| |
Philosophie Académie de Créteil
Slogan du site
Colloque international QUEST-CE QUUNE BONNERIE ?
lundi
21
novembre
2022
du lundi 21 novembre 2022
au mardi 22 novembre 2022
horaire Salle 216 – Centre Panthéon – 12 place du Panthéon 75005 PARIS

WHAT IS A GOOD SERIES ?

21 et 22 novembre 2022

Lundi 21 novembre 2022

- 9h15-9h30 : accueil et présentation

Thibaut de Saint Maurice, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sandra Laugier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

- 9h30-10h30 : Écrire et présenter une bonne série

Présidence Thibaut de Saint Maurice

Sophie Goudjil, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

« Genèse d’une bonne série : imbrication des enjeux économiques et créatifs »

Helene Laurichesse, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

« Qu’est-ce qu’un « bon » projet de série sur les marchés audiovisuels ? La montée en puissance du pitch en tant qu’outil de sélection »

- 10h30-10h45 : pause

- 10h45 – 12h15 : La réception d’une bonne série

Présidence : Clément Combes, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Hervé Glévarec, CNRS

« La qualité contre la légitimité. Les séries au-delà de la fiction »

Lucile Coquelin, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

« Black Mirror : une référence qu’on ne présente plus »

Sylvie Allouche, UCLy/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« L’expérience des séries comme exploration de soi »

- 14h-15h00 : Belief and Realism as Criteria of a Good Series

Chair : Tatsiana Zhurauliova, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Ioanna Vovou, Université d’Athènes Panteion, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

“The ‘Lifeworld’ Criterion in Fiction : The Case of Chernobyl”

Grégoire Halbout, Université de Tours,

“Is a ’Good Series’ the One that Makes You See What You Believe in ?”

- 15h00-15h15 : pause

- 15h15-16h15 : Keynote

Piergiorgio Donatelli, Sapienza Università di Roma

« TV series, moral education and moralism »

- 16h15-17h00 : discussion – Que dire pour apprécier une série ?

Alexandre Gefen, CNRS

Thibaut de Saint Maurice

Sandra Laugier


Mardi 22 novembre 2022

- 9h15-10h45 : Bonnes séries en tous genres

Présidence : Sylvie Allouche

Audrey Haensler, Université Montpellier 3 Paul Valéry

« Qu’est-ce qu’une bonne série lesbienne ? Réflexions sur la récente vague d’annulation de séries lesbiennes »

Théo Touret : Université d’Amiens

“Super-héros, à la croisée des genres »

Sandra Laugier

« Le genre du remariage dans les séries »

- 10h45-11h00 : pause

- 11h00-12h00 : Éthique de la bonne série

Présidence : Thibaut de Saint Maurice

Brad Tabas, ENSTA Bretagne

« T.V. Night ! Family Shows and the Future »

Isabelle Casta, Université d’ Artois

« Always the Shepherd...? Séries et rédemption : horizons lointains... »

- 14h-15h : Keynote

Hugo Clémot, Université Gustave Eiffel Paris-Est Marne la Vallée,

« Une série télévisée de qualité »

- 15h-16h30 : Table ronde : Entre prescription et évaluation, quelle critique pour les séries ?

Thomas Sotinel, Le Monde

Charlotte Blum, Le cercle séries, Canal +

Pierre Langlais, Télérama

Thibaut de Saint Maurice

Modération : Sandra Laugier

- 16h30 : Conclusions

MINAIRE DE RECHERCHE PERFORMATIF ETRITÉ : TÉMOIGNAGE, AVEU, CONFESSION
mardi
22
novembre
2022
11h00 - 13h00
horaire Campus Port-Royal de l’Université Paris 1, 1, rue de la Glacière, bât. Suzanne-Bastit, salle 13

Coord. Bruno Ambroise (CNRS), Philippe Büttgen (U. Paris 1) & Michel de Fornel (EHESS)

(Séminaire de recherche ouvert aux étudiant·e·s de Master)

Le séminaire poursuivra la réflexion déjà initiée en 2019-2022 sur la dimension performative de l’assertion. Reprenant les débats classiques et contemporains en philosophie du langage et en pragmatique, il mobilisera les ressources de l’anthropologie linguistique, de la philosophie des religions et de l’histoire pour comparer et analyser les aspects sociaux et politiques, souvent ignorés, d’actes de parole ayant pour objet de "dire le vrai", et qui restent inadéquatement saisis au moyen du traitement standard de l’assertion. On étudiera ainsi les configurations socio-historiques et anthropologiques associées à des actes de parole comme la profession de foi, la confession des péchés et différentes formes de témoignage, afin de souligner la complexité de ces actes de parole, d’élucider le statut de leur(s) énonciateur(s) et d’en interroger les contextes d’énonciation. On pourra s’intéresser ensuite, toujours à titre comparatif, à des actes de parole appartenant à d’autres familles, comme les comportatifs et les promissifs.

