Simondon Gilbert

Thèses ou parties de thèses publiées sous forme de monographies
• Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1958 (rééditions 1969, 1989,
2001 et 2012) : thèse complémentaire pour le Doctorat d’État.
• L’Individu et sa genèse physico-biologique, Paris, Presses Universitaires de France,
1964 (réédition augmentée chez Jérôme Millon, 1995) : deux premiers tiers de la thèse
principale pour le Doctorat d’État.
• L’Individuation psychique et collective, Paris, Aubier, 1989 (réédition 2007) : dernier tiers de
la thèse principale pour le Doctorat d’État, augmenté de la « Note sur les conséquences de
la notion d’individuation » et de la conférence « Forme, information, potentiels ».
• L’Individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Grenoble, éditions
Jérôme Millon, 2005 (réédition 2013) : thèse principale pour le Doctorat d’État, augmentée
de suppléments, dont la « Note sur les conséquences de la notion d’individuation » et
la conférence « Forme, information, potentiels », mais aussi l’ « Histoire de la notion
d’individu ».

Cours publiés sous forme de monographies
• Cours sur la Perception (1964-1965), Chatou, éditions de la Transparence, 2006 (réédition
PUF, 2013).
• Imagination et invention (1965-1966), Chatou, éditions de la Transparence, 2008 (réédition
PUF, 2014).

Recueils de textes
• Deux leçons sur l’animal et l’homme, Paris, Ellipses, 2004.
• L’Invention dans les techniques. Cours et conférences, Paris, éditions du Seuil, 2005.
• Communication et information, Chatou, éditions de la Transparence, 2010.
• Sur la technique, Paris, Presses Universitaires de France, 2014.
 Sur la psychologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2015.
• Sur la philosophie, Paris, Presses Universitaires de France, 2016.
• La résolution des problèmes, Paris, Presses Universitaires de France, 2018

 Entretiens

 Commentaires

• Une introduction générale à la pensée de Simondon, par Jean-Hugues Barthélémy :
http://ww2.ac-poitiers.fr/philosophie/sites/philosophie/IMG/pdf/texte_complet_du_stage_
acade_mique_simondon.pdf
• Un « Glossaire Simondon », par Jean-Hugues Barthélémy : https://journals.openedition.
org/appareil/2253
• Un dossier « Simondon 1958-2018 », par l’équipe du Centre international des études
simondoniennes : http://ww2.ac-poitiers.fr/philosophie/spip.php?article176
• Un numéro « Autour de Simondon », par l’équipe des Cahiers Simondon : https://journals.
openedition.org/appareil/1738
• Un numéro « Individuer Simondon. De la redécouverte aux prolongements » : https://
journals.openedition.org/appareil/2205

 Corpus de textes

TEXTE 1 : Réconcilier l’homme et la technique

La culture s’est constituée en système de défense contre les techniques, or cette défense se
présente comme une défense de l’homme supposant que les objets techniques ne contiennent
pas de réalité humaine. Nous voudrions montrer que la culture ignore dans la réalité technique
une réalité humaine, et que pour jouer son rôle complet la culture doit incorporer les êtres
techniques sous forme de connaissance et de sens des valeurs. La prise de conscience de
modes d’existence des objets techniques doit être effectuée par la pensée philosophique
qui se trouve avoir à remplir dans cette œuvre un devoir analogue à celui qu’elle a jouée pour
l’abolition de l’esclavage et l’affirmation de la valeur de la personne humaine.
L’opposition dressée entre la culture et la technique, entre l’homme et la machine, est fausse
et sans fondement ; elle ne recouvre qu’ignorance ou ressentiment. Elle masque derrière un
facile humanisme une réalité riche en efforts humains et en forces naturelles, et qui constitue
le monde des objets techniques, médiateurs entre la nature et l’homme.
La culture se conduit envers l’objet technique comme l’homme envers l’étranger quand il
se laisse emporter par la xénophobie primitive. Le misonéisme orienté contre les machines
n’est pas tant haine du nouveau que refus de la réalité étrangère. Or, cet être étranger est
encore humain, et la culture complète est ce qui permet de découvrir l’étranger comme
humain. De même, la machine est l’étrangère ; c’est l’étrangère en laquelle est enfermé de
l’humain, méconnu, matérialisé, asservi, mais restant pourtant de l’humain. La plus forte cause
d’aliénation dans le monde contemporain réside dans cette méconnaissance de la machine,
qui n’est pas une aliénation causée par la machine, mais par la non connaissance de sa nature
et de son essence, par son absence du monde des significations, et par son omission dans la
table des valeurs et des concepts faisant partie de la culture.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1969, Aubier, p. 9-11.

