La philosophie dans l’Académie de Créteil
Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Enseignement, formation, ressources, informations et réunions des professeurs de philosophie de l’Académie de Créteil.

Géocentrisme, héliocentrisme
Visites : 95 - Popularité :
7%
logo imprimer
JPEG - 319.9 ko

« Copernic « pythagoricien » ? La question des précurseurs de l’héliocentrisme »Michel-Pierre Lerner.

  • Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584).

Giordano Bruno, du monde clos à l’univers infini / Alain Blanchard. In "Journées Giordano Bruno", organisées par l’Université de Toulouse en partenariat avec le Muséum de Toulouse, l’Institut Universitaire de France et Il Laboratorio de l’Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, sous l’égide du Consulat Général d’Italie et avec le soutien de l’Institut culturel italien de Marseille. Toulouse, 9-11 octobre 2014.
Session III : Giordano Bruno et la science, 11 octobre 2014.

Toutes les civilisations comportent une cosmologie, c’est-à-dire une description de la géographie et de l’histoire de l’univers dans sa totalité. Le Modèle géocentrique d’Aristote sera ainsi le modèle de référence en occident pendant presque deux millénaires. Il est coutume de dire que Copernic sera celui qui apportera une nouvelle vision cosmologique plus proche de l’approche moderne. Pourtant le modèle de Copernic reste proche de celle d’Aristote : un univers fini et centré (sur la Terre pour Aristote, sur le soleil pour Copernic). Au contraire, Giordano Bruno va élaborer une remise en cause bien plus radicale et bien plus profonde. Sa vision, celle d’un univers infini, dans lequel le Soleil est un astre analogue à une infinité d’autres, la plupart invisibles, pose des bases qui sont celles sur lesquelles seront construites les cosmologies ultérieures jusqu’au modèle actuel du Big Bang. D’une façon qui peut paraître paradoxale, la question de l’infinité de l’univers se pose encore aujourd’hui et échappe peut-être au champ des investigations scientifiques.

JPEG - 4.2 ko

FICTION ETRITÉ CHEZ GIORDANO BRUNO / OLIVIER GUERRIER

Fiction et vérité chez Giordano Bruno / Olivier Guerrier. In "Journées Giordano Bruno", organisées par l’Université de Toulouse en partenariat avec le Muséum de Toulouse, l’Institut Universitaire de France et Il Laboratorio de l’Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, sous l’égide du Consulat Général d’Italie et avec le soutien de l’Institut culturel italien de Marseille. Toulouse, 9-11 octobre 2014.
Session I : Giordano Bruno, figure de l’errance, 9 octobre 2014.

Il s’agit ici, dans le sillage de la déclaration du Sigillus sigillorum, « il n’est (…) de philosophe qui ne façonne ni ne peigne (…) et l’intellect et ou bien la phantasia ou bien n’est pas sans elle », ainsi que de travaux faisant autorité sur la question, de revenir sur le rapport entre philosophie et phantasia comme entre fiction et vérité chez Bruno, dans sa théorie comme dans sa pratique, le tout pouvant apparaître comme le socle de bien des expériences intellectuelles et littéraires de la Renaissance.

  • Galilée, Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1632).

A. Mézières Le Procès de Galilée, d’après les manuscrits du Vatican
Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 17, 1876 (p. 645-663).
Galilée : la loi de la chute des corps
Paris Sciences et Lettres
Sophie Roux
Conférence du cycle pluridisciplinaire d’études supérieures (CPES) donnée le 18 décembre 2014 par Sophie Roux, professeur à l’Ecole normale supérieure, Département de philosophie.

  • Les lois de Kepler
    Né le 27 décembre 1571 dans le Bade-Wurtemberg et mort le 15 novembre 1630 à Ratisbonne en Bavière,JOHANNES KEPLER est un astronome célèbre pour avoir étudié et confirmé l’hypothèse héliocentrique (la Terre tourne autour du Soleil) de Nicolas Copernic, et pour avoir découvert que les planètes ne tournent pas en cercle parfait autour du Soleil mais en suivant des ellipses.
    Il a découvert les relations mathématiques (dites Lois de Kepler) qui régissent les mouvements des planètes sur leur orbite. Ces relations furent ensuite exploitées par Isaac Newton pour élaborer la théorie de la gravitation universelle.
  • L’astrologie de Kepler : le sens d’une réforme Simon, G.
    Journal : L’Astronomie, Vol. 86, p.325, 1972

Marc Foglia, « Montaigne et la révolution copernicienne », Bibnum [Online], Sciences humaines et sociales, Online since 01 December 2012, connection on 09 April 2019. URL :

  • Descartes, Le Monde

Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2019 © La philosophie dans l’Académie de Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2