L’irréversible

 

L’irréversible

- L’expérience de l’irréversible

  • Jankélévitch

"Le voyageur revient à son point de départ, mais il a vieilli entre-temps ! [...] S’il était agi d’un simple voyage dans l’espace, Ulysse’ n’aurait pas été déçu ; l’irrémédiable, ce n’est pas que l’exilé ait quitté la terre natale : l’irrémédiable, c’est que l’exilé ait quitté cette terre natale il y a vingt ans. L’exilé voudrait retrouver non seulement le lieu natal, mais le jeune homme qu’il était lui-même autrefois quand il l’habitait. [...] Ulysse est maintenant un autre Ulysse, qui retrouve une autre Pénélope... Et Ithaque aussi est une autre île, à la même place, mais non pas à la même date ; c’est une patrie d’un autre temps. L’exilé courait à la recherche de lui-même, à la poursuite de sa propre image et de sa propre jeunesse, et il ne se retrouve pas. Et l’exilé courait aussi à la recherche de sa patrie, et maintenant qu’elle est retrouvée il ne la reconnaît plus. Ulysse, Pénélope, Ithaque : chaque être, à chaque instant, devient par altération un autre que lui-même, et un autre que cet autre. Infinie est l’altérité de tout être, universel le flux insaisissable de la temporalité. C’est cette ouverture temporelle dans la clôture spatiale qui passionne et pathétise l’inquiétude nostalgique. Car le retour, de par sa durée même, a toujours quelque chose d’inachevé : si le Revenir renverse l’aller, le « dédevenir », lui, est une manière de devenir ; ou mieux : le retour neutralise l’aller dans l’espace, et le prolonge dans le temps ; et quant au circuit fermé, il prend rang à la suite des expériences antérieures dans une futurition’ ouverte qui jamais ne s’interrompt : Ulysse, comme le Fils prodigue’, revient à la maison transformé par les aventures, mûri par les épreuves et enrichi par l’expérience d’un long voyage. [...] Mais à un autre point de vue le voyageur revient appauvri, ayant laissé sur son chemin ce que nulle force au monde ne peut lui rendre : la jeunesse, les années perdues, les printemps perdus, les rencontres sans lendemain et toutes les premières-dernières fois perdues dont notre route est semée. Vladimir Jankélévitch, L’Irréversible et la Nostalgie, Éd. Flammarion, 1983, p. 300.

1. Jankélévitch suppose qu’Ulysse, de retour à Ithaque, sa patrie, est déçu, car il ne retrouve pas l’Ithaque de sa jeunesse.

EXERCICE 1 :

 Homère et l’Odyssée : l’imprévisible et la contingence

L’outre d’Eole

Neuf jours durant nous naviguâmes jour et nuit ;
le dixième jour déjà parut la campagne natale,
et nous apercevions les hommes et les feux tout près...
Alors, le doux sommeil m’envahit, j’étais épuisé,
ayant toujours tenu le gouvernail, le refusant
aux autres pour que nous fussions plus tôt rendus.
Et cependant, mes compagnons parlaient tous à la fois,
affirmant que je rapportais de l’or et de l’argent,
cadeaux d’Eole, généreux fils d’Hippotas.
Et il allaient disant, se regardant les uns les autres :
« (…) Et voilà maintenant ce qu’Eole par amitié
lui a donné...Allons ! Vite ! Voyons ce qu’il en est,
combien d’or et d’argent il y a dans cette outre ! »
Tels étaient leurs propos ; ce mauvais dessein l’emporta,
ils défirent le nœud, tous les vents sautèrent dehors,
l’ouragan vite déchaîné les rejeta au large,
tout en pleurs, loin de la patrie. Moi cependant,
réveillé, je me demandais dans mon cœur sans reproche
si j’allais me jeter à l’eau pour y périr
ou subir en silence et rester avec les vivants.
Je restai, je subis, couché tête couverte
dans le bateau. Les vents maudits nous ramenaient
à l’île d’Eolie, et mes compagnons gémissaient.

Homère, Odyssée, X, 28-55, ed. Poche La Découverte (1982), trad. Philippe Jaccottet

- Un récit de l’imprévisible retour, sans cesse ajourné. Ulysse est l’homme de la cohésion : il cherche à rassembler, à introduire de l’ordre, malgré le désordre de la contingence. A quelle contingence se heurte ici Ulysse ? Celle d’un monde qui s’ouvre sur un infini inquiétant. Ulysse incarne la fuite, le flux, passage et mouvement, à la façon dont Héraclite qualifie le temps. Que faut-il en induire à propos de son identité ? Rien ne demeure. Ulysse ne cesse de désirer le retour, comme répétition de l’identique. Quel sens donner à cette nostalgie ?
- En s’aidant du texte de Kant dans l’exercice précédant, à quoi procède Ulysse avec le temps ?

- La question de la réversibilité du temps au cinéma :

La démolition d’un mur par Louis Lumière

Regarder cet autre film des Frères Lumière :

Il y a dans ces films, deux rapports différents au temps. Expliquer.

 Temps et contingence

EXERCICE 2.
L’étrange histoire de Benjamin Button. Réalisé par David Fincher (sortie le 4 février 2009)
Répondre aux questions :

EXERCICE 3

 Autour du Phénix

Lire cet article « PHÉNIX, L’OISEAU COULEUR DU TEMPS Le symbolisme chronologique du mythe du phénix, de l’Égypte ancienne à la Rome païenne et chrétienne » et dégager les différentes représentations du temps à travers le mythe du Phénix

 APPROFONDIR