Rencontres philosophiques de Langres 2020 : le LANGAGE

Écoutez les rencontres philosophiques de Langres 2020

LE LANGAGE

  • Franck Burbage : La puissance propre de la langue (conférence inaugurale)
  • Joseph Vidal-Rosset : Syntaxe, sémantique et arguments philosophiques (conférence)
  • Élise Marou : Sous-entendu… (conférence)
  • Nathalie Chouchan : De l’origine du langage : questions spinozistes (conférence)
  • Raphaël Erhsam : Pensée kantienne du langage et grammaire générale (conférence)
  • Olivier Barbarant : Y a-t-il un langage poétique ? (conférence)
  • Claire Brunet : Une nouvelle rhétorique ? (conférence)
  • Stéphane Arguillère : Les mots et les choses dans la philosophie bouddhique (conférence)
  • Isabelle Pariente-Butterlin : Inventer un mot. La disponibilité du langage (conférence de clôture)

 Texte et diaporama de deux conférences

Le diaporama de la conférence « Syntaxe, sémantique et arguments philosophiques » Joseph Vidal-Rosset, maître de conférences, département de philosophie, Rrchives Poincaré, UMR 7117, CNRS, et université de Lorraine, Nancy

Le texte de la conférence « Langage des anges, langage des hommes » Yann Martin, inspecteur d’académie - inspecteur pédagogique régional de philosophie, académies de Nancy-Metz et Strasbourg

Présentation et ressources des séminaires

 Séminaire A - Pratiques de fausseté : bullshit, foutaises et autres balivernes

« Le bullshit constitue, à l’encontre du mensonge, de la falsification et de l’ironie une nouvelle forme de « pratique de fausseté » caractérisée par le mépris absolu pour les conditions logiques et pragmatiques impliquées par l’énonciation. Il s’agit d’en décrire les formes et les remèdes adéquats. »

Le site dédié « Pratiques de fausseté »

 Séminaire B - Le langage à l’épreuve de la violence de l’Histoire

« Nous proposons ici une réflexion commune sur l’écriture de la violence de l’Histoire, ses modalités d’expression, et certains des problèmes éthiques et esthétiques qu’elle soulève. »

Les textes du séminaire B (séances 2 et 3) :

  • l’écriture de la violence comme trace de l’Histoire : de la langue allemande dans L’espèce humaine de Robert Antelme (séance 2) ;
  • l’écriture du détour ou la nécessité de la fiction : dire la faim (séance 3).

 Séminaire C - Le langage comme forme symbolique

« Le but est d’explorer la nature du langage, ses fonctions diverses et de savoir s’il peut servir de paradigme pour penser d’autres formes, telles que l’art. Nous nous concentrons volontairement sur des auteurs relevant du même univers de pensée, l’univers des penseurs allemands ayant lu et pris connaissance des théories du signes et du symbole de Kant et de Hegel, mais aussi de Goethe. L’idée commune à ces trois auteurs que sont le linguiste Guillaume de Humboldt, le philosophe Ernst Cassirer et l’historien de l’art Erwin Panofsky est de considérer le langage comme facteur de culture, énergie où se structurent à la fois le sujet et le monde auquel il donne sens. »

Les textes préparatoires du séminaire C (séance 1)

 Séminaire D - La valeur de la polémique

« La polémique, en tant qu’expression virulente d’un désaccord dans l’espace public, se trouve souvent discréditée au profit de l’accord. Par contraste, il s’agit ci de réorienter le regard porté sur l’échange polémique en vue d’interroger sa valeur expressive, constructive et subversive. »

Les textes préparatoires du séminaire D

 Séminaire E - La traduction

« Les processus de traduction posent concrètement un certain nombre de problèmes liés au langage. Nous abordons particulièrement ceux de la compréhension du sens, du contexte culturel et de l’interprétation, à partir de trois situations de traduction spécifiques : du français à la langue des signes française (LSF) et retour ; du chinois au français ; du français (ancien) au français (moderne) par la médiation des langues étrangères (traduction des Essais en anglais par John Florio et en italien par Girolamo Naselli). »

La restitution du séminaire E

 Séminaire F - Aristote et le logos

« On s’intéresse aux significations du logos chez Aristote : il analyse le langage à l’articulation d’enjeux sémantiques, épistémiques, communicationnels, éthiques et politiques, autant que poétiques. Y a-t-il une unité de ce que parler veut dire ? »