Site de philosophie de l’Académie de Créteil

De l’usage des ressources

Accueil > RESSOURCES CINEMA > Cinéma et séries par notions et thèmes > Rapports de classe et domination

Rapports de classe et domination

mercredi 1er janvier 2020, par Maryse Emel webmestre, photos

- Dans La Grande Illusion de Jean Renoir (1937), la posture de l’aristocrate Boëldieu au moment de sa mort peut rappeler celle du comte Orlock, tué par un rai de lumière à la fin du Nosferatu de F. W. Murnau.
À partir de cette analogie, ce montage revient sur les rapports de classes dans La Grande Illusion.
Auteur : Jean-François Buiré. Ciclic, 2013.

Qu’elle était verte ma vallée John Ford1941

Commentaire

Quelques repères :

- > Le mélodrame retravaillé comme la construction d’un mythe. Le grand plan pour évoquer les affects d’individus particuliers ou le détail (l’envol du voile). Transformation du grand plan classique.


- > la révolte et la fin d’une époque symbolisée par la mort du père et son remplacement progressif par le personnage de la mère.
- > Naissance du capitalisme vue sous l’angle mythologique. Age d’or et âge d’airain.
- > le regard de l’enfant. Ford inclut le récit dans le récit d’un enfant. Il invente une nostalgie pour un passé qui n’ a jamais existé. C’est le souvenir construit par un enfant, pas un souvenir objectif.
- > le sacrifice ne cesse de se répéter. (le pasteur, l’enfant)
- > la clairvoyance ne sert à rien, d’où les sacrifices inutiles. Le conte de fée dissimule un cauchemar.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?