Remarques
Malgré la place grandissante qu’occupent la technique et la technologie dans nos vies, et
aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces dernières souffrent de préjugés défavorables,
restent exclues du champ des valeurs et sont souvent perçues comme une menace pour la
culture et pour l’humanité. La technophobie est en effet monnaie courante dans nos sociétés
contemporaines, souligne Simondon. Cette haine ou cette peur, qu’il compare à une forme de
rejet de l’autre stigmatisant la machine comme étrangère à la culture, trouve son origine dans
une profonde ignorance du monde des techniques, lequel suscite de nombreux malentendus
et fantasmes. Dès lors, Simondon plaide pour un élargissement du spectre de la culture et
nous exhorte à reconnaître la pleine appartenance de la technique au monde humain. Il ne
s’agit de rien moins que de réconcilier l’homme avec lui-même et de déniaiser son rapport à
la nature, ce qui passe par une éducation qui se doit d’être tout autant scientifique et littéraire
que technique.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique La liberté La science la nature
Repères Croire / savoir Idéal / réel Possible / impossible Origine / fondement
Perspectives

• L’existence humaine et la culture :

  • La technique est-elle l’affaire des seuls techniciens ?
  • Est-ce raisonnable d’avoir peur du progrès technique ?
    • La connaissance :
  • Le technicien n’est-il qu’un exécutant ?
  • La science suffit-elle à cultiver l’esprit ?
    • La morale et la politique :
  • Est-il légitime de réglementer le développement des techniques ?
  • La technique ne pose-t-elle que des problèmes techniques ?

TEXTE 2 : La puissance de l’homme habile

Dans l’épreuve, une loi de tout ou rien se manifeste ; l’homme et le monde s’y transforment ;
une union asymétrique s’y institue ; on ne doit pas dire que l’épreuve manifeste le courage ou
l’habileté comme un pur examen ; elle crée ces qualités, car le courage est fait d’une liaison
immédiate et sûre au monde, qui éloigne toute incertitude et toute hésitation ; le courage n’est
pas une peur vaincue, mais une peur toujours différée par une présence de l’intuition qui fait
que le monde est avec celui qui agit ; l’homme habile est celui que le monde accepte, que la
matière aime et auquel elle obéit avec la fidèle docilité de l’animal qui a reconnu un maître.
L’habileté est une des formes de la puissance, et la puissance suppose un envoûtement
rendant possible un échange de forces, ou plutôt un mode de participation plus primitif et
plus naturel que celui de l’envoûtement, déjà très élaboré et partiellement abstrait. En ce
sens, l’habileté n’est pas l’exercice d’un despotisme violent, mais d’une force conforme à
l’être qu’elle conduit. Dans la véritable puissance de l’homme habile, il y a une relation de
causalité récurrente. Le vrai technicien aime la matière sur laquelle il agit ; il est de son côté ;
il est initié mais respecte ce à quoi il a été initié ; il forme un couple avec cette matière, après
l’avoir domptée, et ne la livre qu’avec réserve au profane, car il a le sens du sacré. L’artisan,
le paysan éprouvent encore de nos jours une répugnance à livrer au commerce certains
ouvrages ou produits qui expriment leur activité technique la plus raffinée et la plus parfaite
 : cette prohibition de la commercialité, de la divulgation, se manifeste par exemple dans les
exemplaires hors commerce qu’un imprimeur, un éditeur et un auteur peuvent donner d’un
livre. Elle se manifeste aussi chez le paysan pyrénéen qui offre à son visiteur, chez lui, certain
aliment qu’il ne laisse ni acheter, ni emporter.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1969, Aubier, p. 131.