25/10/2022 : Introduction à trois voix : enjeux et méthode

22/11/2022 : Ph. BÜTTGEN, Rituel et confession (I)

13/12/2022 : Ph. BÜTTGEN, Rituel et confession (II)

10/01/2023 : Dinah RIBARD (EHESS), Sur la chanson

24/01/2023 : Bruno AMBROISE, La question du témoignage en philosophie analytique (II)

14/02/2023 : (10H00-13H00) Michel DE FORNEL & Élise MARROU (U. Paris Sorbonne), Le travail de R. Dulong sur l’aveu

14/03/2023 : (10H00-13H00) Michel de FORNEL, Le cadre anthropologique du témoignage

25/04/2023 : (10H00-13H00) Irène ROSIER (EPHE), Discussions médiévales sur
l’« opérativité » des formules sacramentelles, & B. AMBROISE, La question de la causalité des actes de parole

23/05/2023 : (10H00-13H00) William HANKS (U.C. Berkeley), Performatifs et performance dans les genres chamaniques mayas

(Les étudiant·e·s intéressées sont prié·e·s de s’inscrire ici : https://enseignements.ehess.fr/2022-2023/ue/284 )


0 inscrits pour 0 places
Inscrits Incertains Absents
Mondes hostiles et couplages à la technique
mardi
22
novembre
2022
14h00 - 16h00
horaire Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Broca (21 Rue Broca, 75005 Paris) - salle B001 RDC Bâtiment B

Séminaire organisé par Céline Rosselin-Bareille et Caroline Moricot

CETCOPRA, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

celine.rosselin-bareille@univ-orleans.fr // caroline.moricot@univ-paris1.fr

Protéger les corps en les harnachant et malgré tout les immerger dans des mondes hostiles pour qu’ils y produisent une action relève d’une prise de risque socialement consentie et procède de la mise en équation du rapport, variable dans l’histoire, qu’une société entretient avec le risque, le sacrifice. Soucieuses de prolonger nos réflexions partagées autour de nos terrain respectifs –auprès des scaphandriers travaux publics et des pilotes de chasse –, nous nous proposons, dans ce séminaire, de travailler sur les environnements qui n’accueillent des êtres humains qu’au prix d’adaptations bio-psycho-sociales et techniques fortes.

Équiper les corps permet le franchissement de ses capacités naturelles : respirer sous l’eau, voler dans les airs, aller au front des incendies, intervenir en milieux radioactifs ou en milieux contaminés par la maladie. Ce couplage aux objets techniques constitué de l’équipement conduit à la transformation des sujets et se double, en retour, d’un nécessaire apprentissage de la technique par le corps, c’est-à-dire de l’acquisition d’une « technique du corps » qui constitue un voyage intérieur aux confins de ses propres limites physiques. Ces limites ne sont pas stabilisées, mais variables d’un individu à l’autre et variables pour un même individu selon sa condition du jour ; il faut donc savoir les évaluer à chaque occurrence. Être au plus près de ses limites, c’est accomplir une belle performance ; les franchir, c’est mourir ou tout du moins se mettre en grand danger. Cet apprentissage est plus ou moins long et plus ou moins difficile selon les professions ou contextes d’intervention ; il se réalise de toute façon graduellement en école de formation, sur le tas, au sein de collectifs qui participent à imprimer dans le corps de chacun de ses membres ses habitudes, ses recettes, ses pratiques et ses représentations (du beau, du remarquable, du courageux, du dangereux, du menaçant).

Les environnements hostiles offrent ainsi un verre grossissant intéressant pour analyser les façons dont les techniques et les gestes sur les matières, comme le harnachement des corps, articulent le vital et le social, pour observer les couplages et découplages entre sujets, objets et environnement.

Nous avons identifié trois pistes comme autant d’invitations à s’approprier la thématique : l’expérience de l’hostilité des environnements dans lesquels évoluent les sujets concernés ; celle des sensations dans les processus de couplage-découplage avec les objets et les environnements ; celle, enfin, des limites de l’humain et de la technique comme possibilité de questionner ce que les collègues géographes, nomment l’écoumène. Nous pourrons nous
interroger ainsi : quel équipement pour quelle hostilité ? quel harnachement bien souvent au service d’une entité supérieure (l’employeur, la mission, le collectif) ? quel camouflage pour « se glisser » dans l’hostilité ? quels engagements, apprentissages et techniques du corps sont mobilisés dans l’expérience de l’immersion dans un milieu hostile ? quelles expériences sensorielles (pas uniquement visuelles ou tactiles) du harnachement, du confinement ? dans quelle mesure l’articulation aux objets en situation d’hostilité produit-elle un monde viable, même si ça n’est que temporaire et fragile, et forme un sujet particulièrement construit pour ce monde-là ? Qu’est-ce que cela fait de s’immerger dans des espaces hostiles ? Y-a-t-il création d’une disposition sensible à l’environnement concerné ? Comment ces expériences alimententelles la question de la terrestrialité des êtres humains ?

22 novembre 2022
Invitée : Sophie Houdart, directrice de recherche au CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative. Spécialisée sur le Japon, elle a réalisé plusieurs enquêtes sur le thème de la création et de l’innovation, dans les champs des sciences, de l’art ou de l’architecture et travaille aujourd’hui sur la vie après la catastrophe de Fukushima.

