Vous êtes ici : Accueil » Numérique et Humanités numériques. Analyses et propositions d’exercices » Les philosophèmes : le tri des ressources numériques et leur usage

Les philosophèmes : le tri des ressources numériques et leur usage

Histoire de tri

L’usage du numérique est par l’attention portée au tri des ressources, et l’organisation de la réflexion qu’il rend ainsi possible, une méthode qui permet à la réflexion de se déployer, mais aussi à l’outil de se développer, et d’augmenter ainsi le champ de la réflexion. Développer un outil n’a en effet de sens que s’il répond à une exigence de la réflexion, sous réserve que l’outil ne se substitue pas à la pensée de celui qui s’en sert. Tout ramener à une question d’algorithme visant exclusivement les compétences et la compétitivité des élèves c’est oublier cet ingenium propre à chacun dont la présence surprend souvent les correcteurs. C’ est lui qu’il faut aiguiser chez l’élève Ce n’est pas l’érudition qui construit la réflexion et elle peut même la recouvrir. Trier au sein des savoirs, comme le permet le numérique – d’où le nombre considérable de bibliothèques de ressources- est le premier pas vers la mise à distance des savoirs. Mais là apparaît un nouvel obstacle : le formalisme vide de ce tri . S’entraîner, juste pour s’entraîner, ne permet pas non plus de construire une réelle réflexion. Et ce, d’autant plus que le jargon de la langue informatique, et pédagogique lorsqu’elle reflète cette volonté technicienne purement formelle, renforce le dogmatisme et les arguments d’autorité. Les schématisations numériques de certains tris opèrent aussi des fermetures de la réflexion, ou tout au mois posent des modèles de tri qui devraient nous interroger. (voir à ce propos le recours aux arborescences qui méritent d’être pensées en classe avec les élèves.)