Remarques

Ce texte éclaire de manière originale le rapport moral entre l’homme et le monde. Il n’y a pas
d’un côté un sujet agissant et de l’autre un objet sur lequel il agit mais deux termes qui ne
préexistent pas à leur mise en relation et se transforment mutuellement. C’est dans l’activité
de fabrication que le rapport de l’homme à la nature se montre le plus clairement tel qu’il est
réellement. L’homme habile n’est pas celui qui façonne la matière et la domine en lui donnant
une forme mais celui qui établit avec elle une relation de mutuelle reconnaissance sous
l’aspect d’un échange de forces. La puissance n’est donc pas domination mais connaissance
et respect. Par la notion d’habileté Simondon introduit l’idée d’une participation de l’homme au
monde sous forme d’un lien affectif et sacré avec la matière. Le véritable technicien respecte
la matière car il a établi avec elle une relation privilégiée qui témoigne de gestes rares et précis
résultant d’une véritable initiation.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique L’art La nature Le travail
Repères Abstrait /
concret
En acte /
en puissance
Formel /
matériel
Objectif / subjectif
/ intersubjectif
Perspectives
• L’existence humaine et la culture :

  • Le développement technique met-il l’homme en contradiction avec la nature ?
  • La technique ne donne-t-elle aux hommes qu’un pouvoir ?
  • Notre rapport au monde est-il essentiellement technique ?
    • La connaissance :
  • La matière et l’esprit constituent-ils une ou deux réalités ?
  • Quel sens et quelle valeur peut-on accorder à l’expérience ?
    • La morale et la politique :
  • Est-ce un devoir de respecter la nature ?
  • Tout peut-il avoir une valeur économique ?

TEXTE 3 : La beauté de l’objet technique

Un tracteur, dans un garage, n’est qu’un objet technique ; quand il est au labour, et s’incline
dans le sillon pendant que la terre se verse, il peut être perçu comme beau. Tout objet
technique, mobile ou fixe, peut avoir son épiphanie esthétique, dans la mesure où il prolonge
le monde et s’insère en lui. Mais ce n’est pas seulement l’objet technique qui est beau : c’est le
point singulier du monde que concrétise l’objet technique. Ce n’est pas seulement la ligne de
pylônes qui est belle, c’est le couplage de la ligne, des rochers et de la vallée, c’est la tension et
la flexion des câbles : là réside une opération muette, silencieuse, et toujours continuée de la
technicité qui s’applique au monde.
L’objet technique n’est pas beau dans n’importe quelles circonstances et n’importe où ; il est
beau quand il rencontre un lieu singulier et remarquable du monde ; la ligne à haute tension
est belle quand elle enjambe la vallée, la voiture quand elle vire, le train, quand il part ou sort
du tunnel. L’objet technique est beau quand il a rencontré un fond qui lui convient, dont il peut
être la figure propre, c’est-à-dire quand il achève et exprime le monde. L’objet technique peut
même être beau par rapport à un objet plus vaste qui lui sert de fond, d’univers en quelque
sorte. L’antenne du radar est belle quand elle est vue du pont du navire, surmontant la haute
superstructure ; posée au sol, elle n’est qu’un cornet assez grossier, monté sur un pivot ; elle
était belle comme achèvement structural et fonctionnel de cet ensemble qu’est le navire, mais
elle n’est pas belle en elle-même et sans référence à un univers.
C’est pourquoi la découverte de la beauté des objets techniques ne peut pas être laissée à
la seule perception : il faut que la fonction de l’objet soit comprise et pensée ; autrement dit,
il faut une éducation technique pour que la beauté des objets techniques puisse apparaître
comme insertion des schèmes techniques dans un univers, aux points-clefs de cet univers.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1969, Aubier, pp. 184-186.

Remarques
Il n’y a pas séparation mais porosité entre les domaines de l’art et de la technique, affirme
Simondon. Il faut reconnaître que les objets techniques appartiennent pleinement au champ
de la culture et sont des hauts-lieux d’humanité, au même titre que les œuvres d’art. La beauté
de l’objet technique, qui nous apparaît dans l’usage pleinement déployé de celui-ci, en est la
preuve, sachant que cette beauté ne vient pas de l’objet lui-même mais de son insertion dans
le monde. L’objet devient en effet ce point d’articulation qui exprime et concentre la relation
d’échanges mutuels unissant l’homme et la nature. L’approche exclusivement esthétique qui
s’intéresserait à la seule forme de l’objet manquerait dès lors l’essentiel puisque la beauté de
l’objet technique relève aussi, et peut-être surtout, de ce qu’il permet, de sa fonction et de son
opérativité actuelle. Cette dernière, pour être perçue à sa juste valeur, requiert l’intelligence
du fonctionnement de nos engins et machines et présuppose une éducation technique qui
doit être reconnue comme une dimension essentielle, et pourtant négligée, d’une culture
véritablement émancipatrice.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique L’art La nature La science La liberté
Repères Abstrait
/ concret
Absolu
/ relatif Idéal / réel Formel /
matériel
Objectif / subjectif
/ intersubjectif
Expliquer /
comprendre