Titre : « Stuck in my car »

Résumé : Quelques années seulement après la triple catastrophe qui frappait le nord-est du Japon en mars 2011, la Route 6, qui longe la côte du Pacifique, relie la ville de Sendai et la capitale, et incidemment passe à proximité des deux centrales nucléaires accidentées, réouvrait à la circulation. L’emprunter impliquait cependant un certain nombre de contraintes : impossible de s’arrêter ni sortir de son véhicule ni même prendre aucune route adjacente, durant les 20kms de ce qui portait alors le nom de « Zone de retour difficile ». Il s’agira ici de revenir sur l’expérience qu’a constitué cette traversée, pour tenter de qualifier ce qui arrive à un territoire et à ceux et celles qui le pratiquent après qu’un tel événement ait eu lieu.

Le séminaire est ouvert à tou.te.s et il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour y assister

Les conférences du mardi : « Histoire de l’art européen au XVIe siècle »
mardi
22
novembre
2022
18h00 - 20h30
horaire Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 17, rue de la Sorbonne - Paris 5

Quelles furent les grandes caractéristiques de l’art européen au XVIe siècle ?

Comment a-t-il évolué au gré de la diffusion à travers l’Europe de l’humanisme et de la redécouverte de l’Antiquité d’une part, de la Réforme et de la Contre Réforme d’autre part ?

À partir de quels foyers, comment et jusqu’où cet art de la Renaissance s’est-il propagé à travers l’Europe ? Et quelles en furent les grandes nouveautés qui marquèrent la rupture avec l’esthétique du Moyen-Âge ?

L’Association des Historiens a sollicité les plus éminents historiens de l’art pour répondre à ces questions.

Ce cycle accompagne et complète le Cycle du lundi que l’Association consacre en 2022/23 à l’anatomie de l’Europe de la Renaissance.
En accueillant en son sein des conférences ouvertes à un large public, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne veut contribuer à une meilleure diffusion du savoir et de la recherche scientifiques.

Mardi 4 octobre à 18 h
Conf. 1 / Les prémices de la Renaissance en Italie : Florence, architecture, peinture, sculpture
Par Anne-Laure Imbert, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mardi 11 octobre à 18 h
Conf. 2 / Les prémices de la Renaissance en Flandre : la peinture flamande au XVe siècle
Par Christian Heck, professeur émérite à l’université de Lille, membre honoraire de l’Institut universitaire de France

Mardi 8 novembre à 18 h
Conf. 3 / Circulations et échanges artistiques entre l’Italie et les pays nordiques aux XVe et XVIe siècles
Par Thomas Bohl, conservateur au musée du Louvre

  • Mardi 15 novembre à 18 h
    Conf. 4 / La France entre l’Italie et la Flandre au XVIe siècle
    Par Luisa Capodieci, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mardi 22 novembre à 18 h
    Conf. 5 / L’architecture Renaissance en Italie : de Brunelleschi à Palladio
    Par Sabine Frommel, directeur d’études à l’EPHE
  • Mardi 6 décembre à 18 h
    Conf. 6 / Le rapport à l’antique : peinture, sculpture et arts décoratifs
    Par Julie Rohou, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance
  • Mardi 10 janvier 2023 à 18 h
    Conf. 7 / La représentation du corps : le corps peint et ses vicissitudes
    Par Nadeije Laneyrie-Dagen, professeure à l’ENS
  • Mardi 24 janvier à 18 h
    Conf. 8 / Le portrait
    Par Vincent Delieuvin, conservateur en chef au musée du Louvre
  • Mardi 7 février à 18 h
    Conf. 9 / La naissance du paysage
    Par Michel Weemans, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mardi 14 février à 18 h
    Conf. 10 / L’architecture Renaissance en Europe
    Par Yves Pauwels, professeur émérite à l’université de Tours
  • Mardi 7 mars à 18 h
    Conf. 11 / L’âge d’or de la peinture allemande, entre Renaissance et Réforme : Dürer, Cranach, Holbein
    Par Frank Muller, professeur émérite à l’université de Strasbourg
  • Mardi 21 mars à 18 h
    Conf. 12 / Titien, Le Tintoret, Véronèse : l’âge d’or de l’école vénitienne
    Par Michel Hochmann, directeur d’études à l’EPHE
  • Mardi 4 avril à 18 h
    Conf. 13 / La peinture religieuse au XVIe siècle : de Raphaël à Michel-Ange
    Par Philippe Morel, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mardi 18 avril à 18 h
    Conf. 14 / La sculpture religieuse au siècle des Réformes
    Par Anne Lepoittevin, maître de conférences à la faculté des lettres de Sorbonne Université
  • Mardi 9 mai à 18 h
    Conf. 15 / L’essor de la sculpture en bronze
    Par Philippe Sénéchal, professeur à l’université de Picardie Jules-Verne
  • Mardi 23 mai à 18 h
    Conf. 16 / Les grands décors
    Par Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine, directeur du musée de la Renaissance

INSCRIPTION