accessibilité
La philosophie dans l’Académie de Créteil
Slogan du site

Site de philosophie de l’académie de Créteil

Exercices sur le mythe


Le Minotaure, 1928 Craie noire et papiers collés marouflés sur toile. 142 x 232 cm Donation Marie Cuttoli, 1963 - AM 2913 D © Picasso Administration

1. La philosophie à l’heure d’éduthèque : transformer les savoirs informatifs en connaissances
Comment utiliser les ressources d’Eduthèque dans un cours de philosophie ? Rien ne peut remplacer évidemment la problématique initiale élaborée par le professeur et ses élèves à partir d’une question posée. C’est d’ailleurs suite à ce questionnement sur un sujet donné , que prend sens Eduthèque, en tant que bibliothèque pouvant fournir des exemples, afin d’aider l’élève à construire et complexifier une première approche philosophique d’une notion. C’est là tout le sens de ce mot « pédagogie » qui consiste à marcher aux côtés de l’élève, à « l’ élever » pour qu’il acquiert une réelle autonomie et soit réellement majeur.

La difficulté quand on prépare un cours, est de trouver des exemples qui permettent d’aiguiser le jugement des élèves, les amener à comprendre ce qui ne se donne pas dans l’immédiateté. Une seconde difficulté se greffe à celle-ci : entretenir l’intérêt de l’élève, ce qui n’est jamais gagné définitivement. Il ne s’agit pas bien sûr de céder à des effets de mode mais plutôt de le sensibiliser à une réflexion qu’il considère souvent comme désincarnée. Dans une référence lointaine à Merleau-Ponty, on pourrait dire d’Eduthèque, qu’elle apporte cette chair indispensable à la réflexion. L’élève est face à des obstacles de nature similaire. Il lui faut pour enrichir son argumentation, des exemples qui ne soient pas des anecdotes ou des expériences particulières. A l’exemple, ô combien classique du permis de conduire, il vaut mieux – à moins d’être un génie dans l’art de manier l’histoire du permis raté – prendre appui sur l’exemplarité réconciliant le singulier à l’universel dans la construction du concept.

Il faut éviter ainsi les écueils qui consistent à dresser un catalogue ou encore à transformer sa copie en une tapisserie, où les fils certes se croisent, mais privés de noeuds, ne se rattachent à rien. Il convient donc d’amener les élèves à se servir d’exemples. Si Eduthèque a déjà procédé à un premier tri afin de simplifier le travail de recherche, il convient toutefois pour le professeur de faire à son tour un autre tri pour éviter que l’élève ne soit noyé dans une mare de savoirs. Les savoirs en effet ne sont pas la connaissance, cette dernière en étant la construction réfléchie.

Si Socrate se réclamait de la non-science, de l’ignorance qui se sait, il est le modèle de cette démarche qui cherche. Si on cherche en effet, c’est d’abord parce qu’on sait ce qui oriente cette recherche. Comment faire accéder l’élève à cette compréhension de la démarche ? Ce qui importe avant tout, c’est de conduire l’élève sur le chemin qui mène à la solution, solution provisoire, hypothétique et fondamentalement inachevée. La recherche est soumise au risque de l’impasse, l’aporie : c’est aussi cela que le cours doit construire. Il s’agit de comprendre que les documents doivent être analysés, ce qui prend du temps, et que l’attente appartient à la démarche de connaissance. Une façon de montrer que le goût pour la rapidité si souvent reproché à internet n’est pas si évident que cela.

1.1. Ressources en ligne : comment les utiliser ?
➔ Rassembler des ressources pour construire une question.

Ce travail permet aussi d’exercer l’élève au traitement d’une source, à la transformer en objet de savoir, puis en outil de connaissance permettant de progresser dans la construction des devoirs de dissertation.

