accessibilité
La philosophie dans l’Académie de Créteil
Slogan du site

Site de philosophie de l’académie de Créteil

NOTE D’ACCOMPAGNEMENT pour la préparation et la mise en oeuvre du contrôle continu en HLP

NOTE D’ACCOMPAGNEMENT pour la préparation et la mise en œuvre des épreuves communes de contrôle continu (E3C) de l’enseignement de spécialité Humanités, Littérature et Philosophie – Classe de Première générale - Partie Philosophie

Voici un bref rappel des éléments principaux concernant les épreuves de l’enseignement de spécialité Humanités, Littérature et Philosophie pour l’année de première et la partie incombant à la discipline philosophie :

Le calendrier à retenir :
· Fin mars : les élèves de première ayant suivi la spécialité HLP doivent choisir s’ils continuent à suivre cet enseignement en terminale, ou s’ils y renoncent.
· Les élèves renonçant à cette spécialité doivent passer une épreuve de contrôle continu en fin de première, entre le 20 avril et mi-mai.

Les sujets des épreuves :
L’épreuve vise à évaluer la maîtrise par le candidat des attendus du programme de l’enseignement de spécialité « Humanités, littérature et philosophie » pour la classe de première, défini dans l’arrêté du 17 janvier 2019 paru au BOEN spécial n° 1 du 22 janvier 2019.
Les sujets des épreuves sont élaborés par des inspecteurs pédagogiques régionaux et des professeurs, sous la conduite de l’Inspection générale. Ils sont ensuite mis à disposition dans une Banque nationale de sujets. Pour cette seconde série d’épreuves communes de première, la Banque nationale de sujets devrait être disponible à partir du 1er mars 2020.

Rappel  : chaque sujet est composé de deux questions portant sur un texte relatif à l’un des thèmes du programme de première. L’une des questions, intitulée « question d’interprétation », appelle un travail portant sur la compréhension et l’analyse d’un enjeu majeur du texte. L’autre, appelée « question de réflexion à partir du texte », conduit le candidat à rédiger une réponse étayée à une question soulevée par le texte. Chacun de ces deux exercices relève tantôt d’une approche philosophique, tantôt d’une approche littéraire, selon ce qu’indique explicitement l’intitulé du sujet. Leur articulation répond au principe de coopération interdisciplinaire propre à cet enseignement de spécialité. L’ensemble des connaissances acquises est mobilisable à bon escient dans les deux parties de l’examen. Les deux questions donnent lieu à des développements d’ampleur comparable.

Dans chaque établissement, il appartient au chef d’établissement de choisir le sujet ou les sujetsparmi ceux disponibles dans la Banque nationale de sujets – qui sont proposés aux élèves. Pour ce faire, l’équipe pédagogique doit proposer au chef d’établissement plusieurs sujets, en s’assurant de leur parfaite adéquation avec l’enseignement reçu durant l’année. Il convient de choisir des sujets qui puissent effectivement être traités par les candidats, en fonction du contenu des enseignements qu’ils ont suivi durant l’année scolaire, ainsi que du rythme de leur progression. Il est possible de choisir, au sein d’un même établissement, le même sujet pour tous les groupes ou des sujets différents en fonction des groupes.

Exemples : les sujets 0

Durée des épreuves, coefficients, candidats concernés :

L’épreuve commune de contrôle continu de l’enseignement de spécialité Humanités, Littérature et philosophie, organisée dans chaque établissement scolaire, devra, autant que possible, se dérouler dans le cadre des emplois du temps ordinaires des élèves concernés. La durée de cette épreuve est de 2 heures.

Rappel : Dans le nouveau baccalauréat, 40 % de la note finale (dont 10 % pour les bulletins scolaires et 30 % pour les épreuves communes de contrôle continu) relève du contrôle continu, et 60 % dépend des épreuves finales. Les épreuves finales (60%) sont constituées par : les épreuves anticipées de français en première (oral : coefficient 5%, écrit : coefficient 5%), l’épreuve de philosophie de tronc commun (coefficient 8%), le grand oral (coefficient 10%), deux enseignements de spécialité (coefficient 16% pour chacune).