Perspectives

• L’existence humaine et la culture :

  • Un objet technique peut-il être une oeuvre d’art ?
  • Le monde de la technique est-il encore humain ?
    • La connaissance :
  • Peut-on être cultivé en ignorant tout des sciences et des techniques ?
  • Apprécier une œuvre d’art, cela s’apprend-t-il ?
    • La morale et la politique :
  • La technique est-elle moralement neutre ?
  • La culture est-elle nécessairement libératrice ?

TEXTE 4 : Artificialisation de la nature et concrétisation de la technique

L’artificialisation d’un objet naturel donne des résultats opposés à ceux de la concrétisation
technique : la plante artificialisée ne peut exister que dans ce laboratoire pour végétaux
qu’est une serre, avec son système complexe de régulation thermiques et hydrauliques. Le
système primitivement cohérent des fonctionnements biologiques s’est ouvert en fonctions
indépendantes les unes des autres, rattachées seulement par les soins du jardinier ; la
floraison est devenue une floraison pure, détachée, anomique ; la plante fleurit jusqu’à
épuisement, sans produire de graines. Elle perd ses capacités initiales de résistance au froid,
à la sécheresse, à l’insolation ; les régulations de l’objet primitivement naturel deviennent les
régulations artificielles de la serre. L’artificialisation est un processus d’abstraction dans l’objet
artificialisé.
Au contraire, par la concrétisation technique, l’objet, primitivement artificiel, devient de plus
en plus semblable à l’objet naturel. Cet objet avait besoin, au début, d’un milieu régulateur
extérieur, le laboratoire ou l’atelier, parfois l’usine ; peu à peu, quand il gagne en concrétisation,
il devient capable de se passer du milieu artificiel, car sa cohérence interne s’accroît, sa
systématique fonctionnelle se ferme en s’organisant. L’objet concrétisé est comparable
à l’objet spontanément produit ; il se libère du laboratoire associé originel, et l’incorpore
dynamiquement à lui dans le jeu de ses fonctions ; c’est sa relation aux autres objets,
techniques ou naturels, qui devient régulatrice et permet l’auto-entretien des conditions de
fonctionnement ; et objet n’est plus isolé ; il s’associe à d’autres objets, ou se suffit à lui-même,
alors qu’au début il était isolé et hétéronome.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1969, Aubier, pp. 46-47.

Remarques
La notion de concrétisation technique est centrale pour comprendre la genèse des objets
techniques. Ce texte en donne une définition en creux en montrant qu’elle est l’opposé de
l’artificialisation d’un objet naturel. Le processus d’artificialisation consiste à séparer et rendre
indépendantes les fonctions d’un objet naturel. L’exemple de la plante cultivée en serre nous
permet de comprendre en quoi consiste cette artificialisation, car la floraison, la production
de graines, la résistance au froid, toutes ces fonctions régulatrices cohérentes dans la nature
se perdent dans la serre en se séparant par un mouvement d’abstraction. On comprend alors
mieux ce qu’est le mouvement inverse de concrétisation d’un objet technique. En effet, chaque
objet technique est issu d’une lignée et évolue vers un surcroît de concrétisation. Il s’émancipe
peu à peu de son milieu régulateur, en l’occurrence l’atelier ou le laboratoire, et prend son
autonomie à mesure que sa cohérence interne (c’est-à-dire les liens entre les différents
éléments qui le composent) s’accroît. L’objet artificiel se rapproche ainsi de l’organique et, fort
de son autonomie, s’ouvre vers le monde des autres êtres humains et non-humains.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique La nature La science La liberté L’art
Repères Absolu /
relatif
Abstrait /
concret
Formel /
matériel Idéal / réel Théorie /
pratique
Perspectives
• L’existence humaine et la culture :

  • Ce qui est naturel a-t-il nécessairement plus de valeur que ce qui est artificiel ?
  • Faut-il prendre la nature pour modèle ?
    • La connaissance :
  • La technique n’est-elle qu’une application de la science ?
  • Le pouvoir que nous avons sur la nature repose-t-il sur la connaissance de ce qu’elle est ?
    • La morale et la politique :
  • Le développement technique est-il une menace pour la liberté ?
  • Y a-t-il une limite aux interventions techniques sur le vivant ?

