accessibilité
La philosophie dans l’Académie de Créteil
Slogan du site

Site de philosophie de l’académie de Créteil

Barbarie

Evelyne OLEON, du lycée Chateaubriand de Rome
cours sur Culture et barbarie

  • Les perceptions du Barbare en Grèce, à Rome et en Chine ancienne
    Yang Huang
    07/04/2015
    Conférence du Professeur Huang Yang invité par le labex TransferS et l’AOROC, pour un séminaire sur « Les perceptions du Barbare en Grèce, à Rome et en Chine ancienne »La conception du Barbare présente des similitudes entre le monde antique class...

Qui est barbare ? Francis Wolff 2011

Peut-on définir le terrorisme ?

Conférence de Cyrille Bret (Science-Po Paris) dans le cadre des Lundis de la philosophie 2018-2019.
« Le terrorisme paraît défier toute entreprise de définition. En effet, quand on répond à la question »qu’est-ce que le terrorisme  , on se heurte à une série d’apories classiques en matière de définition. La circularité : définir le terrorisme par la terreur et la terreur comme l’effet visé par le terrorisme est un trait commun des textes juridiques contemporains. La polysémie : le terrorisme est un phénomène à la fois pluriel et hautement évolutif. Comment rendre compte de sa diversité dans une formule ? Le relativisme : »terrorisme« est la plupart du temps le terme utilisé pour discréditer un adversaire. Le »terroriste« n’est-il pas l’autre nom de l’ennemi ? La porosité et la question des frontières :tactique militaire et politique, le terrorisme est-il discernable de la guérilla, du massacre, de la guerre psychologique… ? Le scepticisme définitionnel n’est pourtant pas indépassable en la matière. Pour identifier des caractéristiques constantes et universelles du terrorisme, plusieurs approches sont possibles et fécondes : on peut rendre compte du terrorisme par une analyse de ses effets (la terreur, la peur), ses objectifs (la victoire, la domination), ses auteurs (les Etats, les groupes violents), ses particularités tactiques (l’économie de moyen, la clandestinité) ou encore ses victimes (les innocents, les civils, les passants). Il s’agira de proposer une définition non circulaire, universelle et complète du terrorisme en examinant les apories classiques et contemporaines sur le phénomène. »