qui s’est tenu entre 2015 et 2017.

Jeudi 21 décembre 2017

17h-19h
Les jeudis de l’HPS 2017-2018 à l’ENS

Les Jeudis de l’histoire et de la philosophie des sciences, séminaire du département de philosophie, organisés par Mathias Girel, Michel Morange et Sophie Roux

ENS Rue D’Ulm Salle Cavaillès

Michela Malpangotto (CNRS, SYRTE)
Les commencements de la Révolution scientifique : pour de nouvelles perspectives de recherche

 

Portfolio

Dernière mise à jour :
18 / 10 / 2017

Fil twitter de @philosocreteil

  • date jnum18 octobre 2017

    Socrate à l’ère du numérique ? C’est le pari du nouveau GREID de Philosophie @AcCreteil, avec Éric Le Coquil , IA-IPR de philosophiepic.twitter.com/xjCuu9Nbnx
  • date jnum15 octobre 2017

    #philosophie lien
  • lien
  • date jnum9 octobre 2017

    Vernissage Mardi 10/10 18h30 à la @MPRD_Gentilly Stephen Shames, une rétrospective Photo : Black Panther, Chicago 1970 © Stephen Shamespic.twitter.com/NYfaYjowTF
  • Vit-on une crise de l’imagination de l’avenir ? lien
  • date jnum8 octobre 2017

    Relier #mathématiques, #astronomie et #musique dans une même notion d'#harmonie... L'#univers est-il orchestré ? lien
  • La traduction automatique en question : « Machine Translation » par #ThierryPoibeau, paru chez @mitpress lien
  • Nature et philo @RPLangres @reseau_canope @ForumDiderotLangres @academie_reims Rencontres #philopic.twitter.com/zp3llw3zZj
  • Le "Capital" de Karl Marx a 150 ans:l'économiste Thomas Piketty est l'invité de @FabriqueFC ce lundi à 9h05 pour ... lien
  • Le 9 octobre 1978 disparaissait Jacques Brel. Ses chansons comme "La valse à mille temps" sont entrées dans le patrimoine musical. #CeJourLàpic.twitter.com/IVMg0k7yru
0 | 10

Liens Education Nationale