Journée d’étude « Wittgenstein et la philosophie transcendantale »
samedi
25
septembre
2021
14h00 - 19h00
horaire salle Halbwachs

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Avec le soutien de l’IRP CRNR et de l’Institut Universitaire de France

Journée d’étude « Wittgenstein et la philosophie transcendantale »

Date : 25 sept. 2021
Horaires : 14h-19h
Lieu : salle Halbwachs

Inscription préalable auprès de Pierre Fasula : Pierre.Fasula@univ-paris1.fr
Présentation du passe sanitaire obligatoire pour tou.te.s à l’entrée de la salle pour assister à la journée

14h00 – Bernhard Ritter (Universität Graz/ Université Paris 1) : “The Concept of Space in Kant and Middle Wittgenstein”

15h00 – Alexander Englander (Universität Bonn) : “Anti-Rationalism in Kant and Wittgenstein”

16h00 – Gabriele Mras (Wirtschaftsuniversität Wien) : “Disclosing a Few More Arguments on the Opening of a Philosophical Investigation. A Comparison of Kant with Hegel and Wittgenstein”

17h00 – Pause

17h15 – Elena Partene (Ecole normale supérieure) : “Sens et sensibilité : de Wittgenstein à Kant”

18h15 – Christian Martin (Universität Heidelberg) : “On Comparing One Philosopher With Another”

CRITIQUE DES ONTOLOGIES SOCIALES
samedi
25
septembre
2021
14h30 - 16h30
horaire Sorbonne salle Lalande

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
PhiCo-EXeCO
LIA CRNR
IUF

CRITIQUE DES ONTOLOGIES SOCIALES :
Le réel comme ce qui doit être interprété et le réel comme ce qui doit être changé

Séminaire de recherche coordonné par Jocelyn Benoist et Ronan de Calan (Paris 1, ISJPS, PhiCo-EXeCO), une fois par mois le samedi de 14h30 à 16h30 en Sorbonne, salle Lalande

A la fin du XXe siècle, un certain nombre d’« ontologies sociales » se sont fait fort d’établir que le social, dans son genre, était réel. La supposée rigueur analytique des moyens déployés ne doit pas masquer l’énormité de la question. Le point de vue réaliste consisterait, en fait, probablement plutôt à s’interroger sur les conditions réelles qui peuvent expliquer qu’une telle question ait pu être posée, et entendue comme sensée. Cette question, en tant que symptôme, ne doit bien sûr pas en cacher une autre : celle du sens du concept de « réel », en tant qu’ancré lui-même dans la réalité sociale, et de la difficulté qu’il y a vivre, expérimenter, subir et prendre en charge l’intrinsèque mais en elle-même problématique socialité de la réalité.

Programme 2021-2022 : les institutions et leurs limites

Les ontologies sociales inspirées de l’ouvrage fondateur de Searle ne conçoivent le monde social que comme un ensemble de faits d’institution – les faits d’institution étant, si l’on en croit le philosophe, placés « un cran au-dessus » des faits bruts. Mais si tout dans le social est institué, qu’est-ce qui distingue alors une institution proprement dite, avec ses effets d’homologation, son inscription spatio-temporelle, sa force propre, sa permanence, du social comme tel ? N’est-il pas nécessaire de reconnaître aux faits d’institution une certaine autonomie dans le social, ne serait-ce par exemple que pour éviter de confondre un acte social avec un acte juridique ? Le droit n’a certainement pas plus que la philosophie le monopole de l’interprétation de ces faits. Il n’y a en réalité pas une science sociale qui n’ait une voire plusieurs théories des institutions. Il en va ainsi de l’économie, de l’anthropologie, de la sociologie, pour ne citer qu’elles. Conformément à la méthode suivie les années précédentes, on voudrait partir de ces positivités pour retrouver à travers elle le social comme tel, la chose même et non la chose imaginée.

25 septembre 2021, Sorbonne, Salle Lalande 14h30-16h30 :
Petar Bojanic (Université de Belgrade) :
L’institution comme sujet et comme objet social

Les institutions construisent ou instaurent le réel et, simultanément, transforment le réel ainsi qu’elles-mêmes. Bien que le mot ou la figure de l’« institution » fonctionne dans plusieurs langues et que ce concept soit polysémique, j’essaierai d’expliquer quelques paradoxes typiques au sein de la tradition française de l’institutionnalisme et de l’analyse institutionnelle qui se répètent de Rousseau à Lourau et au-delà : « les chefs des républiques qui font l’institution, l’institution qui forme les chefs » ; « l’institution qui forme les hommes, les hommes qui font l’institution » ; « l’instituant contre l’institué » (l’objet) ; la « corrélation de l’objectif et du subjectif » (Hauriou) ; etc.

23 octobre 2021 :
Régis Ponsard (Université de Reims - LIER) :
’’Faire abstraction de’’ (dimensions, aspects, parallaxes...) : la normativité cognitive de l’analyse juridique pluridimensionnelle du droit aux prises avec la réalité et les déréalisations

27 novembre 2021 :
Etienne Balibar (Paris) :
Savoir situé ou point de vue des victimes ? le cas du racisme

29 janvier 2022 :
Marie Gren (Paris 1 ISJPS) / Marie-Caroline Arreto (Institut Catholique de Paris) :
La prison est-elle une institution ?

26 février 2022 :
Mélanie Plouviez (Université de Nice) :
L’institution chez les durkheimiens : le pré-établi et le symbolique

26 mars 2022 :
Elodie Bertrand (Paris 1 ISJPS) :
TBA

23 avril 2022 :
Gregory Delaplace (Paris Nanterre) :
TBA

21 mai 2022 :
Virgile Chassagnon (Université Grenoble Alpes) :
TBA