TEXTE 5 : De la machine automatique à la machine ouverte

Les idolâtres de la machine présentent en général le degré de perfection d’une machine
comme proportionnel au degré d’automatisme. Dépassant ce que l’expérience montre,
ils supposent que, par un accroissement et un perfectionnement de l’automatisme, on
arriverait à réunir et à interconnecter toutes les machines entre elles, de manière à constituer
une machine de toutes les machines. Or, en fait, l’automatisme est un assez bas degré
de perfection technique. Pour rendre une machine automatique, il faut sacrifier bien des
possibilités de fonctionnement, bien des usages possibles. L’automatisme, et son utilisation
sous forme d’organisation industrielle que l’on nomme automation, possède une signification
économique ou sociale plus qu’une signification technique. Le véritable perfectionnement
des machines, celui dont on peut dire qu’il élève le degré de technicité, correspond non
pas à un accroissement de l’automatisme, mais au contraire au fait que le fonctionnement
d’une machine recèle une certaine marge d’indétermination. C’est cette marge qui permet
à la machine d’être sensible à une information extérieure. C’est par cette sensibilité des
machines à de l’information qu’un ensemble technique peut se réaliser, bien plus que par une
augmentation de l’automatisme. Une machine purement automatique, complètement fermée
sur elle-même, dans un fonctionnement prédéterminé, ne pourrait donner que des résultats
sommaires. La machine qui est douée d’une haute technicité est une machine ouverte, et
l’ensemble des machines ouvertes suppose l’homme comme organisateur permanent, comme
interprète vivant des machines les unes par rapport aux autres. Loin d’être le surveillant d’une
troupe d’esclaves, l’homme est l’organisateur permanent d’une société des objets techniques
qui ont besoin de lui comme les musiciens ont besoin du chef d’orchestre.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1969, Aubier, p. 9-11.

Remarques
Machines et robots sont objets de fantasmes, et l’homme moderne se méprend profondément
sur leur compte du fait de son inculture technique. Ignorant tout de son fonctionnement,
fasciné par son usage industriel, l’homme moderne manque l’essence de la machine en
considérant qu’elle est d’autant plus perfectionnée qu’elle est automatisée alors que c’est
précisément l’inverse. La machine, en effet, est par nature une réalité ouverte qui trouve
d’autant mieux sa place dans le monde humain qu’elle est capable de s’adapter avec
pertinence aux informations qu’elle reçoit, d’entrer en relation avec son environnement et
d’interagir avec lui selon des schémas non fixés à l’avance. Dissiper ces fantasmes, ce serait
être capable de changer de regard, nous dit Simondon, et de voir derrière un esclave un
musicien, derrière un despote un chef d’orchestre, et derrière le monde humain de la technique
une symphonie.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique La liberté L’art Le travail
Repères Absolu / relatif Contingent / nécessaire Croire / savoir Essentiel / accidentel
Perspectives
• L’existence humaine et la culture :

  • Qu’est-ce qu’une machine ne peut pas faire ?
  • Faut-il redouter les machines ?
    • La connaissance :
  • La machine fournit-elle un modèle pour penser le vivant ?
  • Le développement de la science et de la technique entraîne-t-il nécessairement la
    disparition de toutes les croyances irrationnelles ?
    • La morale et la politique :
  • Le développement technique peut-il être un facteur d’esclavage ?
  • L’objet technique n’a-t-il qu’une valeur utilitaire ?

