La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

L’« arbre des sciences »
Visites : 72 - Popularité :
4%
logo imprimer
GIF - 38.9 ko
  • Au XIIIe siècle, « l’arbre des sciences » (Arbor scientae, exposé rédigé en 1295) l du franciscain Raymond Lulle (v. 1232-1315) illustrait déjà métaphoriquement une conception (unitaire et hiérarchisée) du savoir profane et religieux. Elle répondait à un idéal d’universalité de l’accès à la connaissance par une combinaison d’un nombre de principes limités. L’arbre était composé de dix-huit racines - neuf pour les principes divins et neuf pour les principes logiques -, et de branches, qui symbolisaient les grands domaines de la connaissance ; ces derniers apparaissant comme autant d’arbres secondaires. L’image de l’arbre, ouvert et dont les branches portent des bourgeons, évoquait déjà un savoir évolutif et en constante augmentation, dont on ne pouvait voir la fin. Cette conception s’opposait au savoir fini attaché au cercle - la métaphore du cercle des sciences se trouve à l’origine du mot « encyclopédie » forgé à partir de enkuklios, cercle, cycle, et paideia, éducation -, totalisé justement jusqu’aux limites de ce cercle et en fin de compte fermé, ce qui excluait par là même toute idée d’évolution et de progrès.

    Exercice : Dégager avec les élèves les présupposés de ce type de représentation du savoir. Examiner le sens du terme de "représentation".

  • Au XVIIe siècle, lors de l’élaboration d’une distribution des sciences (1605), Francis Bacon reprit aussi l’image de l’arbre pour décrire les liens entre les domaines de savoir et compara la croissance des sciences à un arbre qui porterait davantage de fruits

De la dignité et de l’accroissement des sciences par Francis Bacon


Diderot, face à l’immensité et à la complexité de l’entreprise encyclopédique, décrivit aussi un « labyrinthe inextricable » :
Nous avons vu, à mesure que nous travaillions, la matière s’étendre, la nomenclature s’obscurcir, des substances ramenées sous une multitude de noms différents, les instruments, les machines et les manœuvres se multiplier sans mesure, et les détours nombreux d’un labyrinthe inextricable se compliquer de plus en plus. [ . . . ] Mais nous avons vu que de toutes les difficultés, une des plus considérables, c’était de le produire une fois, quelque informe qu’il fût, et qu’on ne nous ravirait pas l’honneur d’avoir surmonté cet obstacle. Nous avons vu que l’Encyclopédie ne pouvait être que la tentative d’un siècle de philosophes

Diderot Les Essentiels BNF :Encyclopédie Article « Encyclopédie


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2019 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2