Partons du sujet suivant : Une société sans mythe peut-elle se concevoir ?
Définir le mythe semble s’imposer. Chercher tout simplement sur le moteur de recherche ne permettra pas à l’élève de s’orienter dans la masse des documents disponibles. Il faut donc pour cela construire un outil de recherche propre à l’élève. Pour ce faire, le professeur de philosophie peut rassembler diverses sources, que l’on peut faire varier s’il y a plusieurs groupes. Cela permettra de faire surgir des éléments de définition, à partir de distinctions et de questionnements.

Exemples :

A. construire le sens du "mythe"

GROUPE A Délimiter le sens du mot « mythe »
• Sur le site TV une série d’émissions présentant des analyses de Jean Pierre Vernant : http://www.lesite.tv/edutheque/lycee-general-et-technologique/antiquite/video/jean-pierre-vernant-les-mythes-grecs-ulysse

GROUPE B Délimiter le sens du mot « mythe »
à partir d’une autre émission de Jean-Pierre Vernant : Qu’est-ce qu’un mythe ? : https://www.lesite.tv/edutheque/lycee-general-et-technologique/antiquite/video/jean-pierre-vernant-qu-est-ce-qu-un-mythe

GROUPE C Délimiter le sens du mot « mythe »
à partir de Jean-Pierre Vernant : Les mythes grecs, L’origine du monde https://www.lesite.tv/edutheque/lycee-general-et-technologique/antiquite/video/jean-pierre-vernant-les-mythes-grecs-l-origine-du-monde

GROUPE D Délimiter le sens du mot « mythe » : Jean-Pierre Vernant : Les mythes grecs, La création de la femme https://www.lesite.tv/edutheque/lycee-general-et-technologique/antiquite/video/jean-pierre-vernant-les-mythes-grecs-la-creation-de-la-femme?portail=edutheque

GROUPE E Délimiter le sens du mot « mythe : La BNF propose un riche dossier sur le mythe qui permet de le distinguer de ce qu’il n’est pas :

  • B. Mythes et récits : quelle est la spécificité du discours mythique ?

CLASSE : Ressource du site Ciel et Terre : Qu’est-ce qu’un mythe ? Le mot mythe vient de grec muthos qui signifie récit ; mais il ne s’agit pas de n’importe quel récit. Le mythe est une histoire ayant pour but d’expliquer les mystères de monde, ses origines, ses valeurs, son sens, de situer les relations entre les hommes et les Dieux .. http://expositions.bnf.fr/ciel/mythes/index.htm
http://expositions.bnf.fr/ciel/pistes/index.htm : pistes de réflexion et exercices en ligne.

C. Faire des distinctions : mythes et sciences, mythes et idéologie
Mythes et sciences(source : BNF)
Science et mythe : http://www.lesite.tv/edutheque/lycee-general-et-technologique/physique-chimie/video/l-univers-sort-il-d-un-oeuf

Mythe et histoire. Le mythe fonde le groupe social et/ou le corps politique.

• On peut inventer des mythes à des fins politiques. Travestissant les faits ils deviennent un instrument politique. On cherche ici, dans cet exemple, à rassembler le peuple autour de l’idée de patrie. Avant « Nos ancêtres les Gaulois » le mythe des Exilés troyens conduits par Brutus, Compilation des Chroniques et histoires des Bretons Pierre le Baud, auteur, XVe siècle. BnF, Manuscrits, français 8266 fol. 21 © Bibliothèque nationale de France http://expositions.bnf.fr/homere/grand/fr_8266_021.htm

Le mythe des origines troyennes est très largement accepté au Moyen Âge qui ignore "nos ancêtres les Gaulois". C’est au début du XVIe siècle que Jean Lemaire de Belges, dans ses Illustrations de Gaule et Singularités de Troie, intègre l’histoire gauloise dans l’histoire de France sans renoncer aux origines troyennes : selon lui, à l’origine des temps, les Gaulois issus du royaume de France, partis vers l’Orient sous la conduite de Brennus, auraient fondé Troie d’où leurs descendants seraient revenus, conduits par Francion ! En haut, la Gaule où les deux Troyens vont s’imposer en Guyenne et à Tours (la petite ville fortifiée) après un incident de chasse (figuré par le petit tireur à l’arc troyen) qui déclenche une guerre avec les Gaulois. La rivière en ligne brisée qui traverse l’image figure la Manche que les Troyens franchissent sous la conduite de Brutus pour affronter les géants de Cornouaille.

