La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

DE LA VENGEANCE D’ACHILLE AU PROCES D’ORESTE / VENGEANCE ET JUSTICE
SUGGESTION DE PISTES DE REFLEXION
Visites : 200 - Popularité :
5%
logo imprimer

Le procès d’Oreste, mis en scène par Eschyle dans le dernier volet de sa trilogie tragique, Les Euménides, tient une place à part dans l’imaginaire athénien, car il est censé être le tout premier procès décidé par une assemblée plurielle, convoquée ad hoc. Or, malgré ces circonstances exceptionnelles, on remarque que le procès est loin d’être parfait et ne décrit pas un fonctionnement idéal de la justice. La composition du jury pose problème, tout comme le verdict à la stricte égalité des voix qui paraît mener à l’impasse, mais qui, par un caprice d’Athéna, vaut en fait acquittement, ce qui n’est bien sûr pas du goût des impitoyables Érinyes. Notre hypothèse est en fait qu’Eschyle n’a pas souhaité brosser un tableau parfait de la justice, mais a souhaité mettre en scène ses dangers et ses risques, notamment dans une société démocratique. Loin d’être un unisson, la décision de justice doit être un juste milieu, laissant la porte ouverte à la réconciliation et à une acceptation de la sentence partagée par les deux partis.

Etude de l’institution de la justice :

Raisons du procès d’Oreste

  • Quel est le rôle d’Athéna ? Expliquer le pouvoir de sa parole.

Analyser son discours :

JPEG - 408.7 ko
JPEG - 386.4 ko
JPEG - 413.7 ko
JPEG - 413.7 ko
JPEG - 309.7 ko

Comparer avec l’ILIADE : la furie et la vengeance d’Achille

JPEG - 24.6 ko
  • Comment est représenté Achille ? Prend-il le temps de discuter ? Qu’est-ce que la furie d’Achille ? En quoi est-elle incompatible avec la parole ?
JPEG - 77.5 ko
JPEG - 192.8 ko

L’outrage au corps du héros mort
Achille traînant le corps d’Hector

Déroulé du lécythe. Peintre de Diosphos. Athènes, vers 490 av. J.-C. Lécythe à figures noires. H. 21,80 cm. ; d. 7,60 cm. Provenance : Érétrie. Acquisition, 1893
Musée du Louvre, Antiquités grecques, étrusques et romaines, CA 601
© RMN
Achille, le plus vaillant des combattants grecs, est profondément affecté par la mort de son ami Patrocle, tombé sous les coups du héros troyen Hector. Achille affronte ce dernier dans un duel terrible. Les dieux ayant abandonné Hector à son sort, le vainqueur attache son cadavre à son char pour le soustraire à la « belle mort » et le priver des honneurs rendus aux héros guerriers morts au combat. Seule l’intervention de Priam - il vient supplier le héros grec de lui rendre la dépouille de son fils - permettra aux Troyens de ramener le corps d’Hector dans la cité pour des funérailles dignes de lui.
Le lécythe, vase contenant des huiles parfumées, de forme souvent cylindrique et allongée, à col étroit, était utilisé lors des rites funéraires en Grèce ancienne. L’huile et le parfum servaient à enduire le corps du défunt avant l’inhumation ou la crémation. L’iconographie est associée à la mort. Une interprétation possible y lirait le fantôme (eidolon) ailé de Patrocle encourageant Achille à outrager le cadavre d’Hector, traîné par le char conduit par Automédon, le cocher d’Achille. Devant l’attelage, Achille « aux pieds légers » entraîne l’ensemble du cortège tragique dans une dynamique fougueuse soulignée par le serpent chtonien, porteur des valeurs du monde souterrain. Autre possibilité, trois morts figurées dans une même scène, relatées dans trois épisodes différents de l’Iliade : Achille sur son char traîne le corps mort d’Hector ; Achille à côté du char se retourne vers le fantôme de Patrocle en lui promettant de le venger ; enfin, devant l’attelage, Achille court vers son destin, c’est-à-dire la mort prochaine que son cheval Xanthos lui annonce en baissant la tête

Source : BNF Classes

Chante, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pélée ; détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel – pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa le fils d’Atrée, protecteur de son peuple, et le divin Achille.
 
Iliade, I, 1-7, trad. Paul Mazon*

Achille
Données clés
Titre original Achilles
Réalisation Barry Purves
Scénario Barry Purves
Acteurs principaux
Derek Jacobi (narrateur)

Sociétés de production Channel 4
Bare Boards Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre animation
Durée 11 minutes
Première diffusion 1995
Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Achilles (nom anglais du héros Achille) est un court métrage d’animation britannique réalisé par Barry Purves en 1995. Animé à l’aide de marionnettes, il relate la vie d’Achille.
Le film est accompagné par une narration en voix off ; les personnages eux-mêmes ne parlent pratiquement pas

La toile de Pénélope

P.S. :

Articles

David Bouvier, « Peut-on légiférer sur les émotions ? Platon et l’interdiction des chants funèbres », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhr/6093 ; DOI : 10.4000/rhr.6093


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2019 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2