INTRODUCTION : langage, outil, symbole

 <span class="caps">INTRODUCTION</span> : film

 <span class="caps">ETUDE</span> D'<span class="caps">UN</span> <span class="caps">TEXTE</span> / <span class="caps">CONSTRUIRE</span> <span class="caps">UN</span> <span class="caps">PROBLEME</span>

Créer et utiliser des symboles, créer et utiliser des outils, cela repose sur une seule et même aptitude, acquise par l’espèce humaine du fait de son développement cérébral. Ce lien entre langage et technique permet de mesurer la proximité et surtout la distance de l’homme avec les autres primates, et des primates avec d’autres animaux.
Chez les Primates, les organes faciaux et les organes manuels entretiennent les uns et les autres un égal degré d’action technique. Le singe travaille avec ses lèvres, ses dents, sa langue et ses mains, comme l’homme actuel parle avec ses lèvres, ses dents, sa langue et gesticule ou écrit avec ses mains. Mais à cela s’ajoute le fait que l’homme fabrique aussi avec les mêmes organes et qu’une sorte de balancement s’est produit entre les fonctions : avant l’écriture la main intervient surtout dans la fabrication, la face surtout dans le langage ; après l’écriture, l’équilibre se rétablit.
En d’autres termes, à partir d’une formule identique à celle des Primates, l’homme fabrique des outils concrets et des symboles, les uns et les autres relevant du même processus ou plutôt recourant dans le cerveau au même équipement fondamental. Cela conduit à considérer non seulement que le langage est aussi caractéristique de l’homme que l’outil, mais qu’ils ne sont que l’expression de la même propriété de l’homme, exactement comme les trente signaux vocaux différents du chimpanzé sont l’exact correspondant mental des bâtons emmanchés pour attirer la banane suspendue, c’est-à-dire aussi peu un langage que l’opération des bâtons n’est une technique au sens propre. […]
Il y a possibilité de langage à partir du moment où la préhistoire livre des outils, puisque outil et langage sont liés neurologiquement et puisque l’un et l’autre sont indissociables dans la structure sociale de l’humanité.
Peut-on aller un peu plus loin ? Il n’y a probablement pas de raison pour séparer, aux stades primitifs des Anthropiens, le niveau du langage et celui de l’outil puisque actuellement et dans tout le cours de l’histoire, le progrès technique est lié au progrès des symboles techniques du langage. Il est possible dans l’abstrait de concevoir une éducation technique purement gestuelle ; dans le concret une éducation muette déclenche malgré tout, chez l’éducateur comme chez l’éduqué, la mise en marche du symbolisme réfléchi.
André Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, I. Technique et langage [1964], Albin Michel, 1986, p. 162-163.
 ?

QUESTIONS

  1. Qu’est-ce que créer ? Utiliser ?
  2. Est-ce une aptitude innée ?
  3. Les animaux n’ont pas d’organes spécialisés pour attraper un objet. quelle faculté ont-ils peu développé ?
  4. Le terme de création vous semble-t-il approprié ?
  5. Qu’est-ce qu’un symbole ? Un outil ?
  6. Quel lien y-a-t-il entre l’outil et le langage ?
  7. L’écriture relève-t-elle du langage ou de la technique ?
  8. Expliquez le titre du livre de Leroi-Gourhan. Qu’est-ce qu’un geste ?
  9. Au contact de l’homme, de grands singes se sont avérés capables d’utiliser des systèmes de signes, voire d’inventer des signes. Est-ce surprenant, si l’on suit Leroi-Gourhan ? Faut-il forcément chercher, comme Descartes, à tracer dans la nature une frontière claire et nette, que ce soit pour exclure les grands singes ou pour les mettre du même côté que nous ?