Le coefficient de l’épreuve commune de contrôle continu de la spécialité Humanité, Littérature et Philosophie suivie uniquement en classe de première est : 5%
. Le coefficient de l’épreuve finale que passeront les élèves qui auront continué de suivre l’enseignement de spécialité Humanité Littérature et Philosophie en classe terminale sera : 16%. La durée de cette épreuve sera de 4 heures.

N.B. : en classe de première, l’épreuve commune de contrôle continu de l’enseignement de spécialité Humanité, Littérature et Philosophie ne concerne que les élèves qui choisissent de ne pas poursuivre cet enseignement de spécialité en classe terminale. Seules les copies de ces candidats doivent donc faire l’objet d’une numérisation et d’une correction en ligne dans le cadre de l’examen.

Les corrections des copies :
Chacune des copies des candidats concernés est numérisée dans l’établissement d’origine, via l’application Santorin.
Les copies, anonymées, sont réparties de telle sorte qu’aucun professeur ne puisse corriger ses propres élèves : elles sont échangées entre les professeurs de philosophie du même établissement si plusieurs prennent en charge des groupes d’enseignement de spécialité HLP, ou avec un ou plusieurs professeurs de philosophie d’un autre établissement dans le cas où une répartition en interne n’est pas possible.
Les copies sont corrigées en ligne par les correcteurs, sur l’application Santorin (disponible par Imag’in)
.
N.B. : concernant la spécialité HLP, la copie sera divisée en deux : les deux questions composant le sujet font l’objet de corrections distinctes, l’une par un correcteur de français, l’autre par un correcteur de philosophie, qui corrigeront, chacun, la partie de la copie correspondant à l’exercice relevant de sa discipline, en fonction de l’orientation disciplinaire respective de chacune des deux questions posées. Chaque question est notée sur 10. La somme des deux notes constitue la note globale unique de l’épreuve. Les notes devront être enregistrées au plus tard le 3 juin 2020.
Après ce temps de correction se tiendront, du 9 au 10 juin 2020, des commissions académiques d’harmonisation, composées d’IA-IPR de Philosophie et de Lettres ainsi que de professeurs des deux disciplines, nommés par arrêté rectoral. Ces commissions auront pour tâche de s’assurer de la cohérence et de l’équité des notations entre sujets et entre établissements ; elles seront seules habilitées à modifier des notes, si cela s’avère nécessaire. Les notes définitives seront arrêtées par ces commissions.

Les attentes des épreuves :
La réponse à la question d’interprétation doit témoigner d’une compréhension précise du texte, d’une lecture rigoureuse et attentive aux notions principales et à l’argumentation. Quant à la question de réflexion, elle doit être l’occasion, pour le candidat, de mener un véritable travail de réflexion personnelle, qui s’appuie sur une claire compréhension de la question posée et une capacité à construire une argumentation pour tenter d’y répondre.
Mais ces deux exercices « ne déterminent nullement un format d’exposition formellement arrêté et figé qui ramènerait l’enseignement et l’évaluation à un contrôle de conformité à un modèle arbitraire ». Il est également précisé que «  le principe de l’évaluation est un principe essentiellement positif, ayant vocation à valoriser les éléments pertinents dans les productions
des élèves, en restant toujours ouvert à la variété des formes qu’elles peuvent prendre
 ».

À l’issue de la correction des épreuves, les copies originales sont restituées aux candidats
 ; il est dans leur intérêt que les commentaires et appréciations soient explicites, afin de les aider à progresser. En revanche, la note ne devra pas figurer sur la copie – mais dans la partie de l’application qui lui est dédiée.

Vous trouverez l’ensemble de ces recommandations ici : Attendus des épreuves.
Deux exemples de sujets commentés :
Sujet 0 numéro 2
Sujet 0 numéro 3
Nous restons à votre écoute pour toute précision complémentaire ou toute question.

Sophie Dreyfus et Éric le Coquil
IA-IPR de Philosophie


Dans la même rubrique