TEXTE 6

[...] l’être technique est plus qu’outil et moins qu’esclave ; il possède une autonomie, mais une
autonomie relative, limitée, sans extériorité véritable par rapport à l’homme qui le construit.
L’être technique n’a pas de nature ; il peut être un analogue fonctionnel de l’individu, mais
n’est jamais un véritable individu organique. Supposons qu’une machine ait été dotée des
mécanismes téléologiques les plus parfaits par ses constructeurs, et qu’elle soit capable
d’effectuer les travaux les plus parfaits, les plus rapides ; cette machine, fonctionnellement
équivalente à des milliers d’hommes, ne sera pourtant pas un véritable individu ; la meilleure
machine à calculer n’a pas le même degré de réalité qu’un esclave ignorant, parce que l’esclave
peut se révolter alors que la machine ne le peut ; la machine, par rapport à l’homme, ne peut
avoir de véritable extériorité, parce que, en elle-même, elle n’a pas de véritable intériorité. La
machine peut se dérégler et présenter alors les caractéristiques de fonctionnement analogues
à la conduite folle chez un être vivant. Mais elle ne peut se révolter. La révolte implique en effet
une profonde transformation des conduites finalisées, et non un dérèglement de la conduite.
Gilbert Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, « Note
complémentaire sur les conséquences de la notion d’individuation », chap. II, 3

Remarques

Ce texte permet de questionner la différence entre une machine et un être vivant, qu’il soit
humain ou non, à partir de l’individualité dont seul le vivant est doté. L’auteur privilégie certes
la distinction entre « l’être technique » et « l’esclave », parce que le contexte est celui du travail
pour lequel la machine à été fabriquée.
L’une des difficultés sera, pour les élèves, de savoir distinguer « l’esclave » (ou les « milliers
d’hommes ») et « l’homme » au singulier, ce dernier étant dans le texte celui qui construit la
machine et dirige le travail.

Notions, repères, perspectives

Notions La technique La nature Le travail La liberté La conscience
Repères Genre /
espèce /
individu
Identité /
égalité /
différence
Objectif /
subjectif /
intersubjectif
Universel / général /
particulier / singulier

TEXTE 7

La culture est déséquilibrée parce qu’elle reconnaît certains objets, comme l’objet esthétique,
et leur accorde droit de cité dans le monde des significations, tandis qu’elle refoule d’autres
objets, et en particulier les objets techniques, dans le monde sans structure de ce qui ne
possède pas de significations, mais seulement un usage, une fonction utile. Devant ce refus
défensif, prononcé par une culture partielle, les hommes qui connaissent les objets techniques
et sentent leur signification cherchent à justifier leur jugement en donnant à l’objet technique le
seul statut actuellement valorisé en dehors de celui de l’objet esthétique, celui de l’objet sacré.
Alors naît un technicisme intempérant qui n’est qu’une idolâtrie de la machine et, à travers
cette idolâtrie, par le moyen d’une identification, une aspiration technocratique au pouvoir
inconditionnel. Le désir de puissance consacre la machine comme moyen de suprématie, et
fait d’elle le philtre moderne. L’homme qui veut dominer ses semblables suscite la machine
androïde. [...] Il cherche à construire la machine à penser, rêvant de pouvoir construire la
machine à vouloir, la machine à vivre, pour rester derrière elle sans angoisse, libéré de tout
danger, exempt de tout sentiment de faiblesse, et triomphant médiatement par ce qu’il a
inventé. Or, dans ce cas, la machine devenue selon l’imagination ce double de l’homme
qu’est le robot, dépourvu d’intériorité, représente de façon bien évidente et inévitable un être
purement mythique et imaginaire.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Introduction
Remarques
Ce texte permet de renvoyer dos-à-dos la technophobie née après la Seconde Guerre mondiale
et le « technicisme intempérant » de certains cybernéticiens des années 1950 (contexte à
restituer aux élèves), qui rêvaient de la « machine à penser ».
Certaines expressions ou certains mots peuvent être plus ou moins inconnus des élèves,
comme « technocratique », « droit de cité » ou « consacre la machine comme […] ».

