La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Le labyrinthe
Visites : 33 - Popularité :
2%
logo imprimer
  • « Le labyrinthe est avant tout une image mentale, une figure symbolique ne renvoyant à aucune architecture exemplaire, une métaphore sans référent. Il est à prendre d’abord au sens figuré et c’est pour cela qu’il est devenu une des figures les plus fascinantes des mystères du sens », André Peyronie, Labyrinthe, Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction de Pierre Brunel, Monaco, Éditions du Rocher, 1988, p. 916.
  • BOUVERESSE, Jacques. Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz : Cours 2009 et 2010. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Collège de France, 2013 (généré le 30 mars 2019). ISBN : 9782722601611. DOI : 10.4000/books.cdf.1785.

    C’est Leibniz lui-même qui a parlé de « labyrinthes à erreurs » à propos de deux problèmes philosophiques centraux : celui du continu et celui de la liberté. Du premier, on peut dire en suivant Vuillemin que, depuis la formulation des paradoxes de Zénon, il a dominé l’histoire de la philosophie théorique ; du second, qu’à travers une autre aporie, celle de Diodore, il a dominé l’histoire de la philosophie pratique. L’objet de ce cours des années 2009 et 2010 se situe d’une certaine façon directement dans la suite de celui du cours des deux années précédentes, consacré à une tentative de réponse à la question « Qu’est-ce qu’un système philosophique ? ». Le but est d’examiner dans le détail le genre de réponse que le système de Leibniz essaie d’apporter à l’aporie de Diodore et, plus précisément, la façon dont il s’efforce de défendre et de protéger la liberté contre la menace du nécessitarisme, en particulier du nécessitarisme spinoziste

Au cours de sa longue et prolifique carrière intellectuelle, Umberto Eco s’est confronté à plusieurs reprises avec le mythe du labyrinthe, d’un point de vue aussi bien théorique que narratif. Bien qu’il ne se réfère presque jamais explicitement au récit mythique, dans ses écrits le labyrinthe est revisité sous différentes formes : comme paradigme d’organisation de la connaissance, schéma illustrant la façon de procéder de la recherche, allégorie de la réalité contemporaine complexe et fuyante et représentation symbolique d’un parcours de recherche et de connaissance dans Le nom de la rose. Dans cet article nous montrons que ce travail de réécriture mené par Eco se configure en termes de réutilisation figurée de cet espace mythique à des fins cognitives et métaphoriques.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2019 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2