• Les Mythologies : extraits de textes : la nouvelle Citroën, le visage de Garbo, Saponides et détergents Prolongements : mythes modernes et mythes de la tragédie grecque

• L’Histoire par l’image (https://www.histoire-image.org/node/5198 ) propose une analyse du « mythe du soldat laboureur » à l’origine du chauvinisme (il s’appelait Chauvin).

• Le phare d’Alexandrie est à la fois un mythe et une réalité. De nombreuses sources écrites l’évoquent mais personne ne l’avait vu avant que l’équipe de Jean-Yves Empereur ne le localise précisément. Récit d’une découverte. Source : INA Jalons http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01508/l-archeologie-les-sciences-a-la-recherche-du-passe-l-exemple-du-phare-d-alexandrie.html

• Sur le site du CNRS, Verdun ou un mythe franco-allemand http://edutheque.cnrs.fr/file/preview?id=86

• L’AFP présente plusieurs dossiers sur des « figures mythiques ». On peut citer celui sur Kennedy (https://edutheque.afp.com/documentaires/john-f-kennedy-president-mythique) , ou encore sur Marilyn Monroe (https://edutheque.afp.com/documentaires/marilyn-mythe-toujours-vivant )


Si on revient au sujet posé, « une société sans mythe peut-elle se concevoir ? », le traitement de la question peut prendre plusieurs directions. L’intérêt pour les élèves est de saisir cette diversité à partir de documents identiques pour tous, mais qui une fois travaillés singulièrement, donneront lieu à de multiples approches, mettant ainsi en question un « universel » à comprendre dès lors non comme une pensée unique, mais comme la résultante plurielle de toutes ces approches.

Conclure ? Voilà une conclusion provisoire pour cet exercice. Il peut être modélisable pour d’autres ressources mais d’autres perspectives peuvent s’ouvrir en fonction des sujets traités.

À suivre.
1.4. Liens complémentaires :

 1.0.1. Un imaginaire issu de la science fiction : fascination pour les machines

 1.0.2. Robot, prothèse, cyborg : un discours fasciné par les machines

Le développement de la cybernétique a contribué à alimenter l’imaginaire autour des robots - Robot : etym, travailleur esclave (mot tchèque) http://expositions.bnf.fr/utopie/grand/4_22.htm Le robot est doté d’une Intelligence artificielle https://edutheque.afp.com/en/videographies/artificial-intelligence C’est une vieille histoire . L’expression « deus ex machina » au théâtre évoque la force d’illusion produite par la machine. Les automates de Vaucanson développés au XVIIe s, les fontaines de Versailles montrent l’attrait des hommes pour les inventions de machines. http://classes.bnf.fr/essentiels/grand/ess_040.htm - Les prothèses : le robot couplé à nous-mêmes. Dans le prolongement du développement de la robotique, il y a les prothèses qui renvoient au fantasme du cyborg (transhumain) :

 1.0.3. La réalité augmentée et l’augmentation de la vie

  • Qu’est-ce qui explique la fixation sur le désir d’immortalité ?
  • la crainte de la mort
    • Le sens de la vie : Comment (et pourquoi) vivre en sachant qu’on va mourir ? Nicolas Grimaldi avec Raphaël Enthoven

    Cycle Leçons de philosophie, le sens de la vie - L’amour et la joie Conférence du 13 février 2007 http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_conferences_2007/a.c_070213_grimaldi.html Cette conférence de Nicolas Grimaldi est riche en références qui peuvent être approfondies

    • Conclusion : ces ressources permettent d’établir la dimension idéologique de cette thématique qui voue un culte à la technique et non à la science