Notions, repères, perspectives

Notions La technique L’art La conscience La religion le travail
Repères Impossible /
possible
Ressemblance /
analogie

TEXTE 8

Le malaise dans la situation relative de l’homme et de la machine provient du fait que l’un
des rôles techniques, celui de l’individu, avait été tenu jusqu’à nos jours par des hommes ;
n’étant plus être technique, l’homme est obligé d’apprendre une nouvelle fonction, et de trouver
dans l’ensemble technique une place qui ne soit plus celle de l’individu technique ; le premier
mouvement consiste à occuper les deux fonctions non individuelles, celle des éléments et
celle de la direction de l’ensemble ; mais dans ces deux fonctions l’homme se trouve en conflit
avec le souvenir de lui-même : l’homme a tellement joué le rôle de l’individu technique que
la machine devenue individu technique paraît encore être un homme et occuper la place de
l’homme, alors que c’est l’homme au contraire qui remplaçait provisoirement la machine avant
que de véritables individus techniques aient pu se constituer. Dans tous les jugements qui sont
portés sur la machine, il y a une humanisation implicite de la machine qui a comme source
profonde ce changement de rôle ; l’homme avait appris à être l’être technique au point de
croire que l’être technique devenu concret se met à jouer abusivement le rôle de l’homme.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Première partie, chap. 2, V.

Remarques

Ce texte porte sur le malaise provoqué par la mécanisation accomplie du travail, celle-ci ôtant
à l’homme le statut d’« individu technique » possédé autrefois par l’artisan qui « portait les
outils », selon l’expression récurrente de l’auteur. Dans son livre, Simondon plaide pour que
la machine devienne pleinement individu technique travaillant de manière autonome, ce qui
consisterait à dépasser le couplage homme-machine du machinisme des 19e -20e siècles, qui
donne à l’homme le statut aliénant d’« élément » au lieu d’en faire le chef d’orchestre et le
réparateur des machines. C’est pourquoi cet extrait, lui, insiste sur le fait que le rôle d’individu
technique revient à la machine, sans que celle-ci ait « volé » ce rôle à l’homme.
Le contexte global rappelé dans la présentation est nécessaire à la pleine compréhension de
ce texte, qui défend moins le machinisme que son aboutissement actuel dans les machines
devenues autonomes, et donc « individus techniques » pleinement réalisés.

Notions, repères

Notions La technique Le travail La liberté La conscience
Repères Essentiel / accidentel En fait / en droit

TEXTE 9

Dans les sciences, l’apport des techniques a consisté à permettre une représentation des
phénomènes pris un par un selon une décomposition en processus élémentaires simples
comparables à des opérations d’objets techniques ; tel est le rôle de l’hypothèse mécaniste
qui permet à Descartes de se représenter l’arc-en-ciel comme le résultat global du trajet
suivi point par point par chaque corpuscule lumineux dans chaque gouttelette d’eau d’un
nuage ; c’est selon la même méthode encore que Descartes explique le fonctionnement du
cœur, décomposant un cycle complet en opérations simples successives, et montrant que
le fonctionnement du tout est le résultat du jeu des éléments nécessité par leur disposition
particulière (par exemple celle de chaque valvule). Descartes ne se demande pas pourquoi le
cœur est ainsi fait, comportant des valvules et des cavités, mais comment il fonctionne étant
donné qu’il est ainsi fait. L’application des schèmes tirés des techniques ne rend pas compte
de l’existence de la totalité, prise dans son unité, mais du fonctionnement point par point et
instant par instant de cette totalité.
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Troisième partie, chap. 1, III.
Remarques
Ce texte permet d’expliquer pourquoi les sciences de la nature ont une tendance analytique et
mécaniste plutôt que holiste et vitaliste. En effet, les sciences se sont développées dans une
optique de maîtrise du réel, pour laquelle les techniques ont justement apporté un découpage
du réel en éléments que l’on peut combiner. Ici, les techniques sont donc ce qui inspire les
sciences, au lieu d’être seulement des applications de leurs connaissances.
Dans la théorie des « phases de la culture » développée par cette même troisième partie de
l’ouvrage, Simondon présente la religion comme ayant une « fonction de totalité », par symétrie
et complémentarité avec la technique, toutes deux étant des « phases » simultanées de la
culture qui résultent du déphasage de l’« unité magique primitive ».

