Faut-il opposer foi et raison, religion et science ?

- 

La religion et la raison

<span class="caps">FAUT</span>-<span class="caps">IL</span> <span class="caps">OPPOSER</span> <span class="caps">FOI</span> <span class="caps">ET</span> <span class="caps">RELIGION</span><small class="fine d-inline"> </small>?

1) Si la foi et la raison sont deux démarches inverses qu’est-ce qui est reproché à la religion ?
2.Les commandements religieux peuvent-ils être déraisonnables, au sens de démesurés ? Lire le livre de Job dans la Bible, par exemple. Voir aussi le sacrifice d’Isaac.
3. Quelle distinction faire ente rationnel et raisonnable ?
4. Certaines rationalités peuvent être contraires à la morale. Par exemple les conséquences de la raison technicienne car cette raison cherche d’abord l’efficacité en vue de maîtriser et d’agir sur le monde. Priorité est accordée aux moyens sur es fins.

Dégager les arguments de ce texte afin d’expliquer le retournement qui conduit Russell à établir que la quête de la science n’est pas la vérité. En étant attentif aux termes soulignés définir la démarche scientifique. Qu’en conclure à propos de la religion ?

« Un credo (1) religieux diffère d’une théorie scientifique en ce qu’il prétend exprimer la vérité éternelle et absolument certaine, tandis que la science garde un caractère provisoire : elle s’attend à ce que des modifications de ses théories actuelles deviennent tôt ou tard nécessaires, et se rend compte que sa méthode est logiquement incapable d’arriver à une démonstration complète et définitive. Mais, dans une science évoluée, les changements nécessaires ne servent généralement qu’à obtenir une exactitude légèrement plus grande ; les vieilles théories restent utilisables quand il s’agit d’approximations grossières, mais ne suffisent plus quand une observation plus minutieuse devient possible. En outre, les inventions techniques issues des vieilles théories continuent à témoigner que celles-ci possédaient un certain degré de vérité pratique, si l’on peut dire. La science nous incite donc à abandonner la recherche de la vérité absolue, et à y substituer ce qu’on peut appeler la vérité “technique”, qui est le propre de toute théorie permettant de faire des inventions ou de prévoir l’avenir. La vérité “technique” est une affaire de degré : une théorie est d’autant plus vraie qu’elle donne naissance à un plus grand nombre d’inventions utiles et de prévisions exactes. La “connaissance” cesse d’être un miroir mental de l’univers, pour devenir un simple instrument à manipuler la matière. »

Bertrand Russell, Science et religion.

1. Credo : affirmation d’une croyance.

Que confirme ce texte de Karl Popper ?
Chercher un exemple dans l’histoire des sciences ?

« Si ce sont des confirmations que l’on recherche, il n’est pas difficile de trouver, pour la grande majorité des théories, des confirmations ou des vérifications » et donc « une théorie qui n’est réfutable par aucun événement qui se puisse concevoir est dépourvue de caractère scientifique ». Mettre à l’épreuve une théorie est « une tentative pour en démontrer la fausseté (to falsify) ou pour la réfuter ». On doit constater que « certaines théories se prêtent plus aux tests, s’exposent davantage à la réfutation que les autres, elles prennent, en quelque sorte, de plus grands risques ». Au total, le critère de la scientificité d’une théorie « réside dans la possibilité de l’invalider, de la réfuter ou encore de la tester » (Conjectures et réfutations, La croissance du savoir scientifique, pp. 64-65).

Que suppose-t-on lorsque l’on oppose « science » et religion ?
S’agit-il d’une opposition ?

REDIGER LES REPONSES AUX QUESTIONS