La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Leibniz
logo imprimer
  • Leibniz

Deleuze : Sur Leibniz, séance 1
Deleuze : Sur Leibniz, séance 2
Deleuze : Sur Leibniz, séance 3
Deleuze : Sur Leibniz, séance 4
Deleuze : Sur Leibniz, séance 5

Sur Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k128272n?rk=21459;2

Titre : [Sur Leibniz] : année universitaire 1979-1980. 1, Cours du 15 avril 1980 / Gilles Deleuze, aut., participant
Auteur : Deleuze, Gilles (1925-1995). Auteur du texte
Éditeur : Bibliothèque nationale de France (Paris)
Date d’édition : 1998
Contributeur : Deleuze, Gilles (1925-1995).
Sujet : Leibniz, Gottfried Wilhelm (1646-1716)
Format : 3 disques compacts enregistrables (46 min 15 s, 46 min 21 s, 31 min 23 s)
Format : multipart/mixed
Description : Enregistrement : (France) Saint-Denis (93), Université Paris VIII, - -1980 - 15-04-1980
Droits : conditions spécifiques d’utilisation - Microformes et reprints
Identifiant : ark :/12148/bpt6k128272n
Source : Bibliothèque nationale de France, PDC12-597
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42297220t
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb384667285
Provenance : Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 11/10/2010

Commentaire du texte de Leibniz, Réflexions sur l’âme des bêtes par Léon LOISEAU, Professeur au Lycée J.-N. Cugnot de Neuilly sur Marne, le 26 novembre 2013 :
dossier
en vidéo sur le canal Dailymotion du Projet Europe, Éducation, École.

Gilles Deleuze - Le point de vue (Le Pli, Leibniz et le Baroque) 1986

Le Leibniz de Russell et le Leibniz de Couturat Jean-Pascal Anfray 22/05/2014
Conférence donnée par Jean-Pascal Anfray dans le cadre du colloque Louis Couturat organisé par Mathesis et la République des Savoirs (USR 3608)

  • Leibniz : La Monadologie / L’individu (Michel Fichant)

    L’INDIVIDU SELON LEIBNIZ (PAR MICHEL FICHANT)
    L’individu selon Leibniz

Dans L’ère de l’individu. Contribution à une histoire de la subjectivité (1979), Alain Renaut a voulu voir dans la philosophie de Leibniz une origine de l’« individualisme moderne », caractérisé par la « fragmentation du réel » en unités exclusives les unes des autres, chacune déployant ses dispositions selon son propre plan, la communication ou la connexion entre elles se surajoutant de façon externe par l’artifice de l’harmonie préétablie. Dans mon étude « De l’individuation à l’individualité universelle » (Science et métaphysique dans Descartes et Leibniz, 1998, p. 143-162), j’avais combattu cette thèse, en montrant que la conception leibnizienne de l’individualité est aux antipodes de cet « individualisme », et en m’appuyant principalement sur la notion de « substance individuelle », telle que Leibniz l’a mise en œuvre autour de 1685 (principalement dans le Discours de métaphysique et la première phase de la correspondance avec Arnauld).
Je rappellerai les résultats de cette discussion déjà ancienne. Mais la pensée leibnizienne de l’individu s’est aussi développée dans d’autres voies, à partir du moment où se sont mis en place les éléments qui trouveront leur synthèse finale dans la Monadologie (1714). Dans L’ultime raison du sujet (1986, trad. française 1988), Manfred Frank a apporté une réponse négative à la question : « L’individu est-il une monade leibnizienne ? » Je partage cette réponse en en inversant l’énoncé : la monade leibnizienne n’est pas un individu au sens du « sujet moderne ». Comme l’écrit Manfred Frank : « Il apparaît clairement qu’il ne peut au fond pas être question chez Leibniz d’un individualisme — ni même de l’émancipation d’un sujet singulier » (p. 81). En revanche la thèse monadologique proprement dite considère de façon originale une notion riche de l’individualité organique et de son inclusion dans l’unité universelle, sur laquelle j’apporterai quelques précisions en référence à l’état le plus récent des études leibniziennes.

Michel Fichant.

Lectures préliminaires recommandées :

Discours de métaphysique, §§ VIII, IX, XIII, XIV et XV.
Nouveaux essais sur l’entendement humain, Livre II, chap. 27, §§ 1 à 9. – Livre III, chap. 3 ; §§ 6 et 7.
Théodicée, §§ 413 à 416.




pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2019 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2