Notions, repères, perspectives

Notions La technique La science La nature
Repères Analyse / synthèse Théorie / pratique

TEXTE 10

L’animal, quand il éprouve la peur, absorbe sa peur dans la réaction de fuite. L’homme connaît
d’avance l’inutilité de la fuite quand le danger est omniprésent, comme la tempête ou l’orage.
Privé de tout refuge dans le monde physique, l’homme invente alors un recours transcendant
en un être plus puissant : il forge l’image des dieux pour pouvoir les supplier. En fait, c’est
encore à partir de lui-même que l’homme opère un dédoublement en posant à l’extérieur de
lui-même l’image d’un être analogue mais plus puissant. Le malheur est que, après le danger,
l’image dédoublée, réalisée, matérialisée, demeure, et menace l’homme du haut du ciel : il
faut lui rendre un culte, l’honorer, lui offrir, pour apaiser son courroux, des sacrifices honteux,
sanglants, criminels, comme celui d’Iphigénie. En somme, par ce dédoublement qui lui a
permis d’apaiser momentanément sa crainte, l’homme a perdu sa liberté. Il s’est aliéné, pour
employer une expression qui sera reprise plus tard par Feuerbach. La religion est la crainte
superstitieuse liée à cette image réalisée, ritualisée, et aux rites qui s’y rattachent.
Gilbert Simondon, Imagination et invention, Première partie, B., 2.
Remarques
Ce texte permet de remonter aux sources les plus anciennes du sentiment religieux. Ces
sources premières se situent dans la conscience qu’ont eu les humains de leur fragilité face
aux puissances destructrices de la nature. C’est en effet cette conscience qui les a poussés à
imaginer une Puissance surnaturelle qui les protègerait des puissances naturelles. Ainsi sont
nés les dieux, dont la nature encore très humaine se révèle dans leur tendance à menacer à
leur tour les humains, qui perdent doublement leur liberté en se soumettant à ce qui était déjà
en réalité leur propre image, illusoire…
Il s’agit en fait d’un commentaire de Lucrèce visant à réactualiser sa pensée, ainsi que l’indique
la référence à Feuerbach.

Notions, repères, perspectives

Notions La religion La conscience L’inconscient La liberté La nature
Repères Croire /
savoir
Identité / égalité /
différence
Impossible /
possible
Transcendant /
immanent

TEXTE 11

Sans vouloir nier la possibilité théorique ou l’existence actuelle de cultures dans certaines
espèces animales, on peut noter que la principale limite de ces cultures réside dans la
pauvreté des moyens de transmission successive, faute d’un objet constitué comme
détachable des êtres vivants qui l’ont produit, mais pourtant interprétable par d’autres êtres
vivants qui le réutilisent en prenant pour point de départ le résultat de l’effort terminal de
leurs prédécesseurs. Autrement dit, ce n’est pas tant la capacité de spontanéité organisatrice
qui manque aux sociétés animales que le pouvoir de création d’objets, si l’on entend par
création la constitution d’une chose pouvant exister et avoir un sens de manière indépendante
de l’activité du vivant qui l’a faite. La création d’objets permet le progrès, qui est un tissu
d’inventions prenant appui les unes sur les autres, les plus récentes englobant les précédentes.
L’organisation d’un nid ou d’un territoire s’efface avec le couple ou le groupe qui l’a constitué
[...]. Il n’y a pas de progrès assuré tant que la culture, d’une part, et la production d’objets,
d’autre part, restent indépendantes l’une de l’autre ; l’objet créé est précisément un élément
du réel organisé comme détachable parce qu’il a été produit selon un code contenu dans une
culture qui permet de l’utiliser loin du lieu et du temps de sa création.
Gilbert Simondon, Imagination et invention, Quatrième partie, C.

Remarques
Ce texte présente l’intérêt de devancer d’un demi-siècle les travaux actuels sur les « (proto-)
cultures animales ». Sa thèse spécifique implique alors que le progrès reste cependant propre
aux cultures humaines, qui seules sont marquées par la mise en relation de la technique et de
la culture et permettent la transmission d’objets devenus indépendants de leur producteur.
Il est possible de critiquer ce texte à partir de son oubli du langage, dont l’interpénétration –
davantage que la « coordination » (Leroi-Gourhan) - avec la technique chez Homo explique bien
mieux le progrès que ne le fait une mise en relation de la culture et de la technique dont on ne
voit pas en quoi elle ne serait pas déjà présente dans les (proto-)cultures animales dont parle
Simondon.

Notions, repères, perspectives

Notions La nature La technique L’art
Repères Identité / égalité /
différence
Objectif / subjectif /
intersubjectif